Banc d'essai - Honda Accord 2018: la bonne partition

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

Le renouvellement d'une auto aussi populaire que la Honda Accord ne peut se faire à la légère. L'enjeu est trop grand.

La direction de Honda a donc préféré l'aborder avec application, circonspection et le souci de limiter les prises de risque. En concevant cette berline aux lignes tortueuses, Honda n'avait, de toute évidence, qu'une idée en tête : faire sérieux, spacieux et crédible. L'Accord exhale un sentiment de robustesse et traduit un souci avéré de fonctionnalité et de modernisme. Au fond, c'était l'objectif désiré. Et attendu des consommateurs.

L'Accord évolue en habillant ses formes épanouies sous une carrosserie athlétique, surlignée à grand renfort de chrome. Plus moderne sans doute, mais l'ensemble manque encore de cohérence esthétique et d'originalité, surtout son profil imprimé de lignes tarabiscotées et inutilement complexes.

Forte de sa renommée, la 10e génération de l'Accord prend ses aises. L'inflation habituelle des cotes des nouveaux modèles se poursuit, mais atteint ici des proportions inusitées. En effet, bien qu'elle soit plus courte que le modèle qu'elle remplace, cette nouvelle Honda repose sur un empattement plus long et des voies plus larges.

PLUS D'ESPACE

Parfois blâmée pour son manque d'espace aux places arrière, elle ne prête donc plus le flanc à ce genre de critique. On peut étirer les jambes à loisir et tenir à trois sans trop de difficulté sur de moyens parcours. D'autant plus que le dégagement au niveau des hanches et des épaules a été révisé à la hausse. La ligne fuyante du pavillon, si élégante soit-elle, rend l'accès à bord et la sortie plus compliqués que par le passé.

À l'avant, la sensation d'espace paraît moins évidente pour celui ou celle qui se trouve au volant en raison d'une imposante console centrale.

Ces dernières années, l'habitacle d'une Accord témoignait d'une qualité de fabrication irréprochable - accostages parfaits, matériaux durables et d'excellente facture - mais exhalait une insondable langueur. Cette fois, les formes sont plus modernes, moins massives, les revêtements intérieurs plus recherchés et le dessin général, assez largement inspiré par ce qui se fait chez Mercedes, plus aéré. Le tableau de bord est enfin devenu lisible, les commandes - pas toutes, cependant -, plus ergonomiques. 

Éminents, ces progrès ne situent pas encore la marque japonaise au-dessus du lot. Honda rattrape son retard, et ce n'est déjà pas si mal. Faute d'originalité, le système d'infodivertissement - une tablette clouée au tableau de bord à la Mercedes - est beaucoup plus rapide et plus convivial à utiliser que par le passé.

AU REVOIR, V6 

Majestueuse et pas trop encombrante, la grande Honda dispose d'atouts insoupçonnés. Ainsi reçoit-elle une plateforme à la fois plus rigide et plus légère que le modèle antérieur. Cela se traduit par une auto plus agile, plus silencieuse et aussi plus sûre en cas d'impact.

La suspension avant de type McPherson comporte pour sa part de nouveaux bras inférieurs liés à un sous-châssis visant à améliorer la tenue de route et la précision de conduite. 

À l'arrière prend place une suspension à bras multiples plus compacts. Dans sa déclinaison Touring, l'Accord bénéficie d'amortisseurs ajustables. Ces derniers sont liés à la fonction paramétrage du châssis, lequel permet de modifier notamment l'assistance de la direction (plus ou moins d'effort) ou la réactivité de la pédale d'accélérateur. À l'utilisateur de faire son choix parmi les trois modes offerts : Normal, Sport ou Econ.

Au chapitre des motorisations, Honda abandonne son V6 au profit de mécaniques suralimentées à quatre cylindres (1,5 L et 2 L) et hybrides. Des moteurs brillants qui peuvent aussi impressionner les utilisateurs par leur appétit modéré et leur absolue discrétion acoustique.

8 À 9 LITRES AUX 100 KM

L'Accord dotée du 1,5 L - l'une des versions les plus diffusées -, se contente d'un petit 8 à 9 L aux 100 km en usage standard.

Hormis une zone de creux à bas régime, cette mécanique associée à une boîte automatique à variation continue (CVT) sait aussi se montrer vigoureuse. Une boîte manuelle est également offerte de série sur certaines déclinaisons, mais en dépit de sa précision et de sa souplesse, celle-ci ne procure pas l'agrément de conduite recherché à bord de cette auto, notamment en raison d'une pédale d'embrayage difficile à moduler. 

En outre, ses caractéristiques ne conviennent pas extrêmement bien avec la plage d'utilisation un peu pointue de ce moteur turbocompressé. 

Préférez l'automatique. À noter qu'avec le moteur 2 L, cette boîte en est une conventionnelle (avec ses engrenages et pignons) et compte 10 rapports.

SUSPENSION GERMANIQUE

Au volant, son conducteur n'éprouve jamais le sentiment d'avoir affaire à une voiture vraiment lourde.

Parfaitement collée au bitume, l'Accord impose en retour la raideur d'une suspension très germanique, notamment avec les pneus de 19 po. Leur fermeté confine parfois à l'inconfort, à moins d'apprécier particulièrement les voitures bien « tenues ». 

À ce sujet, l'Accord réalise un sans-faute par rapport aux autres véhicules de sa catégorie. L'auto s'inscrit aisément et rapidement dans les virages. Le centre de gravité plus bas (- 10 mm) conjugué à une mécanique plus légère contribue à rendre le train avant plus directeur et plus agile.

Plus dégourdie que les générations précédentes, plus moderne aussi, l'Accord cible les consommateurs en quête d'espace utile, soucieux de contenir leur budget carburant et versés dans un certain classicisme. À même, donc, d'apprécier une Accord indémodable qui, depuis plus de 40 ans, compose l'expression automobile du charme discret et fiable.

Trois fleurs, trois tomates

On aime

Habitacle silencieux

Connectivité plus conviviale

Châssis réactif 

On aime moins

Accès et sortie à l'arrière

Suspension sèche avec pneus 19 pouces

Poste de conduite confiné

La facture

Fourchette de prix : 26 490 $ à 38 790 $

Transport et de préparation : 1810 $

Garantie de base : 36 mois / 60 000 km 

Consommation réelle : 8,7 L/100 km 

Visible dans les concessions : maintenant 

Concurrentes à surveiller : Chevrolet Malibu, Mazda 6, Toyota Camry

Fiche technique

Moteur : L4 DACT 1,5 litre 

Puissance : 192 ch. à 5500 tr/min

Couple : 192 lb-pi entre 1 600 et 5 500 tr/min

Poids : 1497 kg

Rapport poids/puissance : 7,79 

Mode : traction 

Transmission de série : manuelle 6 rapports 

Transmission optionnelle : automatique CVT 

Diamètre de braquage : 11,6 m

Freins : à disque avant et arrière

Pneus : 235/40 R19  

Capacité du réservoir : 56 litres

Essence recommandée : ordinaire 

Pour en savoir plus : www.honda.ca




Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2017

Jeep - Cherokee 2017

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer