• Accueil > 
  • Auto > 
  • Actualités > 
  • Salon de l'auto de Detroit: les constructeurs étrangers sont des nationaleux américains

On agite le drapeau

Salon de l'auto de Detroit: les constructeurs étrangers sont des nationaleux américains

  • Cette Toyota Camry peinturlurée rouge-blanc-bleu envoie un message simple : Fabriquée aux États-Unis. Sous ce slogan, on peut lire : «Assemblée au Kentucky avec des pièces commandées aux USA et dans le monde». (AFP)

    Plein écran

    Cette Toyota Camry peinturlurée rouge-blanc-bleu envoie un message simple : Fabriquée aux États-Unis. Sous ce slogan, on peut lire : «Assemblée au Kentucky avec des pièces commandées aux USA et dans le monde».

    AFP

  • 1 / 13
  • Un Toyota Tundra pavoisant l'étoile texane et le slogan : «Construit ici, il vit ici». (AFP)

    Plein écran

    Un Toyota Tundra pavoisant l'étoile texane et le slogan : «Construit ici, il vit ici».

    AFP

  • 2 / 13
  • L'image d'un drapeau américain passe de façon quasi subliminale sur les écrans surplombant le stand de Volkswagen. (REUTERS)

    Plein écran

    L'image d'un drapeau américain passe de façon quasi subliminale sur les écrans surplombant le stand de Volkswagen.

    REUTERS

  • 3 / 13
  • Herbert Diess, président du conseil de Volkswagen, s'adresse aux médias avec en arrière plan un message d'amour envers les États-Unis, sous forme de pictogramme. <br /><br /> (AP)

    Plein écran

    Herbert Diess, président du conseil de Volkswagen, s'adresse aux médias avec en arrière plan un message d'amour envers les États-Unis, sous forme de pictogramme.

    AP

  • 4 / 13
  • Hyundai a choisi un thème américain pour son véhicule peint à l'effigie de la Ligne nationale de football. «Véhicule utilitaire multisegment officiel de la LNF», peut-on lire sur la carrosserie de ce Santa Fe. (AFP)

    Plein écran

    Hyundai a choisi un thème américain pour son véhicule peint à l'effigie de la Ligne nationale de football. «Véhicule utilitaire multisegment officiel de la LNF», peut-on lire sur la carrosserie de ce Santa Fe.

    AFP

  • 5 / 13
  • Hyundai a choisi un thème américain pour son véhicule peint à l'effigie de la Ligne nationale de football. «Véhicule utilitaire multisegment officiel de la LNF», peut-on lire sur la carrosserie de ce Santa Fe. (AFP)

    Plein écran

    Hyundai a choisi un thème américain pour son véhicule peint à l'effigie de la Ligne nationale de football. «Véhicule utilitaire multisegment officiel de la LNF», peut-on lire sur la carrosserie de ce Santa Fe.

    AFP

  • 6 / 13
  • Akio Toyoda a rappelé que la compagnike qu'il dirige et dont il a hérité emploie 40 000 personnes aux États-Unis. (REUTERS)

    Plein écran

    Akio Toyoda a rappelé que la compagnike qu'il dirige et dont il a hérité emploie 40 000 personnes aux États-Unis.

    REUTERS

  • 7 / 13
  • Akio Toyoda --qui a sa licence de pilote professionnel-- a fait appel au champion 2015 de la Sprint Cup Kyle Busch lors de sa conférence de presse lundi. (AFP)

    Plein écran

    Akio Toyoda --qui a sa licence de pilote professionnel-- a fait appel au champion 2015 de la Sprint Cup Kyle Busch lors de sa conférence de presse lundi.

    AFP

  • 8 / 13
  • Le président Akio Toyoda, de Toyota Motor Corporation, a annoncé un investissement de 10 millards aux États-Unis d'ici dix ans. (REUTERS)

    Plein écran

    Le président Akio Toyoda, de Toyota Motor Corporation, a annoncé un investissement de 10 millards aux États-Unis d'ici dix ans.

    REUTERS

  • 9 / 13
  • Cette Toyota Camry peinturlurée rouge-blanc-bleu envoie un message simple : Fabriquée aux États-Unis. Sous ce slogan, on peut lire : «Assemblée au Kentucky avec des pièces commandées aux USA et dans le monde». (AFP)

    Plein écran

    Cette Toyota Camry peinturlurée rouge-blanc-bleu envoie un message simple : Fabriquée aux États-Unis. Sous ce slogan, on peut lire : «Assemblée au Kentucky avec des pièces commandées aux USA et dans le monde».

    AFP

  • 10 / 13
  • Un Toyota Tundra pavoisant l'étoile texane et le slogan : «Construit ici, il vit ici». (AFP)

    Plein écran

    Un Toyota Tundra pavoisant l'étoile texane et le slogan : «Construit ici, il vit ici».

    AFP

  • 11 / 13
  • Un Toyota Tundra pavoisant l'étoile texane et le slogan : «Construit au Texas». (AFP)

    Plein écran

    Un Toyota Tundra pavoisant l'étoile texane et le slogan : «Construit au Texas».

    AFP

  • 12 / 13
  • Un Toyota Tundra pavoisant l'étoile texane et le slogan : «Construit ici, il vit ici». (AFP)

    Plein écran

    Un Toyota Tundra pavoisant l'étoile texane et le slogan : «Construit ici, il vit ici».

    AFP

  • 13 / 13

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

D'après AFP

Ils multiplient les déclarations de fidélité aux États-Unis, ils claironnent leurs investissements en sol américain et ils peinturent leurs voitures aux couleurs du drapeau Stars and Stripes : au Salon de l'auto de Detroit, les constructeurs étrangers beurrent épais le patriotisme américain.

La tendance n'a rien de nouveau, et les messages publicitaires et marketing des fabricants mondialisés s'adaptent dans chaque zone géographique. Mais cette année à Detroit, l'arrivée imminente de Donald Trump au pouvoir donne à ces professions de foi une signification particulière.

Le président élu a en effet pressé des constructeurs de favoriser l'emploi sur le sol des États-Unis plutôt qu'au Mexique, devenu un centre de production automobile de premier plan à la faveur de l'ALÉNA, l'accord de libre-échange nord-américain.

Toyota fait un chèque de 10 milliards

Certains constructeurs ont donné des gages à M. Trump, dont Toyota qui a opportunément annoncé mardi un investissement de 10 milliards de dollars dans les cinq prochaines années dans le pays, où il a souligné employer 40 000 personnes.

Sur le stand à Detroit de la marque japonaise, qui renouvelle cette année sa Camry, il est difficile de manquer l'une de ces berlines, la carrosserie aux couleurs du drapeau étoilé et barrée des lettres «Fabriquée aux États-Unis».

Un Toyota Tundra pavoisant l'étoile texane et le... (Photo Agence France-Presse) - image 4.0

Agrandir

Un Toyota Tundra pavoisant l'étoile texane et le slogan : «Construit ici, il vit ici».

Photo Agence France-Presse

Derrière cette voiture, deux pick-ups Toyota Tacoma et Tundra, ce dernier arborant sur ses flancs tricolores une représentation de la carte du Texas où il est assemblé.

Quant au Tacoma, également aux couleurs américaines, sa décoration rappelle que Toyota participe au programme de la fondation de la Chambre de commerce américaine «Embauchons nos héros», anciens combattants d'Irak ou d'Afghanistan.

«Toyota est le seul constructeur étranger à s'être lancé dans la NASCAR», populaires courses sur circuits ovales, relève Bertrand Rakoto, analyste indépendant basé à Detroit, pour qui il y a chez Toyota «une volonté de s'inscrire vraiment dans la culture américaine».

Non loin de là, chez Hyundai, un 4x4 urbain est peint aux couleurs de la NFL, la fédération de football américain, sport confidentiel en Corée du Sud.

Construction sur place

L'image d'un drapeau «stars and stripes» passe aussi de façon quasi subliminale sur les écrans surplombant le stand de Volkswagen, marque qui tente de se remettre en selle après le scandale des moteurs diesel truqués, et expose le massif 4x4 urbain Atlas.

Ce dernier est «conçu pour le style de vie américain et construit ici, aux États-Unis, dans notre usine dernier cri à Chattanooga» au Tennessee, a vanté lundi le PDG de la marque aux États-Unis, Hinrich Woebcken... en éludant le fait que l'autre nouveauté du jour, le 4x4 Tiguan rallongé, sort d'une usine mexicaine.

Le PDG de Nissan, Carlos Ghosn, a quant à lui profité du salon de Detroit pour rappeler que son entreprise «investit depuis 33 ans aux États-Unis» et que son usine de Smyrna (au Tennessee) est «la plus grande usine automobile des États-Unis avec 642 000 voitures produites en 2016».

De fait, pour se prémunir contre les variations de change et éviter des taxes à l'importation, les constructeurs japonais, coréens et allemands ont installé de nombreuses usines ces 30 dernières années, surtout dans le sud des États-Unis (Carolines, Alabama, Tennessee, Missouri...) par opposition à la région de Detroit, berceau traditionnel de l'industrie automobile américaine.

C'est le cas de Mercedes, BMW et Volkswagen dont la production américaine a quadruplé entre 2009 et 2016, de 214 000 à 850 000 unités, a souligné lundi la fédération allemande de l'automobile VDA, y voyant «un engagement clair envers les États-Unis en tant que base industrielle», d'autant plus que 59% de ces voitures sont exportées. Le Suédois Volvo veut aussi faire de sa future usine de Charleston (Caroline du Sud) une base d'exportation.

Quelles que soient les marques, «les véhicules destinés au marché américain sont essentiellement fabriqués aux États-Unis», remarque Bertrand Rakoto.

Les consommateurs américains «restent fiers (de leur pays), ils veulent acheter américain. Une Honda américaine ou une Toyota américaine, ça reste un achat patriotique malgré tout, et les constructeurs jouent ouvertement là-dessus», assure-t-il.

Partager

Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2016

Jeep - Cherokee 2016

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer