| Commenter Commentaires (3)

Chevrolet SS: La performance est de retour, mais pas chez nous

La Chevrolet SS (à droite) et sa cousine... (Alan Vanderkaay)

Agrandir

La Chevrolet SS (à droite) et sa cousine de piste en Coupe Sprint, qui a remporté le Daytona 500, dimanche, avec Jimmie Johnson derrière le volant.

Alan Vanderkaay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sébastien Templier
La Presse

Accompagnée de la dernière mouture de la Corvette, la nouvelle berline SS va donner du muscle à la gamme de Chevrolet plutôt orientée vers le souci d'économies d'essence ces dernières années.

Avec cette Chevrolet SS (SS pour Super Sport), GM tient une berline que l'on pourrait qualifier «de performance», chose qui ne lui était plus arrivée depuis qu'il avait décidé de mettre fin à Pontiac en 2009, et donc de stopper net dans son élan la G8 que beaucoup ont regrettée depuis - paraît-il.

Chez Chevrolet, la dernière berline du genre à en avoir autant sous le capot était l'Impala SS, jusqu'en 1996.

«La marque Chevrolet a toujours grandement reposé sur la force de ses berlines de performance, et cela fait 17 ans que nous n'en avions pas offert une. Cette toute nouvelle Chevrolet SS comble ce vide, mieux que n'importe quel autre véhicule dans l'histoire de la marque. Le confort, la commodité, l'espace et la puissance du V8 font de la SS un véhicule incomparable sur le marché», a commenté Mark Reuss, président de General Motors Amérique du Nord.

En Coupe Sprint

Attendue cet automne chez les concessionnaires américains, la SS est également le porte-étendard de la marque au noeud papillon en Coupe Sprint. Elle a d'ailleurs débuté la semaine dernière au Daytona 500 dans une carrosserie à l'allure très similaire à celle de la version de production dévoilée récemment.

Cette Chevy SS repose sur la même plateforme de propulsion arrière que la Camaro, la Caprice de police et la Holden Commodore. La répartition de son poids est de 50-50, son centre de gravité est particulièrement bas. On notera au passage que le capot et le coffre sont constitués d'aluminium.

Son moteur est un V8 - évidemment - de 6,2 litres, emprunté à la Corvette 2013, qui développe 415 chevaux pour 415 livres-pieds de couple. Résultat, le 0-100 km/h est abattu en 5 secondes environ. La transmission automatique à six vitesses s'accompagne de commandes au volant.

Son design? «C'est la combinaison d'une posture agressive, de flancs équilibrés et détaillés et d'un intérieur raffiné», dit John Cafaro, directeur du design des voitures légères de Chevrolet. La face avant - avec ce capot légèrement découpé - et les roues arrière renforcent le côté sportif et l'allure musclée de la SS.

Pas pour le marché canadien

Il faut s'attendre à ce que cette berline, un modèle de niche, soit produite en quantité limitée - à un prix encore inconnu. Petite déception, les Canadiens devront dans l'immédiat franchir la frontière pour s'en procurer une, si l'on en croit le directeur des communications de GM Canada, George Saratlic.

«Actuellement, il n'est pas prévu de vendre la Chevy SS au Canada, dit-il. Nos concessionnaires Chevrolet canadiens ont une offre solide de produits dans la gamme des berlines intermédiaires et grand format avec la Malibu 2013 et bientôt la toute nouvelle Impala 2014, assemblée au pays.»




Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2017

Jeep - Cherokee 2017

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box
image title
Fermer
image title
Fermer