article:4441277:article

Pneus d'hiver en été: toute la vérité, rien que la vérité...

La profondeur et le dessin de la semelle des  pneus ne peuvent être  ignorés puisque, pour que ceux-ci soient en  contact étroit avec la  chaussée, il leur faut écarter l'eau qui forme  une couche plus ou moins  épaisse sur la route.

Agrandir

La profondeur et le dessin de la semelle des pneus ne peuvent être ignorés puisque, pour que ceux-ci soient en contact étroit avec la chaussée, il leur faut écarter l'eau qui forme une couche plus ou moins épaisse sur la route.

Photo André Pichette, La Presse

Publicité

Publicité

Jean-François Guay | La Presse

Publié le 14 mai 2009 | Mise à jour le 14 mai 2009 à 10h04

Les pneus d'hiver étant maintenant obligatoires chez nous, davantage d'automobilistes pourraient être tentés de les garder durant la saison chaude, avant de se procurer un nouveau jeu de pneus quatre saisons ou d'été.

En fait, la loi stipule que peu importe le type de pneu, d'hiver ou quatre saisons, ce dernier demeure légal jusqu'à ce que les indicateurs d'usure incorporés dans la semelle indiquent qu'il reste 4/32e de pouce de profondeur entre les rainures, soit le seuil de résistance à une forte pluie.

 

Mais rouler avec des pneus d'hiver en été représente-t-il un danger? C'est ce que nous avons essayé de déterminer en faisant quelques tests supplémentaires lors de notre test de pneus.

Nos chiffres

Publicité

Pour ce faire, l'un de nos véhicules d'essai, une Honda Fit 2009, était équipée de pneus d'hiver Yokohama IG 20. Sur la piste, nous avons soumis ce pneu d'hiver aux mêmes traitements que le meilleur et le pire quatre-saisons inscrits à notre match. Au chapitre de la tenue de route, nous avons ressenti que le pneu d'hiver, sur l'asphalte sec, affiche plus de flexion et un déportement mineur en prise de virage. Si on le pousse davantage dans les courbes, le sous-virage du véhicule augmente, puisque la semelle est moins en contact avec le bitume à cause de ses blocs et rainures plus espacés.

Au freinage, de nombreux arrêts d'urgence mesurés avec notre équipement, à une température extérieur de 15ºC, ont permis de mesurer une différence de 10% au freinage avec le pire des pneus quatre saisons à l'essai (le Motomaster SE), et une de 21% avec le meilleur (le Yokohama Avid H4S). Ces chiffres ne laissent planer aucun doute sur la sécurité accrue des quatre-saisons en été par rapport aux pneus d'hiver.

D'autres mises en garde s'imposent. Il faut savoir que pendant les journées chaudes de l'été, la gomme d'un pneu d'hiver se désintégrera plus rapidement et que les marqueurs d'usure apparaîtront nécessairement plus vite. Généralement en moins de 10 000 km. Et si la vie utile de vos pneus d'hiver tire à sa fin, l'aquaplanage vous guettera à la moindre ondée. Qui plus est, ils seront passablement plus bruyants.

L'auteur tient à remercier Michel Poirier-Defoy, chroniqueur automobile à CKAC Sports 730 et à L'Auto 2009, pour sa précieuse collaboration à ce match, ainsi que le complexe de sports motorisés ICAR et Louis-Philippe Gélinas, le garage Atelier Yvon Lanthier (pour la pose des pneus), Pneus Mondial, Honda Canada et Les Pneus Robert Bernard.

Propulsé par FordComparer des véhicules »

1 Ford - Fusion 2012: L'apprentie sportive

Ford - Fusion 2012: L'apprentie sportive

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer