• Accueil > 
  • Auto > 
  • Actualités > 
  • Renault investit dans la presse écrite pour parler directement au public de ses autos connectées

Renault investit dans la presse écrite pour parler directement au public de ses autos connectées

Renault est désormais dans la presse écrite, ayant... (photo REUTERS)

Agrandir

Renault est désormais dans la presse écrite, ayant pris une participation de 40 % dans le Groupe Challenge, qui possède le magazine économique du même nom et plusieurs magazines scientifiques. Ci-haut, le PDG de l'Alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn.

photo REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

C'est une première pour Renault et pour l'automobile française: le constructeur va prendre une participation de 40% dans le groupe de presse de Challenges et Sciences & Avenir, pour tester la création de contenus adaptés aux utilisateurs de voitures connectées.

«Ensemble, on voudrait pouvoir rechercher et travailler sur le contenu de demain», a indiqué Carlos Ghosn lors d'un entretien avec la presse à Paris. «Il faut qu'on regarde la possibilité de créer du contenu à la demande, en fonction du profil de l'utilisateur», sous la forme de textes ou d'émissions audio ou vidéo, a précisé le PDG de Renault.

L'actualité automobile sera traitée de façon indépendante, selon... - image 2.0

Agrandir

L'actualité automobile sera traitée de façon indépendante, selon la direction de Challenges, et la Renault en Une de son numéro paru aujourd'hui est une «coïncidence».

Science & Vie, La Recherche, Historia...

Renault va investir 5 millions d'euros et éponger les dettes du groupe, a précisé à ses côtés Claude Perdriel, le président et fondateur du groupe qui outre Challenges (207 000 exemplaires vendus chaque semaine) comprend également les mensuels Sciences & Vie, La Recherche, L'Histoire et Historia.

C'est une bonne nouvelle pour l'hebdomadaire, dont les ventes se redressent tout juste après de graves difficultés budgétaires et un plan d'économies. Le groupe, dont le chiffre d'affaires oscille entre 43 et 45 millions d'euros, devrait «embaucher» à la suite de cette annonce, a précisé M. Perdriel.

Au terme de cette transaction, le groupe Challenges sera détenu à 60% par son actionnaire historique et PDG, Claude Perdriel, et à 40% par Renault. M. Perdriel en restera le PDG. Ce dernier est aussi connu pour avoir fondé le Nouvel Observateur, qu'il a vendu au Monde en 2014.

Un avenir «effrayant»

Cet éditeur chevronné explique avoir hésité avant d'accepter l'offre du géant de l'automobile, mais considère qu'il faut se préparer à un avenir de la presse écrite «effrayant».

Le magnat de la presse Claude Perdriel, propriétaire... - image 4.0

Agrandir

Le magnat de la presse Claude Perdriel, propriétaire exploitant du Groupe Perdriel, à Paris en novembre 2015. Photo: AFP

Pour Renault, cette petite prise de participation (sur un budget d'investissement annuel du groupe de 1,1 milliard d'euros) a valeur de test, alors que l'ensemble des 10 millions de voitures vendues chaque année par l'alliance Renault-Nissan (qui comprend aussi les marques Mitsubishi, Dacia, Renault Samsung Motors, Alpine et Lada) devraient être «connectées» d'ici 2022.

«Notre objectif est mondial (...), avec un test grandeur nature dans le groupe Challenges», a expliqué Carlos Ghosn, qui n'exclut pas d'autres acquisitions ou partenariats dans la presse à l'avenir.

Quand les conducteurs s'occuperont moins du volant, que les écrans seront partout, «le contenu déterminera le choix de la voiture», a assuré Carlos Ghosn.

Pour contrer Google

Le PDG de Renault a choisi le groupe Challenges car ses magazines s'intéressent à des thèmes «exploitables à une échelle mondiale» (économie, sciences, histoire), selon lui. En maîtrisant la production de ses contenus, Renault souhaite notamment prendre les devants face à de nouveaux concurrents comme Google, qui investit massivement dans l'automobile.

Ce partenariat n'est pas sans rappeler certains opérateurs de télécoms qui ont racheté comme SFR des journaux et incluent dans leurs forfaits l'accès à des titres de presse en version numérique.

En dépit de cette prise de participation, les journalistes de Challenges continueront à traiter de l'actualité automobile de façon indépendante, selon sa direction, et la Renault en Une de son numéro à paraître jeudi est une «coïncidence».




Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2018

Jeep - Cherokee 2018

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box
image title
Fermer
image title
Fermer