Essai routier - Cadillac XT5 : en quête de notoriété

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Charles René
La Presse

Vous ne connaissez probablement pas le Cadillac SRX. N'ayez crainte, on ne vous en tiendra pas rigueur. Le premier multisegment de l'histoire de Cadillac, né en 2004, n'aura été qu'une parenthèse dans le long récit mouvementé de la célèbre marque américaine. Au nom d'une nouvelle nomenclature, son successeur a été rebaptisé XT5. Derrière ce changement de garde, opéré au milieu de 2016, se cache une réforme technique tablant sur un nouveau châssis. 
A-t-il la bonne approche pour conquérir une nouvelle clientèle ?

SON DESIGN

Force est d'admettre que le XT5 présente un physique élégant, sans renier la filiation avec sa marque, un exercice plus complexe qu'il n'y paraît, compte tenu de sa large mission de multisegment. Son faciès arbore ainsi une calandre en pentagone, la signature stylistique de Cadillac depuis quelques années. Son coloris d'aluminium brossé s'agence particulièrement bien avec le registre anguleux des traits, conférant une assurance raffinée et costaude au rendu. Les diodes qui cascadent et s'infiltrent sous le bouclier avant ajoutent aussi une touche de sophistication. De côté, les porte-à-faux courts et les coups de crayon descendant vers l'avant apportent une présentation plus ramassée et dynamique. À l'arrière, Cadillac exploite le relief latéral pour asseoir ses feux, ce qui trompe quelque peu l'oeil sur la largeur réelle de ce XT5.

À BORD

Après avoir accédé facilement à l'habitacle, nous posons les yeux sur une planche de bord aux lignes épurées, très loin du clinquant stéréotypé du Cadillac d'antan. La qualité de finition est impressionnante, tout comme le choix des matières, qui semble avoir fait l'objet d'une grande attention. Le bois, l'aluminium et le cuir se côtoient avec harmonie et selon un bon dosage dans la livrée Platinum essayée. Il faut réellement chercher pour trouver des surfaces de plastique dur. Les commutateurs de contrôle des fenêtres et du verrouillage des portières, empruntés à des produits General Motors moins coûteux, jurent cependant avec le décor. Pour l'espace, le XT5 figure dans le haut du classement du segment, surtout à l'avant. Derrière, le toit ouvrant grignote néanmoins quelques précieux centimètres de dégagement pour la tête.

SOUS LE CAPOT

Le XT5 n'est offert ici qu'avec un V6 de 3,6 L. Développant 310 ch et 270 lb-pi de couple, ce moteur de dernière génération dispose de la désactivation de la cylindrée. Cela lui permet de fonctionner sur quatre cylindres pendant de courtes périodes et d'offrir un système d'arrêt/redémarrage fort efficace. Très doux et bien agencé avec sa boîte automatique (8 rapports), il étale une prestation honnête. Un peu creux à bas régime - son couple maximal est offert seulement à 5000 tr/min -, il se reprend au centre du compte-tours, où l'empressement devient plus manifeste. Bref, c'est un bon moteur d'entrée de gamme, mais on aimerait des options plus frugales ou énergiques, choses que Cadillac prépare dans les coulisses, nous a-t-on confirmé.

DERRIÈRE LE VOLANT

Sur le plan dynamique, le XT5 n'a pas la prétention de révolutionner le genre. Bien que fort précise, la direction manque légèrement de vivacité et le toucher paraît assez déconnecté, chose qui est évidemment exacerbée par les pneumatiques d'hiver. Les amortisseurs continuellement adaptatifs font en revanche de l'excellent travail. Le multisegment s'inscrit ainsi bien en virage, sans malmener les passagers. Les récentes chutes de neige sur la région de Montréal ont confirmé que la transmission intégrale, curieusement optionnelle, fait aussi du bon boulot, mais demeure réglée pour un comportement prévisible favorisant une transition du couple de l'avant vers l'arrière de manière très graduelle. Soulignons finalement l'excellente insonorisation du XT5, comparable à ce qui se fait chez Lexus, rien de moins.

LES TECHNOLOGIES EMBARQUÉES

Fidèle au positionnement de sa catégorie, le XT5 peut être livré avec pratiquement tout l'attirail technologique imaginable. Du régulateur de vitesse adaptatif aux capteurs d'angles morts, en passant par une caméra arrière supplémentaire pour le rétroviseur central, il est difficile de le prendre à contre-pied ici. Cadillac a eu l'excellente idée d'offrir le système de navigation comme option individuelle sur certaines versions, ce qui ne force pas l'acheteur à se procurer un groupe d'options onéreux. En outre, le système d'infodivertissement CUE reste à peaufiner. La construction des menus prête à confusion, on trébuche souvent pour faire des opérations a priori simples. On se reprend toutefois sur la sonorité, avec une chaîne Bose aux tonalités riches et bien définies.

Cadillac XT5. Photo fournie par constructeur.... - image 7.0

Agrandir

Cadillac XT5. Photo fournie par constructeur.

LE VERDICT

Le XT5 nous fait rapidement oublier le SRX. L'exécution dans son ensemble est beaucoup plus convaincante sur pratiquement tous les points de comparaison. La qualité des matériaux et l'insonorisation lui permettent de cultiver un bon niveau de raffinement, tout comme l'équipement assez généreux. Le XT5 a aussi un format fort intéressant, qui se situe à mi-chemin entre un multisegment compact et un multisegment intermédiaire. L'expérience de conduite n'est cependant pas encore à la hauteur de la concurrence allemande, en grande partie en raison de sa direction un peu engourdie et de son offre mécanique à un seul moteur. La faible notoriété du XT5 encourage également une faible valeur de revente. Qu'à cela ne tienne, le meilleur est certainement à venir ici, car les bases sont solides.

CARNET DE NOTES

COFFRE ARRIÈRE 

Grâce à un système simple de poignées à l'arrière permettant de rabattre les dossiers de la rangée arrière, le volume du coffre peu passer d'un déjà généreux 849 L à 1784 L. 

TOUCHES TACTILES 

Alors que certains constructeurs reviennent aux molettes, Cadillac propose toujours certaines touches tactiles, dont celle du volume de la chaîne audio, qui ne réagissent pas bien par temps froid. 

TRANSMISSION INTÉGRALE 

Le XT5 est proposé avec un système de transmission intégrale à double embrayage relativement sophistiqué capable d'envoyer jusqu'à 100 % du couple disponible au train arrière. 

VISIBILITÉ ARRIÈRE 

Les épais piliers arrière du XT5 nuisent à la visibilité arrière 3/4. La caméra de recul est heureusement proposée de série. 

ESPACES DE RANGEMENT 

Le XT5 se démarque également par ses nombreux espaces de rangement à l'avant, un avantage qui découle de son levier de vitesses, au demeurant un peu confus, mais très compact.

FICHE TECHNIQUE

VERSION À L'ESSAI : PLATINUM

PRIX (AVEC OPTIONS, TRANSPORT ET PRÉPARATION) : 73 805 $

MOTEUR : V6 DACT 3,6 L

PUISSANCE : 310 ch à 6600 tr/min

COUPLE : 271 lb-pi à 5000 tr/min

TRANSMISSION : Automatique à 8 rapports avec mode manuel

ARCHITECTURE MOTRICE : Moteur transversal avant, transmission intégrale

CONSOMMATION (ÉNERGUIDE) : 11,2 L/100 km (essence à octane 87)

CONCURRENTS : Audi Q5, Acura RDX, Alfa Romeo Stelvio, BMW X3, Infiniti QX50, Jaguar F-Pace, Lincoln MKC/MKX, Lexus NX/RX, Mercedes GLC, Volvo XC60

DU NOUVEAU EN 2018 ?  Non, aucun changement majeur




Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2017

Jeep - Cherokee 2017

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box
image title
Fermer
image title
Fermer