Uber ne fait pas mal qu'aux chauffeurs de taxi

Les services automobiles sur demande comme Uber ou... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Les services automobiles sur demande comme Uber ou Lyft affectent l'achalandage dans les stationnements payants des grandes villes.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain McKenna

Collaboration spéciale

La Presse

Des gestionnaires d'espaces de stationnement privés se plaignent d'une baisse de leur achalandage, et donc de leurs revenus, provoquée par les services automobiles sur demande comme Uber ou Lyft.

John Baumgartner, PDG de la société californienne Ace Parking, a publié un message plus tôt ce mois-ci dans lequel il faisait état d'une baisse de 5 à 10 % de la demande pour du stationnement à proximité des hôtels qu'il gère à San Diego, et de plus de 25 % pour les services de valet des restaurants à proximité.

Les boîtes de nuit, elles, auraient vu la demande pour du stationnement chuter de plus de 50 %. L'entreprise a confirmé un déclin similaire pour l'ensemble de ses activités aux États-Unis. Ce déclin est relativement récent, et n'a pas encore été pleinement remarqué par les autorités municipales.

Comparativement à des commerces, des résidences ou des gratte-ciel, les terrains de stationnement ne paient pas énormément de taxes, et sont donc un espace peu rentable. Peut-être que cette baisse de popularité provoquée par Uber, mais qui sera sans doute accentuée par l'émergence des véhicules autonomes en autopartage, aura un effet bénéfique pour la planification urbaine...




Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2017

Jeep - Cherokee 2017

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box
image title
Fermer
image title
Fermer