• Accueil > 
  • Auto > 
  • Actualités > 
  • Moteurs diesel: après Volkswagen, des juges vont enquêter sur Renault 

Moteurs diesel: après Volkswagen, des juges vont enquêter sur Renault 

Avant même l'enquête judiciaire lancée en France sur... (Photo : renault)

Agrandir

Avant même l'enquête judiciaire lancée en France sur Renault, le constructeur français avait commencé à rappeler des modèles montrés du doigt comme non conformes aux normes de pollution. Le VUS Kaptur est un de ceux-là.

Photo : renault

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

Agence France-Presse

Près d'un an et demi après l'éclatement du scandale Volkswagen, trois juges vont mener une enquête sur Renault pour chercher à savoir si le premier constructeur automobile français a minoré les émissions polluantes de ses voitures diesel.

Le parquet de Paris a ordonné le 12 janvier l'ouverture d'une information judiciaire pour «tromperie sur les qualités substantielles et les contrôles effectués», ajoutant comme circonstance aggravante que «les faits ont eu pour conséquence de rendre la marchandise dangereuse pour la santé de l'homme ou de l'animal».

Renault, qui a présenté en mars 2016 un plan d'action pour réduire les émissions d'oxydes d'azote (NOx) sur certains de ses moteurs diesel, «respecte la législation française et européenne» et ses véhicules «ne sont pas équipés de logiciels de fraude aux dispositifs de dépollution», a réagi le groupe dans un communiqué.

La marque au losange est le second constructeur automobile à devoir s'expliquer devant la justice française: une information judiciaire visant Volkswagen, qui a reconnu en septembre 2015 avoir équipé onze millions de ses véhicules diesel à travers le monde d'un logiciel destiné à tromper les contrôles anti-pollution, a été ouverte en février 2016 pour «tromperie aggravée».

L'information judiciaire visant Renault fait suite à une enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), alimentée en partie par les conclusions de la commission d'experts indépendants mise en place en octobre 2015 par la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, après le scandale Volkswagen.

Plusieurs constructeurs montrés du doigt

Les travaux de la commission, chargée d'effectuer des tests sur une centaine de véhicules vendus en France, révèlent d'importants dépassements des seuils de pollution chez certains constructeurs, en particulier Renault.

A la suite de ce rapport, la DGCCRF, qui mène une enquête parallèle sur une douzaine de marques commercialisant des véhicules diesel en France, s'intéresse plus particulièrement à Renault.

Les enquêteurs ont mené une série de perquisitions en janvier 2016 au siège social de Renault et dans deux centres techniques du groupe, provoquant une chute du prix de l'action sur les marchés. Plusieurs cadres du groupe sont aussi interrogés.

Par ailleurs, aux États-Unis, le groupe italo-américain Fiat Chrysler Automobiles (FCA) est aussi accusé d'avoir violé les lois américaines sur la pollution de l'air en dissimulant l'existence d'un logiciel équipant 104 000 de ses véhicules dans le pays, ce qu'il dément.

Partager

Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2016

Jeep - Cherokee 2016

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer