article:4598652:article

GM dévoile sa citadine électrique

La Spark électrique de Chevrolet.

Agrandir

La Spark électrique de Chevrolet.

Photo fournie par GM

Publicité

Publicité

Sébastien Templier | La Presse

Publié le 28 novembre 2012 | Mise à jour le 28 novembre 2012 à 15h00

Chevrolet se taille à son tour une place dans le domaine du tout-électrique avec le lancement de sa Spark électrique cette semaine au salon de Los Angeles. Une voiture résolument urbaine. Comme ses concurrentes.

Classée comme une micro-voiture, la récente version à essence est là pour concurrencer les Fiat 500, Scion iQ et Smart Fortwo. Inévitablement, la version électrique de la Spark va donc tenter de faire de l'ombre aux modèles précités destinés eux aussi - si ce n'est déjà fait - à être électrique.

Dans les allées du Convention Center de Los Angeles, la Spark électrique a d'ailleurs été présentée le même jour que la Fiat 500 électrique. Avec, comme signe distinctif soit dit en passant, cette calandre hermétique semblable à celle de la Volt.

Avant de la mettre en marché l'été prochain en Californie, en Oregon, au Canada et en Corée du Sud, General Motors avance certains arguments qui, espère-t-il, démarqueront sa voiture de la concurrence.

Publicité

Photo fournie par GM

Agrandir

«La Spark électrique devrait offrir l'une des meilleures autonomies de sa catégorie», affirme GM sans toutefois préciser quelle sera celle-ci. Avec une batterie au lithium-ion d'un peu plus de 20 kWh et un moteur électrique de 110 kW (130 chevaux), elle est apparemment du même calibre sous le capot que la Nissan Leaf et la Ford Focus électrique, et même plus puissante que la Japonaise (GM annonce un 0 à 100 km/h en huit secondes). Son autonomie devrait être proche de celles de ces deux voitures qui n'excèdent pas les 150 km dans des conditions optimales. Le constructeur affirme avoir améliorer l'aérodynamisme de la Spark pour cette version électrique, permettant ainsi d'obtenir quelques kilomètres d'autonomie supplémentaires au compteur.

GM garantit le bloc-batterie 8 ans ou 160 000 km, comme la concurrence. Et permet la recharge sur 120 V et 240 V. La voiture peut être rechargée à 80% en 20 minutes. Son temps de recharge sur 240 V correspond à la moyenne de l'industrie, entre six et sept heures.

«Le bloc-batterie de la Spark a fait l'objet de plus de 200 000 heures de tests dans nos laboratoires. Et a été soumis aux mêmes simulations extrêmes que celui de la Volt», a précisé dans un communiqué Pamela Fletcher, ingénieure en chef des véhicules électriques chez Chevrolet.

Même si aucun prix officiel n'a encore été publié, General Motors avance que cette Spark serait vendue moins de 25 000 $, déductions faites des subventions gouvernementales.

Propulsé par FordComparer des véhicules »

1 Ford - Escape 2012: Rideau

Ford - Escape 2012: Rideau

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Commentaires (26)

Commenter cet article »

  • "psy du dimanche" Tiens donc, c'est justement dimanche aujourd'hui! :-)
    Les achats groupés pour des autos électriques dans les municipalités: excellente idée.
    Sauf que si la production mondiale de Spark EV est limitée à 2000 dans la première année (2013-2014), il ne faudrait pas que le groupe soit trop gros. Et si chaque municipalité ne peuvent acheter que quelques Spark EV par année, même trop "chères", elles ne les ruineront pas.
  • @SMIS : les achats sont déjà groupés pour les autobus au Québec et l'AMT est en partenariat avec le NJTA pour les achats de matériel ferroviaire roulant. Ça se fait déjà, j'imagine que pour des voitures ça se peut se faire aussi.
    Je suis contre les subventions au voitures à usage personne, électrique ou non. Je suis aussi contre les subventions à l'exploitation pétrolière. Si on coupe les secondes, on n'aura pas vraiment besoin des premières, et c'est nos retours d'impôts qui seront plus gros.
  • @rexie
    j'ajouterais aussi que tout le monde fabrique déjà des moteurs électriques, ce qui est bien affollant j'imagine pour les fabricant de moteur à gaz...
  • @simon_c
    T pas placé pour parler, tu viens juste d'attaquer MisterB personnellement 4 fois dans la même phrase..(psy du dimanche, ridicule, maturité, hors sujet.)
    Je préfère la réserve et l'honnêteté documentée de MisterB à tes attaques sournoises et dissimulées.
    .
    Tout le monde est d'accord que les voitures électriques coûtent trop cher et ne sont pas assez autonomes. Tout le monde sauf les fabricants on dirait. On dirait parce qu'en réalité, ils ne veulent pas en vendre à cause des pertes de profits pour eux.
    .
    Les autos électriques ne requièrent aucun entretiens, sont plus simples, donc moins chers à construire donc logiquement moins chers à l'achat, donc à terme moins de marge de profit, et de plus, leur moteur est au moins 3 fois plus durables que les moteurs à explosions qui à la longue n'en peuvent plus ... d'exploser...
  • "Vous sentez-vous attaqué personnellement par l'arrivée de la Spark EV pour vous défendre ainsi?"---misterB
    Je ne crois pas que vous devriez recommencer à jouer à la psy du dimanche. Après vos tentatives ridicules avec mes commentaires, j'osais espérer que vous ayez pris de la maturité.
    Restons sur le sujet.
  • @francois_qc "le surplus au coût d'achat, mais aller expliquer ça devant votre gérant de banque quand viendra faire l'achat et le financement. "
    .
    Je ne sais pas pour le financement mais pour l'assurance, une auto électrique donne une réduction de 15% à 20% selon les institutions financières! :-)
    ... il ne faut pas sous estimer "votre gérant de banque"!
    http://www.auto123.com/fr/actualites/les-automobiles-vertes-permettent-deconomiser?artid=148081
    .
    "Comme je l'ai écris souvent, je fais ma part, la semaine je fais tout à pied " Nous sommes bien content pour vous. Et alors? Vous sentez-vous attaqué personnellement par l'arrivée de la Spark EV pour vous défendre ainsi? Si elle ne vous convient pas, c'est bien correct!
  • Selon moi, même si je ne suis pas d'accord avec la subvention gouvernementale, le prix d'une voiture électrique devrait revenir à son équivalent au gaz une fois tout les crédits/remises/subventions données.
    On se fait encore rouler dans la farine, ça va toujours nous couter plus cher. Désolé pour le pessimisme volontaire.
    Pour suivre le fil des idées, je suis certain qu'un vrai négociateur pourrait avoir un prix intéressant pour un achat massif de petit véhicule électrique pour les villes. Mais pourquoi toujours ce regarder le nombril? Pourquoi LES villes n'achètent pas en groupe? Il doit bien avoir moyen de négocier avec les différents fabricant?
  • Je suis d?accord que les villes et organismes qui se déplacent qu?en ville devrait avoir des véhicules électriques, ce serait plus logique.
    Quand on me parle de «sauver la planète» ou réchauffement climatique, ça me touche moins, car la planète n?a pas besoin d?être sauvé (nous oui) et selon les scientifiques, il est trop tard de toute façon, le mal est fait. MAIS il faut diminuer absolument la pollution (smog) dans les grandes villes, ça c?est très important.
    Le problème des voitures électrique est le coût d?achat et la faible autonomie. Comme ça déjà été dit, ce n?est bon que comme deuxième véhicule.
    Et c'est bien beau (et vrai) de dire qu?en 10 ans on peut récupérer en économie sur l?essence le surplus au coût d?achat, mais aller expliquer ça devant votre gérant de banque quand viendra faire l'achat et le financement. Ça va faire comme pour les autres véhicules « as-tu les moyens selon ton salaire de te payer un char de plus de 40 000$ ? Non ? Oubli ça !»
    Comme je l?ai écris souvent, je fais ma part, la semaine je fais tout à pied (bureau, épicerie, etc.), je ne prends mon véhicule que la fin de semaine pour sortir de la ville. Exemple, ce mois si (novembre) je n?ai fait qu?environ 375 km, résultat, la dernière fois que j?ai mis de l?essence c?est le 28 octobre ! Et il me reste encore presque la moitié de la tank, alors ?
  • @MisterB
    C'est bien dit et parfaitement vrai!
    Étonnant de voir que tout ce potentiel de développement n'est pas compris par tous ceux qui le possède?
    La bonne nouvelle, ce trésor nous appartient, il est riche, il est propre et il ne peut pas disparaître ou s'épuiser comme les ressources fossile.
    Ce qui n'est pas une raison pour installer des capacités qui ne serviront à personne, et nous coûteront cher.
  • @kiroulbien "C'est avec ses exportations qu'un pays s'enrichit."
    Tout à fait d'accord! Mais c'est avec les importations qu'il s'appauvrit. Le pétrole est importé!!!
    .
    Et l'électricité, on en exporte déjà autant qu'on peut; malgré cela, nous aurons des surplus d'électricité pendant les 10 prochaines années, en particulier avec l'entrée en service de La Romaine. Donc le seul débouché pour cette électricité est au Québec.
    .
    Dans le fond, pour la société québécoise, l'électricité des autos électriques ne coût rien de plus que ce que l'on devra payer de tout façon. Autrement dit, si on a de l'électricité que l'on ne peut utiliser, il faudra payer la facture tout de même (dont La Romaine dont on n'a pas besoin) en augmentant les tarifs. Si on en utilise plus, on paiera la même somme totale globalement mais on importera moins de pétrole: un gain net!
    Et là on parle de milliards$$$.
  • simon_c 20h37
    Parfaitement d'accord!
    En attendant, je roule électrique depuis 15 000 km. Ou je pédale l'été quand je n'ai que ma carcasse à transporter. Mais dans mon métier c'est anecdotique.
  • @kiroulbien : le gouvernement, ou ses créatures, tel que les municipalités, doit prendre les décisions qui rapportent le plus à ses commettants.
    Si une corporation municipale peut épargner, sur une période de temps raisonnable, par l'achat de véhicules électriques, tant mieux. Il n'y a pas que le coût d'achat qui importe, les coûts d'utilisation aussi sont à calculer, tout comme les coûts de l'impact d'un achat.
    Je trouverai con que la ville remplace ses Aveo/Yaris/Fiesta à 18 000 $ par des Tesla S à 100 000 $. Par contre par des Spark à 25 000 $, pourquoi pas ? Surtout si ça permet d'économiser directement 3 000 $ par année.
  • @Djoni : c'est exactement ce que je dis.
    Sauf que selon les dernières estimations, nous sommes plus près de 2000 décès dans le corridor Gatineau-Québec que du 1500, et comme environ 38 % de cette pollution provient du secteur des transport, on peut estimer à environ 800 décès/année l'effet de la pollution atmosphérique des voitures. À lire, le livre du cardiologue François Reeves, Planète Coeur.
    C'est pas pour rien que depuis toujours je dis qu'il faut réduire la pollution atmosphérique et la voiture électrique fait partie du panier de solutions (bien que je crois encore qu'il existe plusieurs solutions et que la voiture électrique ne peut pas prétendre combler tous les besoins). La Spark EV est tout à fait adaptée aux flottes municipales et c'est franchement un bon début.
    Maintenant, si le Bixi pouvait couvrir l'ensemble de l'île et être disponible 12 mois par année... Parce que sur le fond, une société qui conçoit la majorité de ses transports sur la mobilisation de 1500 kg à 2000 kg de métal, verre et plastique pour déplacer des individus de 60 à 100 kg, ça reste foncièrement non-viable à long terme.
  • @ simon_c
    Vous avez bien compris que le terme fonctionnaire n'était aucunement une insulte. Lorsque j'écoute les nouvelles ou une émission d'affaires publiques, il est facile de deviner le langage que va tenir un invité. Devant la caméra, les gens prêchent habituellement pour leur paroisse. Un fonctionnaire dira des choses qui mettra en valeur les positions de son employeur.
    Je termine avec cette remarque. Tant que les voitures électriques seront beaucoup plus chères que celles avec moteurs thermiques, le gouvernement n'a pas à prendre les taxes des contribuables les plus taxés en Amérique pour se doter d'un parc automobile que les contribuables ne peuvent s'offrir. Tout comme le fait l'Alberta, le Québec serait bien plus gagnant à exporter son électricité aux États-Unis ou dans les autres provinces car l'argent qu'il en retirerait serait de l'argent neuf, c'est-à-dire qui ne circulait pas dans la province avant la vente de l'électricité à l'extérieur. C'est avec ses exportations qu'un pays s'enrichit.
  • @simon_c
    1 500 décès par année de maladie respiratoire attribuée à la pollution atmosphérique au Québec seulement.
    Combien ça coûte?
    Pour tout dire l'électrification n'a que des avantages pour la société et un seul inconvénient pour l'individu, soit l'autonomie. Mais c'est gérable.
    L'électricité est dans 99.9% des foyers au Québec, alors le puits n'est jamais bien loin.
  • @kiroulbien : autres facteurs qui plaide en faveur de l'électrification des parcs de voitures :
    1- La gestion centralisée de la flotte avec des garages déjà existants, ce qui veut dire la facilité à installer des systèmes de recharge à haute tension, puisque les garages sont souvent équipés d'entrée électrique de plus haute tension que ce que nous avons à la maison. Donc ça facilite les système de recharge rapide.
    2- Prévisibilité budgétaire : le coût de l'électricité varie beaucoup moins d'année en année que le carburant, et les hausses, modérées, sont connues longtemps à l'avance. Ce qui permet de mieux prévoir les coûts.
    3- Plus grande disponibilité sur route, car les voitures électriques requierent moins d'entretien.
    3- Meilleure qualité de l'air dans les garages, ce qui diminue les coûts associés aux problèmes respiratoires que rencontrent les employés (notamment, la sensibilité au infections des voies respiratoires, qui est plus grande chez les travailleurs de garage), diminuant aussi l'absentéisme.
    La voiture électrique n'est pas une solution adaptée à tous ni une solution miracle. Par contre, pour une flotte de voitures destinées à un usage essentiellement urbain, elles sont toutes indiquées. C'est des économies à long terme. Avez-vous une idée des coûts que doit assumer le système de santé par journée de smog ? C'est probablement des centaines de millions de dollar par année. Faut prendre des mesures immédiatement, comme l'inspection des voitures, favoriser les transports actifs, développer les transports en commun et substituer, quand c'est possible, des motorisations thermiques par autre chose. Ce n'est pas une question d'idéologie, mais avant tout d'économie à moyen et long termes.
  • @kiroulbien :
    Non, je ne suis pas fonctionnaire ni inhalothérapeute.
    Je ne pense pas comme un fonctionnaire non plus, même si ce n'est pas une insulte. C'est du simple pragmatisme. La ville de Montréal a présentement besoin d'une flotte de petites voitures pour divers usages, dont le stationnement. Les distances parcourues se font en ville, à des vitesses le plus souvent inférieures à 50 km/h, avec de nombreux arrêts et départ, le tout entrecoupé de nombreux ralentis. Ce sont des conditions où les moteurs thermiques sont le moins efficace. Une Aveo, ou Yaris, dans ces conditions, peut avoir une consommation aussi mauvaise, en regard de la taille du véhicule, que 8 ou 9 L au 100 km l'été et encore pire l'hiver.
    Ce qui veut dire que chaque journée de déplacement de 100 km coûte, en essence, sur une base de 8 L/100 km (estimation basse) au taux de 1,30 $ le litre (autre estimation basse) 10,40 $, et ce en essence seulement. Avec des estimations haute (10 L / 100 km, 1,50 $ le litre) ça donne 15 $.
    Recharger 16 kWh sur 20 (la pile le requiert après environ 125 km) coûterait, à 0,07 $/kWh, 1,12 $. 10 fois moins cher. L'économie réelle est de facilement 10 $/jours, excluant les économies d'essence, pour au moins 240 jours/ année. Soit 2400 $/année, et on n'a pas encore ajouté les coûts des changements d'huile.
    Remarquez aussi que les achats d'essence profitent surtout à des conglomérats à l'extérieur du Québec, tandis que les profits d'Hydro sont versés au fond consolidé de la province. Et on n'additionne pas les coûts de la pollution atmosphérique sauvée.
  • @kiroulbien "la majorité des citoyens ont un revenu disponible (après impôt) qui ne leur permet pas de se procurer un véhicule électrique"
    .
    Sur 10 ans, une Spark ne coûtera pas plus cher qu'une au propane à cause du prix de l'électricité au Québec vs les produits pétroliers qui vont augmenter plus rapidement et l'absence d'entretien (pas de changement d'huile,etc.) Au gaz naturel, si le véhicule ne roule pas assez, le gaz se réchauffe dans le réservoir, la pression monte et du gaz est libéré dans l'air, ce qui est polluant et pire que le CO2.
    .
    De toute façon au même coût, en incluant les coûts sociaux, l'électricité est préférable en ville car elle réduit le smog à la source.
  • @ Mister B
    Mon commentaire concernait les "colleux de tickets" seulement. Le territoire couvert par chacun est petit à cause de la quantité phénoménale de restrictions aux stationnements dans la grande ville. Les transports en commun serait l'idéal pour eux. Faut bien montrer l'exemple.
    Puisque la majorité des citoyens ont un revenu disponible (après impôt) qui ne leur permet pas de se procurer un véhicule électrique, il serait plutôt incongru que la Ville dépense les taxes des citoyens pour l'achat de véhicules électriques d'autant plus que leur valeur de revente est basse parce que la demande est faible. En attendant que les prix baissent, la Ville n'a qu'à commander des automobiles fonctionnant au propane ou au gaz naturel comme les voitures de taxis desservant l'aéroport de Toronto.
  • @kiroulbien Les autos des employés municipaux sont d'excellentes candidates pour les autos électriques: elles roulent toujours en ville et font relativement peu de kilomètres dans une journée. Souvent, les employés de la ville ont une intervention de quelques minutes à faire et laissent tourner le moteur pendant ce temps. Ils brûlent de l'essence ce qui augmente la pollution.
    .
    Vous ne l'avez peut-être pas remarqué, mais depuis 2 semaines, nous sommes en état de smog presque permanent à Montréal. Le smog est terrible pour les personnes qui ont des problèmes respiratoires et coûte des fortunes à la société.
    .
    Il faut en tenir compte dans le calcul des coût des autos municipales et gouvernementales. D'un autre côté, le prix d'achat plus élevé du véhicule électrique est compensé par le prix moins élevé de l'électricité. Et pour un gouvernement, l'électricité produite au Québec plutôt que de pétrole importé crée plus d'emploi au Québec donc d'autres revenus d'impôt, de taxes municipales, etc.
    .
    En conclusion, les véhicules électriques pour les employés municipaux devraient devenir la règle très rapidement.
  • Bienvenue dans la compétition, mais c'est un modèle 2014 qui ne sera disponible qu'à l'été 2013 et il me semble que GM a déjà dit qu'ils n'en fabriqueraient que 2000 la première année.
    .
    Donc, c'est pour améliorer les cotes de consommation moyennes de l'ensemble de leurs modèles, de la pub et du rodage grandeur nature!
    .
    Lentement mais sûrement?
  • @ simon_c
    Il y a tellement de parcomètres à flatter dans la grande ville de Montréal que les "colleux de tickets" pourraient emprunter les autobus et le métro pour faire deux coins de rues. Les coffres de la Ville sont tellement pleins que le bon maire a demandé sa taxe sur l'essence. Quel sera le prochain organisme à demander sa part de cette ressource tellement profitable pour nos gouvernements?
    La Ville n'a pas les moyens de débourser le supplément pour rouler électrique et encore moins de quémander la subvention de Québec qui provient de mes impôts.
    Simon Chartrand, vous pensez comme un fonctionnaire et si je ne me trompe pas vous êtes inhalothérapeute donc payé par le gouvernement.
  • Pourquoi mettre un vieux 'bras de vitesse'. Ca n'a plus aucune utilité, des boutons feraient le travail et de l'espace serait ainsi libéré.
    L'acheteur de ce genre de voiture souhaite être différent, alors, donnez-en de la différence!
  • Le prix et l'autonomie sont les pricipaux obstacle au dévelopement de l'auto électrique.Mais c'est ecouragent,le dévelopement de nouvelles batteries plus performantes et les subventions a l'achat fera en sorte que l'industrie atteindra graduellement sa vitesse de croisiere.C,est incontournable l'avenir c'est l'auto élctrique.Tous les fabricants ont des prototipes ou en voie d'en avoir.La Spark est un bel exemple de progres et Gm doit en etre fier,on est sur la bonne voix.
  • Avec un bloc d'environ 20 kWh, considérant le format, ça s'enligne pour être une autre voiture électrique d'environ 160 km d'autonomie.
    Selon le format, c'est une voiture de courtes distances. Faut voir la Spark pour comprendre : c'est une voiture de classe A, en dessous des Yaris et Fiesta sur nos routes.
    Donc une voiture de courtes distances pouvant faire entre 100 et 160 km dans une journée, selon les conditions.
    Avec le prix annoncé, GM vise clairement les ménages ayant deux voitures. Quitte à avoir deux voitures, pourquoi ne pas en avoir une électrique ? Par exemple, si nous devions retourner à 2 véhicules, un des deux serait électrique, à coup sûr.
    Bref, une autre solution, pour ceux et celles qui à qui ce sera adapté.
    J'aimerais bien voir la ville de Montréal remplacer progressivement les voitures de ses agents de stationnement (présentement des Aveo) par des Spark EV.
  • Une concurrente directe pour la iMiev. Il ne s'en est pas vendu une tonne de celle-là!
    Il reste à connaitre l'autre chiffre magique, après le prix, qui dictera son avenir.

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Connectez-vous | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de lapresse.ca. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

Recherche

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer