Venezuela : les autorités saisissent l'usine de General Motors

L'usine a été «saisie de façon inattendue par... (PHOTO AFP TV / Marcos GUEDEZ)

Agrandir

L'usine a été «saisie de façon inattendue par les autorités vénézuéliennes, ce qui a empêché la poursuite normale des opérations», selon la porte-parole de GM au Brésil.

PHOTO AFP TV / Marcos GUEDEZ

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

Agence France-Presse

Le constructeur automobile américain General Motors a annoncé jeudi avoir dû arrêter ses activités au Venezuela et y licencier ses 2678 employés, après la saisie de son usine et de ses véhicules par les autorités de ce pays en profonde crise politique et économique.

Mercredi, l'usine a été «saisie de façon inattendue par les autorités vénézuéliennes, ce qui a empêché la poursuite normale des opérations», a déclaré dans un mail à l'AFP la porte-parole du constructeur au Brésil, Julia Bastos.

Par ailleurs, «les voitures ont été confisquées illégalement», a-t-elle ajouté, au sujet des véhicules assemblés et stationnés dans la cour de l'usine.

Des ouvriers de GM écoutent durant une rencontre... (AP) - image 2.0

Agrandir

Des ouvriers de GM écoutent durant une rencontre avec des représentants du gouvernement. Photo : AP

AP

L'usine était déjà arrêtée, faute de pièces

L'usine du premier constructeur américain au Venezuela a la capacité de construire 100 000 véhicules par an mais se trouvait en réalité à l'arrêt, la crise économique que traverse ce pays pétrolier ayant privé les entreprises d'accès aux dollars pour importer des pièces.

General Motors était présent au Venezuela depuis 69 ans, y comptant, outre son site de production, 79 distributeurs employant 3900 personnes.




Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2017

Jeep - Cherokee 2017

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer