article:4598217:article

Ottawa impose de nouvelles normes sur la consommation de carburant

Le ministre fédéral de l'Environnement, Peter Kent (à droite).

Agrandir

Le ministre fédéral de l'Environnement, Peter Kent (à droite).

Photo: PC

Publicité

Publicité

Martin Croteau

Martin Croteau | La Presse

Publié le 27 novembre 2012 | Mise à jour le 28 novembre 2012 à 08h39

Ottawa - Le gouvernement Harper emboîte le pas à l'administration Obama et oblige les constructeurs automobiles à vendre des voitures et des camions légers moins gourmands. Le ministre de l'Environnement, Peter Kent, a annoncé mardi que la consommation de carburant de ces véhicules devra diminuer de moitié d'ici 2025.

La mesure entraînera une hausse du prix des véhicules, mais Ottawa calcule que le consommateur moyen épargnera 900 $ en carburant chaque année, si celui-ci se maintient au prix actuel. Le coût supplémentaire pour chaque voiture serait absorbé en trois ans, selon Mark Nantais, président de l'Association canadienne des constructeurs de véhicules.

Aux États-Unis, l'administration Obama a serré la vis aux constructeurs automobiles en août. D'ici 13 ans, le véhicule moyen produit par chaque constructeur devra consommer 4,3 litres de carburant par 100 kilomètres. C'est environ la moitié de la consommation moyenne des véhicules produits dans l'année-modèle 2008.

Ottawa adopte le même règlement.

Le secteur du transport est à l'origine du quart des émissions canadiennes de gaz à effet de serre (GES), ce qui en fait le secteur industriel qui est le plus polluant.

Rencontre-clé à Doha

L'annonce du ministre Kent survient au moment où débute la conférence de Doha sur les changements climatiques. Les 190 pays qui y participent décideront de l'avenir du protocole de Kyoto et jeter les bases d'un nouvel accord pour limiter les émissions mondiales de GES d'ici 2015.

Publicité

Le Canada s'est attiré un concert de critiques lorsqu'il a annoncé son retrait du protocole de Kyoto, l'an dernier. Ce traité l'engageait à réduire de 6% ses émissions de GES par rapport au niveau de 1990. Le gouvernement Harper a adopté les cibles moins ambitieuses de Copenhague, qui prévoient une réduction de 17% par rapport au niveau de 2005.

Le sommet de Doha est la première rencontre d'importance sur les changements climatiques depuis cette décision controversée du gouvernement Harper. Le ministre Kent compte y faire la promotion d'un nouvel accord sur les émissions de GES qui, contrairement à Kyoto, imposera des cibles contraignantes à tous les pays, y compris les économies émergentes comme la Chine et l'Inde.

«Le message que je vais livrer est que le Canada remplit ses engagements, a affirmé M. Kent au sujet de la rencontre. Nous sommes concentrés sur le développement d'un nouveau régime d'ici 2015, qui pourrait être implanté d'ici 2020. Et j'encouragerai la centaine de pays qui ont signé le traité de Copenhague et qui n'ont encore pris aucun engagement à ce jour.»

Approche sectorielle

Le gouvernement Harper a choisi une approche «sectorielle» pour combattre les changements climatiques. Chaque secteur industriel se verra imposer des règlements pour limiter ses émissions.

Jusqu'ici, seules les industries du transport et de la production d'électricité on été soumis à de nouvelles normes. La réglementation pour encadrer l'industrie pétrolière et gazière - la source d'émission qui connaît la plus forte croissance - est toujours sur la planche à dessin.

En juin, un rapport de la maintenant défunte Table ronde sur l'environnement et l'économie a prévenu que le Canada est en voie de rater sa cible de 2020.

«Je vous induirait en erreur si je vous disais que nos cibles de 2020 seront faciles à atteindre», a reconnu M. Kent.

L'annonce d'aujourd'hui n'a guère impressionné l'opposition à la Chambre des communes. La députée Anne Minh Thu Quach, critique adjointe du Nouveau Parti démocratique en Environnement, estime que le gouvernement Harper doit s'attaquer aux émissions de tous les secteurs industriels.

«C'est encore un seul secteur qui est visé, le même qui l'était il y a cinq ans, a-t-elle affirmé. Il n'y a pas de vision globale, on ne sait pas quelle est la stratégie à Doha.»

Propulsé par FordComparer des véhicules »

1 Ford - Fusion 2012: L'apprentie sportive

Ford - Fusion 2012: L'apprentie sportive

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Commentaires (13)

Commenter cet article »

  • Ce qui me désole, c'est qu'à chaque fois que l'on parle d'économie d'essence, c'est seulement pour les véhicules de promenade... Jamais rien ne concerne les véhicules commerciaux qui polluent tout autant sinon plus que les Honda Civic et Hyundai Elantra et même F150 que l'on retrouve dans l'entrée des gens. Les gouvernements d'Amérique du nord sont trop pissous pour s'attaquer à l'industrie du camionnage qui détruit nos routes et pollue sans bon sens avec leur camions mal entretenus. À quand le retour du transport longue distance par train??? À quoi ça sert de faire voyager 5 camion 53' remplis de bananes à destination de Montréal en même temps quand on pourrait tout simplement charger les boites sur un train et sauver la pollution et les infrastructures existantes???
  • @ rexie
    C'est juste qu'il faut être plus stratégique dans la démarche. Ça fait plus de 10 et même 20 ans qu'on parle de réchauffement climatique (toutes les preuves sont là) mais le changement est trop lent pour que les gens s'en rendent compte et réagissent.
    Si on parle de quelque chose qui se vois au quotidien et les touches personnellement à tous les jours, là on peut mieux les sensibiliser et changer certaines habitudes. La pollution, le smog dans les villes se sent et vois. Sa cause aussi plusieurs problèmes pulmonaire et plusieurs décès par an. C'est là qu'il faut sensibiliser les gens.
    Et en baissant la pollution dans les grands centres, ben automatiquement on aide à ralentir le réchauffement climatique (si c'est possible). Car tu n'est pas sans savoir que la pollution et le réchauffement climatique sont directement lié.
    Et c'est ben beau les véhicules électrique, mais si les gens, ceux qui le peuvent, allaient s'installer plus près de leurs travailles et voyageaient en vélo ou à pied, imagines le nombre de véhicule qu'on retirerais des rues et routes ! On ne règlerais pas juste le problème de pollution mais aussi de congestion routière !
  • @francoisqc
    Et moi je te dis juste qu'il n'est pas, qu'il n'est jamais trop tard pour limiter les dégats. Et il y a au moins trois ans que je te lis et te vois abonder dans le sens de plus de consommation de pétrole.
    ¨ca fait tout juste une semaine que le réchauffement climatique est officiellement "officiel" et tout ce que tu dis (et répète) c'est "n'en parlons plus" !
    .
    Au contraire, maintenant qu'on l'a au bout du nez, AGISSONS PIS ÇA PRESSE !
    2025 c'est l'éternité. On peut cesser toute consommation d'hydrocarbures en 5 ans.
    Des revirement urgents, les États et industries l'ont fait en moins d'un an pendant la guerre de 1939-45.
    Avec des bouleversements catastrophiques à l'horizon, C'EST UNE URGENCE!
    Il suffit que de volonté industrielle(parce que la volonté politique elle, est subordonnées à la volonté industrielle).
    Seulement la moité des bâtiments recouverts de panneaux solaires légers puissants et économiques à nanotubes suffiraient à fournir l'énergie du monde entier. Zéro pollution!
  • @ rexie
    Désolé tu te trompe, je ne suis pas un "climatoseptique" comme tu dis, je n'ai jamais nié le réchauffement climatique, au contraire ! Je dis juste qu'il est trop tard pour le réchauffement climatique, les humains auraient dû se réveiller il y a 30 ans !
    Arrêtons de parler de réchauffement climatique et parlons de quelque chose de plus concret pour sensibiliser les gens, la pollution (smog) dans les grandes villes, ce que tout le monde voient et respire à tous les jours.
    rexie mon ami, ce serait plus agréable si tu pouvais arrêter de nous coller toute sorte d'étiquette sans nous connaître.
  • @françoisQC
    Tiens donc! Les pétrolistes climatoseptiques ont toujours nié les changements climatiques mais quand ça fait leur affaire, ils ne jurent que par la communauté scientifique!
    On a un début de cancer du poumon, alors fumons cigares après cigares.
  • 100% d'accord avec felix et kiroulbien ! Rien à ajouter ...
    @ rexie
    Trop tard, il est trop tard ! La communauté scientifique le disent, même si aujourd'hui on éliminerais touts les véhicules de sur la terre, le mouvement de réchauffement est enclencher, ça ne changerais rien à ce qui va se produire ! Alors oublie ça et profites de la vie en attendant le pire.
  • 13 ans! Dans 13 ans, on va tous être mort empoisonnés, si ce n'est de smog, ou les ouragans, ce sera par les relents toxiques dégagés par les océans acidifiées et bourrées de cyannobactéries qui s'y seront développées!
    J'exagère! Mais les arlarmes climatiques se font très pressantes de diminuer drastiquement nos émissions.
    Pourquoi ne pas faire comme en Californie de 1995 et forcer les compagnies à 10% de véhicules à zéro émissions pour 5 ans plus tard? Ça a marché, Ford, Chrysler, GM, Toyota et Nissan, pour ne nommer que ceux-là ont tous sorti des voitures et camions électriques à plus de 100km d'autonomie. Les EV-1, Rav4-EV, et Nissan Altra-EV de 1999 avec piles Ni-MH faisaient plus de 200 km sur une charge... Puis Bush est arrivé, a poursuivi l'État de Californie avec l'aide des pétrolières, et les compagnies ont rappelé ces milliers de voitures en parfait état, qu'elles avaient toutes louées ... et les ont détruites!
    Sauf pour les RAV4-EV sauvées in extremis par la contestation des locataires, et dont des centaines roulent encore à ce jour.
    Voyez "Qui a tué la voiture électrique"
    .
    @motorbob
    Avec le monorail électrique insensible au climat, ce serait génial!
    http://www.trensquebec.qc.ca/
  • Une autre déclaration d'un politicien visant à donner une bonne image à son gouvernement.
    Le marché canadien n'intéresse pas vraiment les manufacturiers. Trop petit et trop étendu. Ceux qui sont présents le sont uniquement parce qu'ils vendent déjà aux Américains. Le Canada est un excellent marché de voitures sobres mais Peugeot et Renault refusent toujours de revenir en Amérique malgré leur gamme de véhicules très performants.
    Puisque les manufacturiers devront produire des automobiles consommant aussi peu que 4.3 litres au 100 pour les Etats-Unis, ces véhicules se retrouveront nécessairement ici sans l'intervention du "bon" gouvernement Harper.
    Le premier but d'une conférence de presse est de se donner une image positive peu importe le contenu.
  • Felix: vous avez bien raison de croire que le coût des carburants seront maintenus élevés par les pétrolières afin de maintenir les profits malgré la baisse de la demande.
    gl00001: Comment aller vour créer le transport en commun dans l'ensemble du Québec et du Canada. Le transport en commun en milieu urbain densément peuplé est en constant déficit et ne sait plus comment taxer ceux qui ne peuvent s'en servir.
    L'affirmation d'augmenter le transport en commun est tellememt coupé de la réalité géographique de notre pays. Allez-vous créer un réseau à Alma ou à Roberval. Pourquoi pas à Val D'or tant qu'à faire. Il y a d'autre ville que Montréal.
  • Une pierre deux coup, bon pour l'économie et un frein au voitures des pays émergents.
    Michel Marceau
  • @felixc
    Bien vu. Il faut donc augmenter l'offre en transports en commun pour accommoder tous ceux qui ne pourront plus utiliser de voitures.
  • C'aurait été difficile de faire autrement que les Etats-Unis. Faire des autos plus petites avec des moteurs plus petits va coûter $900. de plus, en dollars actuels, ... et non on ne sauvera pas ce montant à la pompe, car le jeu artificiel de l'offre et de la demande en pétrole va demeurer sinon empirer. Si le continent consomme moins, les pétrolières vont moins raffiner et moins stocker sur notre continent, nous faire croire qu'il y toujours un pépin quelque part pour justifier une augmentation du prix du litre. Pas fous, si on achète la moitié moins, les prix vont devoir doubler sinon le cours des actions va baisser. Les vieilles autos vont aller à la casse encore plus vite. La parc automobile va finir par rapetisser, malgré l'augmentation de la population.
  • Ce durcissement continental des normes est un pas dans la bonne direction.

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Connectez-vous | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de lapresse.ca. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

Recherche

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer