article:4619865:article

Pile à combustible assez «petite» pour être casée sous le capot

La pile à combustible hydrogène F-Cell, de Mercedes, est de plus en plus compacte.

Agrandir

La pile à combustible hydrogène F-Cell, de Mercedes, est de plus en plus compacte.

Photo fournie par Mercedes-Benz

Publicité

Publicité

Denis Arcand | La Presse

Publié le 9 février 2013 | Mise à jour le 23 février 2013 à 06h49

Un des nombreux problèmes relatifs à la conception de la voiture à hydrogène est l'énormité du réservoir. La pile à combustible (la génératrice qui produit de l'électricité à partir de l'hydrogène) est également assez massive. Ce n'est pas pour rien que les constructeurs qui ont créé des prototypes ou produit de petites séries ont choisi des multisegments, comme le Nissan Terra et le Chevrolet Equinox.

Mais comme dans toutes les technologies, les versions postérieures rapetissent. La prochaine pile à combustible de Mercedes-Benz est un bon exemple: dans un communiqué diffusé la semaine dernière, Mercedes a inclus une photo du prototype d'une «pile à combustible de l'avenir». La société ajoute que «ses dimensions notablement plus compactes permettront de la loger dans le compartiment-moteur d'une voiture conventionnelle».

Par ailleurs, les constructeurs Daimler, Renault-Nissan et Ford ont signé la semaine dernière un pacte de collaboration pour fabriquer ensemble les principales composantes de leurs futurs moteurs à hydrogène.

En se répartissant le travail et la facture, Daimler, Renault-Nissan et Ford veulent avoir chacun un moteur à pile à combustible (produisant de l'électricité et alimenté à l'hydrogène) prêt à être installé dans des voitures produites en série et vendues à prix abordable dès 2017.

C'est un délai très court. Si ces belles intentions s'avèrent, ce sera un fichu raccourci.

Propulsé par FordComparer des véhicules »

1 Ford - Mustang 2012: Bon jusqu'à la dernière goutte...

Ford - Mustang 2012: Bon jusqu'à la dernière goutte...

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Commentaires (52)
  • J'en rêve!
  • @Djoni Excellent l'article sur l'effet (pas terrible) des "masses non-suspendues" du moteur roue contrairement aux appréhensions.
    .
    Même que les essais ont été fait en ajoutant 30 kg par roue à une Ford Focus 2007 pour simuler des moteurs-roue de Protean Electric, soit leur modèle PD18 qui pèse 31 kg.
    http://www.proteanelectric.com/?page_id=158&post=229
    .
    Sauf que ce moteur a une puissance de pointe de 110 hp et une puissance continue de 86 hp, PAR ROUE! Voilà donc une Focus de 400hp: tout un bolide. Donc un cas extrême pour lequel l'impact négatif semble minime si la suspension est ajustée en conséquence.
    .
    Il aurait été intéressant de comparer avec un poids 10kg simulant des moteurs 4 fois moins puissants. L'effet négatif aurait été encore plus négligeable.
    .
    Le mieux serait d'installer (en option!?) des moteurs-roues d'une vingtaine de hp sur les roues arrières des Volt (ou des Leaf) devenant ainsi des traction-intégrale.
    .
    Cette configuration offrirait un surplus de puissance de récupération en freinage pour un faible poids supplémentaire et peu d'encombrement, le tout en améliorant l'efficacité énergétique de la traction. On pourrait même alléger le devant avec un moteur moins puissant pour compenser. Allô GM, Nissan? :-)
  • @simon_c
    C'est vrai, les véhicules lourds seraient le marché idéal des moteurs roue.
    Mais n'oublions pas une chose, l'utilisation de quatre-moteur sur une plate-forme comme la Tesla avec plus de 800 kg de batterie rend le rapport des masse non-suspendu a la masse total encore plus négligeable. Le transport lourd ou ferroviaire tel le projet Trens_Québec est aussi intéressant.
    @rexie Je te confirme que ton essai s'est mal passé.
    Je traverse souvent un quartier cossue pour arriver chez moi où il y a une infinité d'arrêt obligatoire et ou les véhicules les plus dispendieux, bourgeois et puissant s'amuse à larguer les simples mortels que nous sommes.
    Depuis que j'ai la Leaf, je crois qu'ils sont déprimés. Pour tout dire le seul véhicule que je n'ai pas réussie à faire mordre la poussière était?. une autre Leaf avec au volant un conducteur hilare qui faisait le même cirque que moi.
    Le 0-65kmh est musclé, après il n?y a tout de même que 80kw et les lois de la physique sont implacable, mais cela demeure très bon. Je n?en dirai pas plus pour ne pas m?incriminer?!
  • @simonc
    Yu oublie? le monorail Trens-Québec.
  • @djoni : Merci pour le rapport. En gros, ça dit que oui, c'est un problème. Mais qu'avec des ajustements dans la conception de la suspension, ça peut être acceptable pour une conduite normale.
    Reste à savoir si les ajustements proposés affecteront la durabilité. Par exemples, durcir les coussinets de suspension : des coussinets de suspensions (une des modification proposée) plus durs ont tendance à fendiller plus rapidement et à être plus sensibles aux variations de température. Ça veut dire de beaux contrats pour les chimistes : développer les bons adjuvants.
    Sur le fond, la meilleure place pour déployer rapidement les moteurs-roues, c'est le véhicules lourds ayant beaucoup de caoutchouc, roulant à faible vitesse, ayant des arrêts fréquents. En gros, ça veut dire les bennes à ordure, les camions de la poste, les autobus de ville et les autobus scolaires affectés aux circuits urbains.
    Si on veut que les moteurs-roues percent, il faut viser en premier ce marché, immense, et l'expérience acquise pourra être transférée au véhicules de promenade. Les gains écologiques et économiques seraient immédiats : une benne à ordure boit facilement 70 L à 80 L de diésel pour faire 100 km. L'économie potentielle à de quoi séduire les gestionnaires de flotte, ce qui faciliterait le financement du projet.
  • @Djoni
    Je pensais à toi et à ta Leaf quand j'ai dit que la Leaf était vache. Désolé mais ce fut mon expérience. Mais c'est vrai qu'au départ la Leaf a du jus en masse pour rejoindre le traffic, plus qu'une larve de Prius (!) C'est pour dépasser le traffic que ça s'est gâté. Je suis un peu exigeant de ce côté.
    Sur l'autoroute, ça allait, mais il y avait un bout en pente douce et quand j'ai voulu tester , en appuyant au fond, elle est passée de 130 à... 120 ?!?
    Peut-être qu'elle avait un bogue? Le vendeur (qui supposément était un expert) m'aidait pas du tout, je lui en ai appris. En plus l'autonomie affichée passait du simple au double et descendait très bas sans raison, au point que ma fille était insécure qu'on puisse terminer l'essai...
    En tk. C'est un bon choix pareil je suppose pour les gens moins exigeants côté accélération. Sinon, je me serais probablement laissé tenté.
    Ma "vieille larve" m'en donne suffisamment pour jouer à saute-camion sans soucis, et j'apprécie la CVT ainsi que le torque constant des deux motorisations conjointes à n'importe quelle vitesse de croisière.
    Mais je rêve d'une Tesla S !
  • Présentement la meilleure manière de se mouvoir est l'électrique via des piles, mais la pile à combustible est en développement parce qu'elle à besoin d'hydrocarbure pour le craquer et utiliser l'hydrogène qu'il contient afin de produire de l'électricité.
    L'efficacité maximale du processus pourrait atteindre 60%. Mais on ne mentionne pas le grand défaut de la pile à combustible qui est sa température de fonctionnement. Avant de produire un seul kilowatt, la pile doit monter en température et cela peut prendre du temps, On parle d'une quinzaine de minute jusqu'à la demi heure pour l'instant.
    @rexie Quand je monte dans ma Leaf. Elle démarre immédiatement et je n'ai pas encore trouvé un véhicule qui sort plus rapidement des blocs que celle-là. Certainement pas une Prius comme la vôtre en tous cas qui est une larve en comparaison d'une Leaf.
    Remarquez que je n'ai pas côtoyé de Tesla S encore.
    Plus sérieusement, les batteries prendront du temps à s'améliorer pour toute sorte de raison, la principale étant qu'il s'agit de chimie et qu'il n'y a de révolution prédite par le principe de Moore qui prédit le double de capacité à tous les dix ans dans l'électronique.
    Par contre le moteur-roue à démontré une meilleure efficacité, presque le double, des configurations de moteur unique avec engrenage réducteur et différentiel.
    Leaf, Volt, Imiev ou Tesla utilise cette configuration et ont un rendement qui varie de 6 à 9 kilomètres par KW/h. Le moteur-roue à démontré un rendement de 12 à 18 kilomètres KW/h.
    Ce qui augmenterait, presque doublerait, l?autonomie des VÉ, avec les mêmes batteries!
    Et pour simon_c ou d?autre qui ne sont pas convaincu de la viabilité de ce principe du au rapport des masse non suspendu soi-disant défavorable.
    Lisez donc le rapport produit par cette compagnie à ce sujet :
    http://www.proteanelectric.com/wp-content/uploads/2011/12/SAE-World-Congress-Unsprung-Mass-V6-CH-presented.pdf
    En résumé, vos craintes bien que fondé, sont injustifié.
  • "J'ai une bonne idée pour un jet électrique"
    http://www.youtube.com/watch?v=EuG2AVFB-g0
  • c'est compliqué de faire simple et simple de faire compliqué...
  • @felixc
    Mais non, je voulais te montrer la source d'électricité, les batteries ;-) qui forment le plancher de 4 pouces d'épais et qui donnent une stabilité exceptionnelle au véhicule.
    Comme j'ai dit plus tôt, (et MisterB) quossa donne de dépenser de l'électricité pour faire de l'hydrogène qui servira au bout du compte à fournir de l'électricité.
    Alors la question demeure : Pourquoi faire simple quand "ON" peut faire compliqué.
    Réponse : Parce que c'est payant pour les pétrolières qui pourront garder la ressource captive et nous revendre indirectement notre électricité plus cher.
  • Hé rexie, on parle ici d'un truc qui produit de l'électricité pour charger une batterie (ou un gros condensateur), et là vous montrez un moteur électrique. Pas pareil! Vous êtes au mauvais bout du fil électrique.
    Mais tant qu'à y être, cette photo du protochassis origine de la page web de la Tesla S. Et aussi, oh hérésie, leur moteur électrique dans la vraie vie est refroidi par liquide. Donc des pièces qui vont user, couler. Les ingénieurs de Tesla ont quand même su faire les bons compromis pour que le rêve devienne réalité. Comme dans la pub de l'OIQ à la télé.
  • @felixc
    Bin oui, pourquoi faire simple et petit quand on peut faire gros et compliqué!
    Une photo de la vraie vie d'une production en série.
    http://gtcarlot.com/news/photo.php?id=59858724
  • @felixc Moi aussi je ne pensais pas que c'était si compliqué de brûler de l'hydrogène pour faire de l'eau! :-))
    .
    Bon, ça doit être de faire aussi de l'électricité, efficacement, qui complique la chose!
  • J'aime bien la photo de la pile de Mercedes. Aussi grosse qu'un moteur à essence, et loin de n'avoir que peu de pièces, elle démontre de façon éloquente la différence entre un principe au départ tout simple et une application dans le monde réel, qui a pourtant à peine commencé à être optimisée.
  • @smis : c'est le calcul que j'ai fait : investir sur ma maison au lieu de sur des chars. Je vais conserver ma voiture une bonne douzaine d'années avant de la changer et je mets autour de 800 L seulement d'essence par année dedans, parce que j'ai fait des choix et des efforts pour moins polluer et roulant moins.
    Détail intéressant, avec les économies générées, la prochaine voiture pourra être achetée comptant, ce qui permettra de profiter des généreux rabais pour l'achat au comptant.
  • @smis
    Le bloc-moteur électrique de la Leaf aussi ressemble beaucoup à un moteur à pétrole. Décevant quand on ouvre le capot et qu'on s'attend à découvrir quelque chose de différent. C'est ce que j'ai ressenti la semaine dernière en allant en essayer une. Trop vache et sûrement conçue pour décevoir et ne pas se vendre.
    http://www.guideautoweb.com/galeries/13430/?im=1
  • c'est drôle de voir que la pile ressemble à un bloc de moteur à essence! Même le morceau de plastique sur le dessus!
    En bout de ligne, toutes les solutions pour sauver de l'essence sont en continuelles développement et n'aboutise jamais à leur plein potentiel, alors que le réel problème de la surconsommation et de l'étallement urbain font grandir la consommation de pétrole comme jamais. Au grand plaisir des pétrolières, des pays producteurs de pétrole, des fabricants de bagnoles, des garagistes, des fabricants de pièces, etc.
    J'imagine qu'une majorité de personne dépensera beaucoup plus dans une vie sur ses voitures que sur sa maison et ses économies de retraite. Et on s'imagine que ça nous donne de la liberté...
  • @Simon_c
    "Quoique pas de lien, c'est toujours plus valables que des liens vesr NemesisTV."
    Je ne connaissais pas NémésisTV avant d'y retrouver ce film qui a passé à ARTE-TV de France et a été sur youtube temporairement.
    Vous connaissiez suffisamment NemesisTV pour pouvoir les condamner simon_c?
    Quand je vais louer un film, je m'intéresse au film. Je ne m'en abstiens pas parce que le commis du dépanneur a des tatoos...
    Revoici ce film très instructif et poignant sur le désastre en Pennsylvanie, le désastre évité en Pologne et les dangers mortels qu'on nous cache à propos des gaz de schiste et de la fracturation.
    http://dotsub.com/view/04258c49-b8cb-44ee-a879-02e0ad179db0
    .
    Je suppose que DotSub est aussi sur votre liste noire? ;-)
  • @simon_c
    "Pantone n'a jamais réussi de tests indépendants"
    Qu'en savez-vous?
    Est-ce que des milliers de tracteurs, chacun indépendants, c'est un test valable? Que vous faut-il?!?
    Je préfère me fier à Louis-Gilles Francoeur qu'à un simon_c
    .
    De nos jours de coupures budgétaires et de corruption galopante, "indépendant" n'a plus toujours le même sens. Il ne se passe pas une semaine sans qu'on découvre qu'une étude "indépendante" avait été influencée. En particulier par les pétrolières qui s'infiltrent dans beaucoup d'institutions autrefois respectables, comme plusieurs universités. Elles y font pression et s'en servent comme vitrine "indépendante", alors que ces institutions dépendent de leur financement qu'elles menacent de couper.
    Comme dans : simon_c (vrai nom Yvan Dutil) qui travaille à la chaire de recherche industrielle de l'École de Technologie Supérieure, financée par Ultramar.
  • T'a vraiment besoin d'un lien pour réapprendre la matière que tu aurais dû voir en 4ème secondaire ?
  • Restez vague, c'est parfait pour augmenter votre crédibilité.
  • @rexie: bravo pour le sarcasme, mais j'ai déjà mis des liens d'articles révisés par des pairs et vous aviez affirmé que les revue scientifiques reconnues étaient partie prenante de votre vaste complot (imaginaire). Quoique pas de lien, c'est toujours plus valables que des liens vesr NemesisTV.
  • @Simon_c
    Merci encore pour tous les liens que vous nous mettez toujours si généreusement pour appuyer vos affirmations et accusations.
  • Les avantages de la pile à combustible sur l'hydrogène brûlé dans un moteur à combustion interne sont indéniables :
    1- Meilleur rendement
    2- Aucune formation d'oxyde nitreux.
    Craquer de l'eau pour ensuite brûler l'hydrogène dans un moteur à combustion interne est carrément stupide. Par contre on pourrait voir la pile à combustible comme le compagnon de la pile électrique. Au lieu d'une génératrice à essence (comme en est équipée la Volt), des piles à combustibles pourraient prendre le relais, et la "recharge" se fait plus rapidement.
    Derniers points : 1- Stanley Meyer, un fraudeur reconnu, proposait un truc qui défiait les 200 dernières années de recherche sérieuse et a toujours tout fait pour éviter que son système soit soumis à des tests indépendants. La base de la thermodynamique était enseignée en 4ème secondaire, avant la réforme. Y'en a un qui n'a manifestement pas réussi ce cours.
    2- Injecter de l'eau momentanément dans un moteur pour profiter de l'énorme chaleur latente d'évaporation et augmenter le rendement, c'est un truc que pouvait faire les Spifire britanniques de 1944 (moteur Merlin) lorsqu'ils devaient échapper a des Masserschmitt Bf-109f. Le prix à payer était un moteur à changer, ou dans le meilleur des cas, à reconstruire. Le truc de Pantone n'a jamais réussi de tests indépendants.
  • @sampiq
    Il est abondamment question du réacteur Pantone dans votre lien.
  • @Djoni
    Merci de votre réponse ! Non ce n'est pas mon matricule de police je suis inspectrice dans ... l'aviation ! Ce que j'ai mentionné peut être interprêté de différente façon, je ne vais pas donner un cours de mécanique ici car ce n'est pas approprié. Dans le cas d'injection d'eau pour les moteur à combustion, oui pour pouvoir obtenir plus de puissance MAIS ça prend impérativement du méthanol ou autre combustible en MÊME temps pas de l'eau tout seule c'est de cela qui est question ! Pour ce qui est des moteurs à turbine NON ce n'est plus utilisé depuis longtemps et le principe de fonctionnement n'est pas le même qu'un moteur à pistons (pression constante vs pression variable ). Actuellement, pour la turbocompression d'un moteur à pistons bien c'est profitable pour l'échangeur d'air (intercooler) en spray, qui n'entre pas dans le moteur mais baisse la température de l'air qui viens d'être compresser donc plus chaude.
  • @marianne.T378199
    Lisez avant de discutez.. Ce n'est pas de l,eau envoyé au verre ou avec un boyau de pompier.
    A lire pour votre culture:
    http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/180054/les-moteurs-aiment-etre-dopes-a-l-eau-ou-a-l-hydrogene
    L'eau n'est pas mélangé à l'essence, j'ai jamais dit ça. L'eau vaporisée (quelques gouttes) ne sert qu'a faire de la vapeur pour augmenter le taux de compression, comme l'air peut le faire, et l'air ne contient pas de BTU,. Je sais bien que l'eau n'apporte pas comme tel de BTU, je ne suis pas ignare à ce point, mais tout comme l'air dans les système avec compresseur d'air, le taux de compression augmente, donc plus de puissance développée. En ajoutant de l'eau, il faut ajuster l'entrée d'essence évidement pour conserver un rapport air-essence adéquat. On ajoute pas des gallons d'eau, juste quelques gouttes et vaporisées. Il s'agit pas de laver un moteur.
    Je sais aussi que c'est pas bon pour un moteur. Ou je travaillait (il y a déjà trop longtemps), on avait installé sur un banc d'essais un injecteur de vapeur d'eau dans une tubulure d?admission sur un moteur 283 po.cu. de Chevrolet installé sur un banc d'essai avec mesure du couple à l'aide d'un dynamomètre. C'était juste pour une démonstration. En fin de compte, c'est comme si on avait plané la tête d'un moteur pour en augmenter le taux de compression. Mais le couple peut presque doubler.C'est certain que ça écourte la vie utile d'un moteur.
  • @marianne.T378199
    J'espère que ce n'est pas votre matricule de policière?
    Vous devriez réviser vos affirmations sur l?injection d?eau.
    http://en.wikipedia.org/wiki/Water_injection_%28engines%29
    C?est en anglais, je n?ai pas trouvé, sous la main, un bon résumé en français. Mais il existe beaucoup de documentation sur le sujet en anglais.
    L'injection d'eau a été utilisée beaucoup sur les moteurs radiaux des avions de la deuxième guerre et après pour augmenter leur puissance de manière temporaire au décollage ou en phase de combat.
    L'eau était diluée dans le méthanol et permettait de maintenir, comme vous le dite, la température des cylindres à des niveaux acceptable pendant une sollicitation maximale.
    Contrairement à ce que vous écriviez, cette technique courante en certain domaine, permet un surcroît de puissance important et une réduction de certaine émission.
    On l?utilise toujours sur les turbines!
    @Aigleblanc
    Votre avis sur la rentabilité de l?énergie électrique selon votre évaluation « écoénergétique pro-vie planétaire???) est cynique, courte et sans discernement.
    Des explications ou références sont-elle possible? Après tout contrairement au pétrole on peut produire de l?électricité de tant de manière.
  • @samPiq
    J'ai déjà fait ça pour nettoyer un moteur de Dodge Polora avec un 383. Ce n'est bon que pour 10 secondes, après on saisi le moteur.....
  • @SamPiq
    Je ne veux être déplaisante mais le fait de mettre de l'eau dans votre carburateur augmentera en rien la puissance du moteur bien au contraire, elle va la diminuer car l'eau ne possède aucun BTU, de plus elle abaissera la température de combustion du mélange air/essence ce qui aura un effet négatif aussi. Mettre de l'eau dans le carburateur est un vieux truc de mécano qui déloge, par l'effet mentionné ci-haut, une partie du carbone accumulé sur les soupapes de la culasse moteur (méthode un peu radicale et risqué mais qui fonctionne bien). Pour ce qui est de la turbo compression ça na pas rapport avec l'eau car on augmente la pression dans les cylindres oui mais il faut mettre plus d'essence aussi pour garder toujour le même rapport air/essence 13.5/1. Alors faite des recherches avant de vous prononcez ! D'ou l'expression avoir de l'eau dans le gaz !!!
  • @rexie @filterway sauf que pour générer cet hydrogène par électrolyse, il faut une quantité d'énergie supérieure à celle qui sera générée par l'oxydation de l'hydrogène. Il y a donc là deux lois de la thermodynamique qui ne peuvent être enfreintes, c'est-à-dire la conservation de l'énergie et l'impossibilité du mouvement perpétuel. En d'autres termes, un moteur à eau a plus besoin d'énergie qu'il n'en produit!
  • Si on prend une ancienne voiture qui a un moteur possédant un carburateur, et si vous versez un peu d'eau (sous forme de "spray" dans l'ouverture d'air du carburateur, l'eau se transforme en vapeur et dans le cylindre, fait augmenter la compression, donc plus de puissance. Pas question d'eau décomposée en hydrogène ou de transformation ésotérique de l'eau et autre débilités semblables. Juste de la vapeur d'eau. Théoriquement, on économise de l'essence, mais ça amène un tas de problèmes technique, dont de la corrosion entre autre. Tout les vieux (comme moi) ont déjà essayé ce truc pour le plaisir. Beaucoup plus simple et moins destructif d'ajouter de l'air par un compresseur ou turbo.
    Il n'y a pas de conspiration des pétroliers dans la non utilisation de ce système.
  • @aigle.blanc (pobstar)
    9 fois moins cher pour être exact.
    http://www.hydroquebec.com/electrification-transport/cout.html
  • Lire ''portrait'' au lieu de ''protrait'' ! Merci ... :)
  • @@PYTHON-1
    -
    Ça c'est le python informatique là ... OK ! OK !
    -
    Il n'en reste pas moins que : ''on ne sera plus obligé d'acheter des voitures archi-complexes pour sauver 10$ par semaine.'' est des plus lucide et concluant comme protrait instantané.
    :)
  • "Casanier permanent le Python "
    Non... au contraire. 8000 km par année à se promener en auto, moto ou VTT. Mais j'assume le prix de mes loisirs. Le jour où je n'aurai plus les moyens de me chauffer ou de me nourrir, la... je vais chialer !
  • @PYTHON-1
    -
    Il ne reste plus qu'à éventer le secret de la lévitation pour circonscrire l'ennui mortel de l'immobilisme ... et remettre en vigeur le bon voisinage en lieux éloignés ...
    -
    Casanier permanent le Python ... c'est bien connu des herpétologistes.
    :)
  • "la consolidation de la survie humaine en regard de ses besoins effectifs et sécuritaires à court, moyen et long terme."
    Bonne réflexion. Le jour où on dépensera l'énergie seulement pour nos besoins ESSENTIELS et qu'on acceptera de se déplacer sans le confort d'un salon roulant, les compagnies seront à genoux pour nous en vendre. La consommation mondiale sera à la baisse et on pourra parler de réserves au lieu de pénuries. Du même coup, on ne sera plus obligé d'acheter des voitures archi-complexes pour sauver 10$ par semaine.
  • @filterway
    Vous devriez commenter plus souvent ici :-)
    .
    @MisterB
    En effet pourquoi dépenser de l'électricité pour faire de l'hydrogène qui servira à générer de l'électricité!?!
    .
    S'il est si difficile d'étirer l'autonomie des VE, pourquoi n'y a-t-il pas de toitures de voitures incrustées de pellicules solaires? de peinture solaire? et d'amortisseurs-dynamo?
  • @MisterB
    -
    Raisonnement juste, tant qu'à moi, concernant l'hydrogène. Toutefois, je ne partage pas la conclusion concernant l'électricité à savoir : ''alors que l'électricité est de 5 à 10 fois moins chère!''
    -
    Cette valeur est alléatoire parce que directement proportionnelle à l'offre versus la demande au moment où ces lignes sont écrites, et cela est fort heureux pour l'usage domestique de survie qui nous permet encore au Québec d'assumer notre survie à partir de prix décents et acceptables. Augmenter la demande équivaudra à augmenter les coûts de production d'électricité et le maintien et entretien des réseaux de distributions sécures et efficaces.
    -
    En début de 1970, je payais le gallon impérial d'essence 25cents canadien soit 5.5cents canadien le litre.
    1 gallon canadien = 4,54609 litres
    1 gallon US = 3,78541 litres
    -
    Fin des années 1970 le gallon impérial frisait les +ou- .80 cents.
    Est-il besoin de faire le calcul aujourd'hui avec $1.40 le litres 43 ans plus tard.
    -
    À mon avis l'énergie électrique n'est ni rentable, ni viable selon une évaluation écoénergétique pro-vie planétaire tout comme ne l'est pas l'usage des énergies fossiles.
    Ça a pris combien de temps pour allumer en conscience concernant les effets secondaires directs sur la vie sur cette planète concernant les méfaits des hydrocarbures et combien de temps pour sparker en conscience concernant les effets néfastes dûs à l'usage intempestif de l'énergie électrique serait une question à se poser des plus à propos, à mon avis.
  • Décomposer l'eau en hydrogène et oxygène est un jeu d'enfant mais la question n'est pas là.
    Faire cette décomposition prend autant d'énergie que celle que l'hydrogène et l'oxygène libèrent en formant de l'eau: ce sont les 2 côtés de la même médaille. Alors pour faire avancer un véhicule avec de l'eau qu'on décompose puis recompose, ça prend une source d'énergie externe supplémentaire.
    Et pire, chaque transformation n'a pas un rendement parfait, il y a une perte en chaleur à chaque fois, donc ça prend plus d'énergie externe au total pour défaire et refaire de l'eau que d'utiliser cette source d'énergie externe directement!
    Selon Wikipedia:
    "La maxime « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » attribuée à Lavoisier, est simplement la reformulation d'une phrase du philosophe grec Anaxagore : « Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau ». " Même Einstein est d'accord avec ce vieux principe qu'il a lui aussi reformulé en E=mc2 en 1905!
  • @olivier 007
    J'ai souvent regardé mythbusters et leurs tests manquent souvent de rigueur et l'échantillonnage est débile. C'est un show, et comme tout show, peut être arrangé avec le gars des vues. Surtout si le boss du gars des vues est un investisseur du complexe industrio-militaire.
    @johnvala, Avez-vous remarqué que l'eau est composé d'hydrogène et d'oxygène? et savez-vous que "craquer" de l'eau est banal en chimie? Je l'ai fait à la maison... Ce qui est moins banal c'est de délier les atomes avec peu d'énergie.
  • Un article dans Science&Vie expliquait comment il est possible d'électrolyser de l'hydrogène pour pile à combustible à partir d'une installation domestique combinant éolienne et panneaux solaires. Il s'agirait au surplus d'une maissonnée entièrement autarcique sur le plan énergétique, y compris la recharge de la voiture!
  • Ça m'a toujours intriguer l'énergie. Si un gars demain matin découvrait une nouvelle source d'énergie, fiable, simple, propre et illimité; Croyez-vous qu'il pourrais la vendre ou on lui enlèverait son invention? Car selon moi ce serait vraiment déstabilisant pour l'économie mondiale.?
  • @Olivier_007,
    tu te bases sur Mythbuster comme argument?, sur quel réseau passe cette émission? à qui appartient ces réseaux? remontons jusqu'à la source et on verra qui décide quoi dire à la tv...
    @Johnvala: tu as tout a fait raison, l'eau n'est pas un carburant. Mais tes connaissances semble s'arrêter ici. Pourtant, l'eau une fois décomposée devient de l'hydrogène. je sais de quoi je parle je l'ai fait. tellement simple: un pot masson, 2 tiges de stainless steel vissé dans le couvercle se prolongeant dans le pot, de l'eau du robinet avec de la p'tite vache pour servir d'électrolyte et un courant de 12 volts sur chaque vis sur le couvercle. Tu fais un trou sur le couvercle et tu insert un tube qui ira se jeter dans un autre pot masson rempli d'eau avec le tube submergé. mets le courant, des bulles vont sortir de l'autre pot masson par la paille et lorsque tu mets un lighter au-dessus de la bulle, celle-ci prend en feu. Ça s'appelle de l'hydrogène. Tellement simple. Si tu veux je peux t'envoyer le vidéo de mon expérience. Si seulement les gens expérimentaient avant de se prononcer....
    @rexie: tout à fait d'Accord. Combien de brevets moisissent dans les classeurs des pétrolières. fait longtemps que la solution de remplacement aux carburants fossiles existe.
    Malheureusement une minorité de gens sait et comprend comment le monde fonctionne. Difficile de nager à contre-courant.
    J'ai roulé 5 ans avec 2 véhicules à l'huile végétale. Je pouvais me taper montréal-québec aller-retour pour 5$ avec un westfalia diesel. en étant à 100% juste sur l'huile végétale.
    Faites vos recherches merde et arrêtez de gober toutes les conneries des médias officiels!
  • L'automobile à hydrogène a plusieurs obstacles:
    1- le développement de la pile à combustible: de grand progrès de ce côté en 20 ans mais quel sera le prix de détail?
    2- le réservoir d'hydrogène à haute pression: ça s'en vient;
    3- la distribution de l'hydrogène: c'est loin d'être réglé;
    4- et LE problème fondamental: le relativement faible rendement énergétique global de cette filière par rapport à l'électricité: il sera toujours moins bon que d'utiliser directement l'électricité.
    On estime qu'au final, la production de l'hydrogène à partir du pétrole réduit le CO2 de 30% et s'il est d'origine électrique, cela prend 3 fois plus d'électricité pour produire l'hydrogène que d'alimenter une auto électrique directement.
    Donc, l'hydrogène est avantageux comme alternative si le pétrole venait à manquer mais l'électricité est mieux sur le plan énergétique. L'hydrogène permet plus facilement présentement d'offrir 400 km d'autonomie mais les recherches sur des batteries à capacité 2 fois à 5 fois plus grandes qu'aujourd'hui progressent aussi. GM et Envia ont déjà des prototypes de batteries 2 fois meilleures qu'aujourd'hui.
    Présentement, le prix de vente de l'hydrogène est plus cher que l'équivalent en essence alors que l'électricité est de 5 à 10 fois moins chère!
    Alors voilà une belle course technologique et économique à suivre!...
  • L'idée n'est pas nouvelle du fait qu'en les années 1975-1985 avec l'augmentation des prix du pétrole à la consommation, l'option hydrogène avait été tentée par GM. Considérée trop dangeureuse dû au réservoir d'hydrogène, GM avait cessé sa production.
    -
    Il y a deux semaine, un article sur La Presse avait mis en manchette de nouveaux développements sur un moteur fonctionnant à partir d'une pile combustible à hydrogène et m'avait permis de consulter ce fichier PDF qui résumait les avancées dans le domaine, entre autre celui du stockage qui ne semble plus offrir de problème.
    -
    www.cea.fr/content/download/3109/14755/file/056a060moysan.pdf
    -
    Toutefois, le principale problème à circonscrire étant le même que pour l'électricité, à savoir la distribution à la consommation de l'hydrogène et la mise en place d'infrastructures adéquates à cet effet.
    -
    Je me demande si l'option de création d'énergie domestiquée à partir du courrant tellurique terrestre en combinaison avec les vents solaires serait opportun comme alternative énergétique directe en mode continu. Nous sommes ici dans le nano évidemment, mais déjà la nanotechnologie a dépassée la phase théorique pour offrir un très grand nombre de formes d'applications utiles.
    -
    Par contre, je me demande si toutes ces formes de développements alternatifs aux hydrocarbures ne sont pas autant de distractions dilluant les forces de recherches aux dépends des payeurs de taxes et des consommateurs. L'agitation dûe à partir de la compétition sous bien des formes ne nous éloigne-t-elle pas du seul objectif raisonnable qu'est la consolidation de la survie humaine en regard de ses besoins effectifs et sécuritaires à court, moyen et long terme.
  • L'idée n'est pas nouvelle du fait qu'en les années 1975-1985 avec l'augmentation des prix du pétrole à la consommation, l'option hydrogène avait été tentée par GM. Considérée trop dangeureuse dû au réservoir d'hydrogène, GM avait cessé sa production.
    -
    Il y a deux semaine, un article sur La Presse avait mis en manchette de nouveaux développements sur un moteur fonctionnant à partir d'une pile combustible à hydrogène et m'avait permis de consulter ce fichier PDF qui résumait les avancées dans le domaine, entre autre celui du stockage qui ne semble plus offrir de problème.
    -
    www.cea.fr/content/download/3109/14755/file/056a060moysan.pdf
    -
    Toutefois, le principale problème à circonscrire étant le même que pour l'électricité, à savoir la distribution à la consommation de l'hydrogène et la mise en place d'infrastructures adéquates à cet effet.
    -
    Je me demande si l'option de création d'énergie domestiquée à partir du courrant tellurique terrestre en combinaison avec les vents solaires serait opportun comme alternative énergétique directe en mode continu. Nous sommes ici dans le nano évidemment, mais déjà la nanotechnologie a dépassée la phase théorique pour offrir un très grand nombre de formes d'applications utiles.
    -
    Par contre, je me demande si toutes ces formes de développements alternatifs aux hydrocarbures ne sont pas autant de distractions dilluant les forces de recherches aux dépends des payeurs de taxes et des consommateurs. L'agitation dûe à partir de la compétition sous bien des formes ne nous éloigne-t-elle pas du seul objectif raisonnable qu'est la consolidation de la survie humaine en regard de ses besoins effectifs et sécuritaires à court, moyen et long terme.
  • @rexie. L'eau n'est pas un carburant, Point à la ligne. J'ignore si vous avez recu une formation en chimie convaincante mais ça ne semble pas être le cas.
  • Bonjour Rexie,
    as-tu déjà écouter Mythbuster ou les stupéfiants en français. Ils ont déjà testé tout ces système supposément miracle pour sauver de l'essence avec de l'eau transformé en hydrogène. Après des plusieurs tests rigoureux de différents systèmes, il s'avère que ce n'est qu'un mythe.
  • http://www.dailymotion.com/video/x1rdf_stanley-meyer_news#.URZNeKWU18E
  • Stanley Meyer, Paul Pantone, on y met de l'eau et leurs inventions s'arrangent pour extraire l'hydrogène, l'un par les harmoniques des hautes fréquences électriques, l'autre par la chaleur et la forme spécifique du noyau du réacteur.
    .
    Résultat : Le premier ne nécessite que de l'eau, l'autre un peu d'eau, qui une fois "craquée", est mélangée à l'essence dans la chambre du piston, et donne jusqu'à 40% d'économie d'essence, des moteurs ultra-propres et +90% d'économie de pollution. Des milliers des fermiers Français se sont bidouillés des réacteurs Gillier-Pantone.
    http://www.wat.tv/video/tv-n1-017-moteur-pantone-jt-ox80_2gynd_.html
    .
    Stanley Meyer était opiniâtre et obstiné, il a été accusé de fraude, il gardait jalousement le secret de son invention et il est mort d'un malencontreux "accident cardiaque" le lendemain de la visite de mystérieux visiteurs suisses. (La moitié d'un poison peut se transmettre par une poignée de main, l'autre dans une des composantes d'un repas ordinaire.) Juste avant de mourir, pendant son repas, il s'est exclamé avoir été empoisonné.
    Le second, Paul Pantone, a été poursuivi pour fraude, incarcéré et même accusé de folie. Écoeuré, il a finalement mis son brevet sur internet il y a une dizaine d'années, d'où le réacteur Gillier-Pantone.
    Son réacteur, optimisé et implémenté en série par un grand fabricant coûterait même pas 10$ par voiture... et des milliards de moins aux pétrolières et en soins de santé. Il y a beaucoup de désinformation à leur sujet. Avant de m'accuser de mouvement perpétueliste, sachez que l'électromagnétisme est omniprésent dans notre univers et nous cache bien des secrets. Ceux qui se drapent dans les lois de la physique (suivez mon regard) sont les mêmes qui accusaient Einstein et Copernic d'hérésie.

Recherche

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer