article:4680607:article

Ces excès de vitesse punis dans le monde

Agrandir

Photo François Roy, archives La Presse

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

Sébastien Templier | La Presse

Publié le 16 août 2013 | Mise à jour le 16 août 2013 à 19h00

Les automobilistes de la planète ne sont pas tous égaux devant la loi. Les amendes pour excès de vitesse diffèrent grandement que l'on soit aux États-Unis, au Québec, en Norvège ou en Allemagne. De façon surprenante et, parfois, originale.

Gros salaire, grosse amende

Y a-t-il en Europe autant de législations sur la vitesse excessive que de pays? Pas tout à fait. Disons plutôt qu'il y a certaines tendances. Comme celle qui a cours en Finlande et en Norvège. Dans ces pays nordiques, la contravention pour excès de vitesse est établie proportionnellement au revenu (mensuel ou annuel) de l'automobiliste fautif. En Norvège, par exemple, elle peut atteindre 10% du revenu annuel dans les cas extrêmes et après un calcul que l'on ne comprend pas. Assortie - notons au passage - d'une peine de prison de 18 jours minimum et de possibles travaux communautaires. En Finlande, un chef d'entreprise a établi un record mondial en matière d'amende pour excès de vitesse en étant condamné en 2002 à payer, après calculs de ses revenus mensuels, pas moins de 200 000$ pour avoir conduit à 80 km/h dans une zone limitée à 40 km/h.

Les charmes de l''Europe

Ah! l'Europe... Ses routes sinueuses de campagne, ses autoroutes impeccables... On en oublierait presque les possibles désagréments. En France, depuis le début des années 2000, les radars photo permanents ont poussé comme des champignons. Sur les autoroutes comme sur les axes névralgiques, près des tunnels et même en ville. Beaucoup sont signalés à l'avance. Quand on n'a pas vu le panneau - et donc le radar photo -, ça peut faire mal: un peu plus de 2000$ si l'on a roulé à 50 km/h au-delà de la vitesse autorisée. On a vite fait d'être à 140 km/h sur une route limitée à 90 km/h. Parlant de charme de l'Europe, si un jour vous vous y faites pincer, vous remarquerez combien les policiers portugais sont parfois bien équipés pour collecter les espèces sonnantes et trébuchantes. Pas suffisamment d'argent liquide? On a le terminal pour ça.

L'exception

Dans ce paysage bucolique de l'Europe à deux ou quatre roues motorisées, l'Allemagne fait figure d'exception. Si, sur ses célèbres autobahns ("autoroutes"), il est permis de rouler à n'importe quelle vitesse, l'État sanctionne et récupère de l'argent ailleurs. Avec mansuétude. À 70 km/h au-dessus de la vitesse permise sur une route secondaire, c'est 600$ d'amende, trois mois de suspension de permis et une sanction de quatre points. Et comme l'Union européenne n'a plus de frontières, un automobiliste italien qui reçoit une belle contravention pour un excès de vitesse en Allemagne verra à son retour chez lui son permis de conduire à points évoluer... Mentionnons au passage que si l'Australie ne possède pas forcément de tels accords avec des États lointains, elle n'hésite plus à courir après vous une fois que vous êtes rentré à la maison. Et si la contravention pour excès de vitesse n'est finalement jamais payée, ce pourrait être plus difficile de visiter l'Australie la prochaine fois.

Chez nos voisins

On ne badine pas avec la loi et l'ordre aux États-Unis. En matière de vitesse au volant, on y fait la distinction entre «dépassement de la vitesse permise», «conduite imprudente» et «course sur autoroute». D'un État à l'autre, les sanctions varient. Une première infraction pour excès de vitesse peut coûter jusqu'à 1000$ d'amende dans l'Illinois, la Caroline-du-Nord, le New Hampshire et le Nevada. Une première infraction pour vitesse dangereuse va grimper jusqu'à 5000$ d'amende dans l'Oregon et l'État de Washington. Dans tous les cas de figure, seuls le Maryland et le Wisconsin n'imposent aucune peine de prison. L'État le plus clément avec les amateurs de vitesse? Le Mississippi. Pas plus de 100$ d'amende dans tous les cas de figure, un maximum de 10 jours de prison et aucune suspension de permis dans certains cas.

Au Canada

Chez nous aussi, les sanctions pour excès de vitesse varient d'une province à l'autre. Au Québec, on distingue les excès de vitesse des grands excès de vitesse. Dans des zones limitées à 60 km/h ou moins, un excès d'au moins 40 km/h est considéré comme "grand". Conséquence, l'amende la plus élevée possible est de 1950$ pour une vitesse de 220 km/h dans une zone de 60 km/h, par exemple. Elle est du même montant pour une vitesse de 250 km/h dans une zone limitée à 90 km/h. Si le barème est clairement défini au Québec, le calcul d'une amende est plus complexe en Ontario. Sachez qu'il peut y en coûter jusqu'à 10 000$ pour une vitesse excessivement dangereuse. Toute infraction - et donc tout excès de vitesse - commise en Ontario, dans les États de New York et du Maine est portée à notre permis de conduire québécois. On est prévenu.

Publicité

Propulsé par FordComparer des véhicules »

1 Ford - Fusion 2012: L'apprentie sportive

Ford - Fusion 2012: L'apprentie sportive

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Commentaires (14)
  • kiroulbien
    Pour réussir à synchroniser des feux de circulation ça prend tout un paquet de conditions idéales telles que, entre autres, des distances constantes et égales entre chaque intersection et aucune traverse de piéton sur demande. De plus, aussitôt qu'un véhicule s'insère devant le vôtre et que vous devez ralentir pour lui laisser le temps d'atteindre la vitesse nécessaire pour être synchronisé avec le flot de circulation, vous perdez un autre avantage de la synchro des feux.
    Ce n'est pas tout le monde qui va au même endroit en même temps et à la même vitesse.
    Pensez-y un peu...
  • Pour moi le plus gros reproche a faire pour les radars fixes ou mobiles, est qu'ils sont toujours situés la ou ça rapporte, pas la ou c'est dangereux donc nécessaire. Juste a voir le choix des emplacements des radars photos ici. Ne parlons pas de la France qui a inventé une taxe déguisée, et confié la gestion des radars et de l'encaissement a une compagnie privée.
  • @mbmb007
    Ce n'est pas la vitesse le problème mais bel et bien le comportement de celui aux commandes. Votre constat est juste mais je ne généralise pas autant la situation. Les gens ne brûlent pas les feux rouge plus qu'autrefois. Les gens que l'on élit à des postes de dirigeants ne "trippent" pas "chars". Pas étonnant que les feux de circulation ne soient toujours pas synchronisés et que certains automobilistes soient tentés d'en brûler un parce qu'écoeurés d'attendre au feu rouge. Nous avons déjà parcouru environ 16 km, traversé une trentaine d'intersections contrôlés par des feux et nous avons dû nous immobiliser qu'à un seul feu rouge parce qu'ils étaient synchronisés. C'était dans une ville américaine où l'on "trippe" sur les "chars". Au Québec, on ne peux même pas réaliser cela sur l'autoroute métropolitaine à l'heure de pointe.
    Quand au panneaux STOP, on continue de les répandre dans les quatre côtés au Québec dans le but de ralentir le trafic. La réponse comportemental de l'automobiliste est l'effet kangourou: On enfonce l'accélérateur au départ pour reprendre le temps perdu.
  • Il est difficile et complexe de changer les comportements des gens. Les seuls techniques utilisées (ou presque ) sont les amendes.. Effectivement efficace pour financer, mais peut-être moins pour éduquer . La solution sera peut être ultimement d'enlever le volant des mains des humains et laisser les "Google Car" nous amener à bon port.
  • iceman34... Peut-être que pour toi la vitesse est un jeu...
    Mais pour d'autre, c'est une menace.
    Par ailleurs, le plus gros problème n'est pas la vitesse mais plutôt le respect des droits de passage aux intersections. Les stop et les feux rouges sont de moins en moins respectés. Les passages piétons sont totalement ignorés...
    Il y a de plus en plus d'usagers qui doivent partager la route. Mais le civisme est de plus en plus rare. Il est temps qu'on fasse quelque chose.
  • Ça pas pris de temps pour illustrer mon propos sur les rouges.
    Coin St-Laurent et Jarry, ce dimanche, une voiture grille la rouge, heurte un autre véhicule et blesse un piéton qui est en état critique.
  • @iceman34
    Ceci devrait vous plaire.
    Une recherche effectuée par l'Institute of Advanced Motoring (IAM) en Angleterre a conclu que l'erreur d'un conducteur et sa réaction lors d'une situation critique sont 13 fois plus probables de causer une collision que de conduire au-dessus des limites de vitesses affichées. La vitesse serait en cause dans seulement une collision sur 20.
    Je suis parfaitement en accord avec cette recherche car le Centre de Volvo en sécurité routière a établit que 70% des collisions automobiles se produisent à des vitesses inférieures à 30 km/h.
  • Je pense que les contraventions ne sont qu'une autre maniere de faire de l'argent. Je reproche aux gouvernements leur manque de constance. S'il y avait une unité permanente affectée a la 20, qui donnerait des contraventions 24 heures par jour, en variant les méthodes d'opération, on réduirait nettement la vitesse excessive, mais aussi une bonne source de revenus. Au lieu, la méthode actuelle, laissez-faire la plupart de temps et extreme sévérité a d'autres temps de l'année (comme au début des vacances de la construction) permet d'assurer une source de revenus tres lucrative pour le gouvernement.
  • Je ne crois toujours pas qu'on forme des policiers et qu'ils finissent opérateurs de radars. Nous avons tous un permis nous permettant d'enfreindre la lois selon une belle petite limite de 15 points qui ce recharge avec le temps. Avec le temps, les gens prennent ça pour un droit avec contribution volontaire. Ça permet de renflouer les coffres de police.
  • Quand on lit les commentaires de ceux qui applaudissent le retour des radars-photo après leur disparition en 1974, c'est le même constat. C'est toujours les autres qui font des excès de vitesse. "Moi je respecte scrupuleusement les limites". Les gens ne se perçoivent pas eux-même derrière le volant.
    Cela me rappelle un bon reportage publié dans Le Soleil à Québec. Un policier avait répondu que lorsque des citoyens se plaignaient de la vitesse dans leur rue et que les policiers allaient faire du radar, habituellement, ils finissaient par épingler celui qui s'était plaint.
    Au Québec, les limites de 30, 50, et 70 km/h sont des conversions métriques du système impérial qui étaient à 20, 30 et 40 mph et qui dataient de la création du ministère de la voirie en 1933. On avait aussi profité de l'occasion en 1975 pour réduire la limite sur les routes secondaires et les autoroutes à 90 et 100 km/h.
    Pensez-vous qu'il serait grand temps de dépoussiérer cette réglementation vétuste et d'adopter des limites de vitesse au 85ème percentile?
  • Non mais je rêve !! iceman34 quel commentaire stupide...je vois 1 infraction à la minute quand je me promène. 4 fois j'ai vu une auto brûlée une rouge juste devant moi, la 5e m'a ramassé d'aplomb, $16,000 de dommages. Quand c'est rendu que tu ne respectes plus les rouges, le problème est grave
  • Pourquoi ne pas laisse les citoyens spotter (prendre en photos radar) les autres citoyens?
    Quelqu'un pourrait s'inscrire comme chasseur, suivre un cours et louer l'equipement pour pas cher aupres du gouvernement. Et voila! Vous creer de l'emploi et les routes seront plus securitaires!
  • Non mais je rêve !! mbmb quel commentaire stupide...le gouverne-maman nous persécute pas assez comme ca, il faudrait qu'il en rajoute alors que les policiers a quota sont partout pour nous taxer a la moindre petite faute. Sans compter l'arnaque de mettre des limites de vitesse ridicules pour saler l'amende encore plus...Decarie et metropolitain a 70 km/h...ben voyons!!!
    Vas y mon mouton!!!
  • Il semble qu'au Québec, à la lecture de ces données, on soit encore en queue de peloton en matière d'amandes... Pourquoi est-ce toujours si apeurant de punir les fautifs de quoi que ce soit au Québec?

Recherche

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer