article:4471576:article

Daimler va arrêter de produire sa marque Maybach en 2013

La Maybach 57S.

Agrandir

La Maybach 57S.

Photo fournie par Maybach

Publicité

Publicité

| Agence France-Presse

Publié le 25 novembre 2011 | Mise à jour le 27 novembre 2011 à 11h37

Francfort - La marque de voiture de grand luxe Maybach va disparaître en 2013, sacrifiée par son propriétaire allemand Daimler qui échoue ainsi à créer quasiment de toutes pièces un concurrent aux célèbres Rolls-Royce et Bentley.

«La production va cesser en 2013 lors de l'introduction d'une nouvelle génération de la Classe S» de Mercedes-Benz, qui sera désormais l'unique représentante du groupe automobile de Stuttgart sur le segment du grand luxe, a-t-il annoncé vendredi.

Les 150 salariés de Maybach seront recyclés dans le production très haut de gamme de Mercedes-Benz.

Pour Daimler, l'échec est patent: il n'a vendu en 2010 qu'environ 200 de ces berlines très haut de gamme, une goutte d'eau en regard des 1,27 million de véhicules écoulés dans le monde par le groupe.

Publicité

En 2002, Daimler décide de ressusciter Maybach, créée en 1909 et abandonnée pendant la Seconde Guerre mondiale. Son objectif: capter un micro-marché, mais potentiellement rémunérateur, celui du grand luxe.

Ses concurrents: des marques de très grand renom, les britanniques Rolls-Royce et Bentley, les Italiens Ferrari et Maserati.

Une décennie plus tard, son patron Dieter Zetsche met fin à l'aventure, considérant avoir plus de chance en concentrant ses efforts sur le développement du haut de sa gamme Mercedes-Benz. Selon lui, Maybach gagne aujourd'hui de l'argent sur chaque voiture vendue mais pas assez pour pérenniser la marque. Les prix de base débutent à 340.000 euros (hors taxes) et peuvent grimper énormément en fonction des souhaits des clients.

Pour ce prix, les acheteurs conduisent d'imposantes berlines dont les émissions de CO2 (à partir de 350 g/ km) égalent celles de trois voitures moyennes.

«La décision (d'arrêter Maybach) a été mûrement réfléchie par Daimler, estime Ferdinand Dudenhöffer, de l'institut universitaire CAR. La marque était très peu visible, contrairement à Bentley et Rolls-Royce». Ce dernier, propriété du grand concurrent bavarois BMW, a vendu treize fois plus de voitures en 2010.

Maybach était surtout «peu connue hors d'Allemagne, notamment sur les importants marchés américains et chinois», explique Willi Dietz, spécialiste à l'Institut für Automobilwirtschaft. Le grand luxe «est un très petit marché, dans lequel il est très difficile de créer une marque», ajoute-t-il.

Daimler n'est pas le seul à peiner sur le mini-segment du très haut-luxe. Aston Martin «a un temps essayé» d'investir ce marché, sans vraiment y parvenir, et Bentley, filiale du numéro un européen Volkswagen, a inscrit des pertes en 2010.

Les analystes estiment toutefois que l'abandon de Maybach sera sans grandes conséquences pour Daimler, les chiffres de vente étant «peu significatifs» pour le groupe, selon M. Dietz.

L'aventure n'a pas dû coûter trop cher au groupe, les modèles n'étaient que des Classe S très personnalisées, ajoute M. Dudenhöffer.

Propulsé par FordComparer des véhicules »

1 Toyota Prius c 2012: Le Troisième élément

Toyota Prius c 2012: Le Troisième élément

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Commentaires (4)
  • Si Mercedes veut à se point se démarquer dans les voitures de luxe de niche, ils devraient sérieusement réfléchir à mettre sur pied une marque de voiture électrique de luxe. C'est pas en niaisant avec des gros V8 tuné par AMG qu'ils vont sauver la compagnie. Tout comme BMW et Audi, ils se dirigent tout droit vers la faillite, poussée par Tesla qui va offrir une voiture aussi performante et luxueuse pour 98% moins de consommation.
  • Rendu à des prix semblables, c'est normal qu'on ne veuille pas avoir une auto qui dissimule très mal sa parenté avec une auto qui se vend trois fois moins chère. Le peu de fois que j'en ai vu, je me demandais toujours quelle était cette nouvelle version de Mercedes. Ils n'ont pas risqué gros, ils n'ont pas perdu gros, mais à quoi s'attendaient-ils? J'ai l'impression que ce n'était qu'une tactique pour faire monter (ou remonter) les actions.
  • Pour "danlam311"
    Effectivement, et si Hyundai s'y met, c'est assuré qu'il va pouvoir le faire à au moins la moitié du prix tout en méritant les pires critiques de tous les commentateurs.
  • Peut être que Hyundai pourrait prendre la relève ?

Recherche

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer