Étude sur la Mini E: l'électrique idéale pour la banlieue

La moitié des 138 participants se sont dits... (Photo fournie par Mini)

Agrandir

La moitié des 138 participants se sont dits prêts à payer 33% de plus pour une énergie électrique, avec son autonomie actuelle.

Photo fournie par Mini

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

Denis Arcand
La Presse

Une expérience durant laquelle 40 Mini électriques ont roulé 415 380 km en un an sur les routes écossaises montre à la fois les forces et les limites de l'auto électrique. En ville, les craintes que les batteries tombent à plat à mi-chemin d'un trajet sont infirmées par cet essai impliquant 138 conducteurs ordinaires utilisant la Mini E dans des conditions réelles. L'autonomie actuelle d'une Mini E suffit amplement aux trajets urbains et suburbains de la vie quotidienne.

Sur la grande route, par contre, l'étude n'apporte aucune réponse aux électrosceptiques pour qui il est essentiel de pouvoir rouler une certaine distance interurbaine. Ceux qui tiennent à pouvoir faire la distance entre les deux grandes villes de leur région (Montréal-Québec, Calgary-Edmonton, Glascow-Aberdeen, etc.) n'apprendront rien dans cette étude qui puisse les inciter à changer leur auto à essence pour une électrique.

Malgré ce bémol bien connu, l'étude semble confirmer l'existence d'un marché pour l'auto électrique: la moitié des 138 participants se sont dits prêts à payer 33% de plus pour une électrique, avec son autonomie actuelle. Un tiers des participants se sont dits prêts à acheter d'ici à un an. L'autonomie officielle de la Mini E est de 240 km, mais son constructeur, BMW, dit que dans la vraie vie, elle est de 180 km (5 de plus que celle de la Nissan Leaf).

Les chercheurs concluent donc que l'auto électrique convient parfaitement à la vie en ville et dans la banlieue, même éloignée.

On roule plus en électrique

La principale conclusion de l'étude cofinancée par Mini et le gouvernement britannique est que les conducteurs n'ont pas réduit leurs trajets quotidiens moyens en prenant le volant d'une électrique. En fait, ils ont conduit plus que la moyenne. Le trajet quotidien moyen des conducteurs de Mini E a été de 47,8 km, soit plus que le trajet quotidien moyen des automobilistes de Grande-Bretagne - 40 km - selon les statistiques gouvernementales citées par le rapport. Les conducteurs de la Mini E ont aussi roulé 5,2 km de plus par jour, en moyenne, que les conducteurs d'un groupe de référence à qui on avait prêté des Mini Cooper et des BMW 116i.

Ils ont peut-être roulé plus parce qu'on leur a prêté une auto amusante à conduire: 100% ont dit qu'ils avaient éprouvé du plaisir au volant de la Mini E, selon un sondage fait après l'essai par l'Université Oxford-Brooks, qui participait à l'étude. Cette expérience unanimement favorable s'explique en partie par «les reprises rapides et l'accélération vive» de la Mini E, ont dit encore 100% des répondants.

Publicité

Il faut dire ici que ces réponses ne valent pas pour toutes les électriques: la Mini E est une voiture expérimentale dotée d'un moteur de 204 chevaux-vapeur, bien plus sportive que la très sage Nissan Leaf, par exemple, avec son moteur de 110 chevaux-vapeur. Le moteur et le pack de batteries d'une Mini E sont tellement volumineux qu'elle n'a ni banquette ni coffre arrière. BMW dit que la Mini E ne sera jamais commercialisée. La première voiture tout électrique que lancera BMW en 2013, la BMW i3, aura entre 150 et 170 chevaux, pas 204.

L'autonomie de la Mini E (180 km), par contre, est comparable à celle de la Leaf (175 km). Or, les premiers acheteurs de la Leaf seront rassurés d'apprendre que les conducteurs suivis durant l'étude sur la Mini E ne chargeaient pas leur auto tous les soirs, mais seulement 2,9 fois par semaine.

Autonomie réduite durant l'hiver

Une partie de l'étude sur la Mini E s'est déroulée durant l'hiver le plus froid qu'ait vécu la Grande-Bretagne depuis 1971 (l'équivalent d'un hiver doux à Montréal): 84% des conducteurs ont indiqué que le froid avait réduit l'autonomie de la voiture. Mais 80% ont quand même estimé que la Mini E était appropriée pour la conduite hivernale. Une conductrice a indiqué avoir conduit régulièrement 141 km par jour même durant les grands froids.

_____________________________________________

L'ESSAI MINI E EN CHIFFRES

> 40 Mini E

> 2 périodes de 6 mois totalisant 1 an

> 138 conducteurs (32 femmes, 106 hommes)

> 415 380 km

> 33 345 sorties

> 80 282 kWh d'électricité

> Plus grand kilométrage accumulé par un participant en six mois : 12 801 km

> Kilométrage moyen des participants en six mois : 5192 km (voitures de parc automobile d'entreprise incluses)

> Coût moyen d'électricité en six mois : 96$, soit 1,9 cent/km

Partager

Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2017

Jeep - Cherokee 2017

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer