Acura MDX: le triomphe de l'homogénéité

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

Éric LeFrançois

Collaboration spéciale

La Presse

Pour la concurrence, le succès commercial de l'Acura MDX garde une part de mystère. Ce modèle, qui n'a rien de très flamboyant ni de très sophistiqué, domine pourtant largement la concurrence au chapitre des ventes.

Autant dire que, avec un tel bilan, le constructeur japonais n'a pas envie de sortir de l'épure. Hardie, mais prudente, la MDX peaufine la recette du succès et évite soigneusement de s'écarter de ce qui a fait sa bonne fortune.

Conçue sur une architecture toute neuve, la MDX est enveloppée aujourd'hui d'une carrosserie moins intimidante que la précédente. Plus étroite, cette Acura est aussi plus légère d'une centaine de kilos. Cela est dû en grande partie à l'utilisation accrue d'acier à haute résistance et à une conception différente du train arrière. D'ailleurs, ce dernier est délesté de 12 kilos par rapport au précédent.

La refonte de ce modèle représentait l'occasion de dire «sayonara» au V6 de 3,7 litres et de boulonner à sa place un 3,5 litres qui se flatte d'être plus sobre sans sacrifier l'agrément de conduite. On appelle cela le downsizing: réaliser des performances identiques avec un moteur plus petit et moins polluant. S'il concède 10 chevaux au 3,7-litres qu'il remplace, le 3,5-litres non seulement affiche un rapport poids/puissance légèrement supérieur, mais aussi produit plus de couple sur une plage de régimes plus étendue.

Mais ce qui frappe avant tout, ce sont les tarifs révisés de cette mouture. La version d'entrée de gamme, par exemple, est beaucoup plus accessible financièrement sans rogner sur les accessoires de série, plus nombreux qu'autrefois.

Une recette toute simple

Plus étroite, mais plus longue, la MDX de troisième génération conserve sensiblement le même volume intérieur que le modèle antérieur. De l'espace à revendre, mais un encombrement raisonnable, une assise haute - malgré une réduction de la garde au sol - et, pour celui ou celle qui tient le volant, des sensations de conduite plus intenses que sa stature ne le laisse envisager.

Publicité

Dans le cadre de la refonte de cet utilitaire, Acura a enrichi la liste des accessoires de série de la MDX et réduit de manière appréciable le coût du modèle d'entrée de gamme. La clientèle appréciera également les nombreux espaces de rangement où l'on peut déposer à sa guise tous les objets essentiels à la vie moderne: ordinateur portable, téléphone cellulaire, verres fumés et sac à main.

La position de conduite se veut confortable et dominante, la visibilité, impeccable, à l'exception de l'angle mort créé par un troisième montant de pavillon et des appuie-tête arrière costauds. Le confort et le maintien des sièges avant sont de très bon niveau. Rien à redire non plus à la rangée médiane qui permet de prendre ses aises grâce à une banquette qui coulisse et s'incline comme à l'avant. Complètement à l'arrière, c'est une autre histoire. Malgré un mécanisme «amélioré», l'accès et la sortie demeurent une source de contrariété doublée d'un numéro d'acrobatie que seuls des enfants se plairont à exécuter.

Sous le grand hayon, la soute révèle un volume restreint - bien qu'amélioré un brin -, à moins de faire disparaître la troisième banquette sous le plancher. En revanche, la hauteur du seuil a été abaissée - garde au sol réduite et nouvel aménagement de la suspension arrière -, ce qui a pour effet de faciliter le chargement.

L'ergonomie douteuse du modèle précédent a également été révisée. Plusieurs des quelque 40 boutons qui tapissaient le tableau de bord ont disparu et se trouvent maintenant intégrés à une interface tactile. Peut-être un peu trop, de sorte qu'on tâtonne encore. Quant à la présentation générale, soulignons qu'elle est de qualité, à défaut d'être particulièrement emballante. Une critique qui s'adresse principalement aux livrées les plus cossues inscrites au catalogue, qui commandent des prix qui les positionnent face à des réalisations européennes autrement plus gratifiantes.

Comportement costaud

On doute que la clientèle visée par la MDX accordera la moindre importance à l'affirmation voulant que cette nouvelle mouture «colle» huit secondes au tour à l'ancienne sur la boucle nord du Nürburgring. Tourner un volant, accélérer, freiner, c'est à peu près tout ce que nous demande cette Acura, dont l'électronique embarquée se charge du reste. Et elle le fait plutôt bien. D'ailleurs, parions qu'un très faible pourcentage d'acheteurs modifiera les paramètres de conduite proposés sur ce véhicule, qui se trouvent logés sous une manette identifiée par les lettres IDS au pied de la console (Confort-Normal-Sport). En revanche, la clientèle pourrait bien plus intéressée par les améliorations acoustiques apportées à ce modèle dans le cadre de cette refonte. On y entend presque le battement des ailes d'une mouche.

Le V6 de 3,5 litres offre un superbe rendement, mais est doublé d'une transmission six vitesses... Celle-ci ne pose aucun souci sur le plan de la fiabilité ou de la gestion, mais elle est loin de représenter la compagne idéale pour réduire la consommation de carburant. À ce sujet, mentionnons que le modèle 2016 aura droit à une boîte à neuf rapports.

S'il vous disait de vous aventurer dans un sentier, sachez que la monte pneumatique de la MDX n'est aucunement adaptée pour jouer les tout-terrain: le frein moteur est presque inexistant; la garde au sol est peu élevée; les angles d'approche et de sortie sont beaucoup trop serrés; il n'y a aucune plaque protectrice et pas de boîtier de transfert.

Bref, vous allez vous envaser dans la première ornière.

Par contre, sur le pavé, la MDX performe plutôt bien. Sa direction télégraphie avec plus d'acuité le relief de la chaussée, et les suspensions offrent un juste compromis entre tenue de route et confort. Les mouvements de caisse sont bien contrôlés, et la MDX non seulement met en confiance, mais aussi démontre une agilité étonnante que son encombrement ne laissait pas supposer.

La MDX ne brille pas particulièrement en tout. Mais elle a l'avantage de faire preuve d'une belle homogénéité (et fiabilité), et ce, à un prix somme toute raisonnable dans la catégorie.

L'essentiel

  • Marque/Modèle : Acura MDX
  • Fourchette de prix : 50 290 $ à 64 290 $
  • Coût de transport et préparation : 2125 $
  • Garantie de base : 4 ans/80 000 km
  • Consommation réelle : 11,7 L/100 km
  • Pour en savoir plus : www.acura.ca

Technique

  • Moteur : V6 SACT 3,5 litres
  • Puissance : 290 ch à 6200 tr/min
  • Couple : 267 lb-pi à 4500 tr/min
  • Rapport poids-puissance : 6,68 kg/ch
  • Poids : 1938 kg
  • Mode : Intégral
  • Transmission de série : Automatique 6 rapports
  • Transmission optionnelle : Aucune
  • Direction/Diamètre de braquage (m) :
  • Crémaillère/11,1
  • Freins av-arr : Disque/Disque
  • Pneus (av-arr) : 245/60R18
  • Capacité du réservoir/
  • Essence recommandée : 73,8 litres/Super
  • Capacité de remorquage maximale (kg) : 2268

On aime

  • Moteur V6 soyeux
  • Insonorisation de l'habitacle
  • Rapport prix/performance du modèle de base

On aime moins

  • Ergonomie de l'interface
  • Boîte 6 rapports
  • Les versions les plus coûteuses

Partager

Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2017

Jeep - Cherokee 2017

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer