article:4651522:article

Fiat pourrait transférer son siège aux États-Unis

Agrandir

Photo Stefano Rellandini, Reuters

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

| Agence France-Presse

Publié le 16 mai 2013 | Mise à jour le 30 mai 2013 à 14h49

Milan - Le constructeur italien Fiat réfléchit à un transfert de son siège, actuellement basé à Turin en Italie, vers les États unis, une fois terminé son processus de fusion avec son partenaire américain Chrysler, rapporte jeudi l'agence Bloomberg.

Aucune décision n'a été prise et d'autres options sont également à l'étude, selon l'agence, qui cite des personnes proches du dossier. Fiat a généré l'an dernier 75% de son bénéfice opérationnel en Amérique du Nord, selon Bloomberg.

Le patron de Fiat Sergio Marchionne a récemment déclaré vouloir mener à bien la fusion de l'emblématique groupe italien avec Chrysler au cours de l'année 2014.

Fiat détient à l'heure actuelle 58,5% de Chrysler, mais diverge sur la valeur des 41,5% restant avec leur actuel propriétaire, Veba, un fonds de retraite rattaché au syndicat automobile américain UAW.

En fin de journée, un communiqué de Fiat a qualifié ces hypothèses de «non-information».

«Il s'agit d'une non-information, car l'agence Bloomberg elle-même a souligné qu'aucune décision n'a été prise et que d'autres options sont à l'étude+», indique le communiqué du service de presse du constructeur italien.

«Ce sujet, plusieurs fois abordé par les médias du monde entier au cours de la dernière année, n'est pas à l'ordre du jour comme l'a récemment rappelé l'administrateur délégué de Fiat Sergio Marchionne», conclut le communiqué.

Publicité

Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2016

Jeep - Cherokee 2016

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Commentaires (3)
  • @kiroulbien
    -
    :)
    -
    "Fix It Again Tedy" c'est peu dire ...
    -
    Ça ressemble à toute évidence à ACME Wile E. Coyote dans un Roadrunner show. :-)
  • Amusante cette nouvelle de l'Agence France-Presse car à première vue, il est permis de penser que l'on ne déplacera pas le siège social de la "Fabbrica Italiana Automobili Torino" sans causer un sacrilège chez les Italiens.
    La réponse se trouve-t-elle alors dans le mot lui-même car l'expression latine fiat signifie une approbation dans le sens de "Soit" ou "Qu'il soit fait".
    Laissons donc aux Italiens et leurs discussions enflammées le soin de régler le sort de Fiat. Il y a de bonnes chances que la compagnie demeure une affaire de famille. Advenant un déménagement en sol américain, il faudra penser à remplacer l'amusant "Fix It Again Tony" par "Fix It Again Ted".
  • Déserter le plancher Européen c'est un pensée zy_bien pour Fiat, ne serait-ce que pour l'Italie dont Fiat est un joueur majeur. GM a flirté Fiat en 2012 pour une alliance alors que GM flirtait aussi PSA Peugeot Citroën SA.
    2009 et la banqueroute de GM et Chrysler n'ont décidément pas appris grand chose aux actionnaires question achats et alliances outre-mère.
    -
    Ce genre d'alliance n'a en définitive qu'un seul objectif qui consiste à sauver des coûts annuels régionnauxs européens vue la déconfiture de la haute finance européenne qui n'est pas prêt de reprendre du poil de la bête Haute Finance. Fiat n'a aucun avenir en Amérique et gérer des automobiles américaines en mode européen ne peut-être qu'un essai à court terme, à mon avis.

Recherche

la boite:1602537:box

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer