article:4627939:article

Porsche Cayman 2014: de la toile au métal

Porsche Cayman

Agrandir

Porsche Cayman

Photo Daniel Wollstein pour Porsche

Publicité

Publicité

Éric Lefrançois | La Presse

Publié le 5 mars 2013 | Mise à jour le 5 mars 2013 à 13h00

Faro, Portugal - Il est facile de reconnaître une Cayman d'une Boxster. La première a un toit rigide, l'autre pas. Naturellement, les responsables de Porsche ne voient pas les choses de la même manière. Pour eux, il s'agit de deux modèles distincts. On peut en débattre. Hormis une poignée de chevaux supplémentaires, une rigidité accrue et une chaîne audio perfectionnée, rien ne distingue réellement une Cayman d'une Boxster. Et il n'y a vraiment aucun mal à cela. Si, le toit. La tôle coûte toujours plus cher que la toile.

D'ordinaire, un cabriolet coûte toujours plus cher qu'un coupé. Il fallait bien une exception pour confirmer la règle. La voici: la Cayman commande un prix plus élevé (3400$) que la Boxster. Voilà qui réaffirme en quelque sorte la thèse de Porsche sur la spécificité de ces deux modèles.

En y regardant de plus près cependant, cette seconde génération de la Cayman bénéficie des transformations appliquées à la Boxster lors de sa refonte il y a un an. Même architecture technique, mêmes trains roulants et sensiblement les mêmes performances. Les motorisations offertes sur la Cayman développent toutes deux plus de puissance (" 10 ch.) et plus de couple (6 et 7 lb-pi selon la version) que celles proposées par la Boxster. Au final, cela n'a pas beaucoup d'importance. Et Porsche ne s'en cache pas. La Cayman met un dixième de seconde de moins pour atteindre les 100 km/h suite à un départ arrêté et fixe sa vitesse de pointe 2 km/h au-dessus de la Boxster.

Au-delà des statistiques, la Cayman envoûte davantage que la Boxster. Mais pour en apprécier les - subtiles - différences, il faut impérativement la conduire sur un circuit. Ce n'est à vrai dire que dans cet environnement que la dernière née de Porsche fait étalage de toutes ces qualités. Mais avant de l'amener sur la piste, assurez-vous de bénéficier de la version S - plus puissante - et de vous procurer quelques options dont le groupe Sport Chrono (2110$) et la boîte PDK (3660$). Au risque de déplaire aux puristes, cette boîte à double embrayage est plus rapide et permet de meilleures économies à la pompe que la manuelle. Aussi, elle se revend mieux. Les mêmes recommandations s'appliquent aux éventuels acheteurs du modèle de base.

Prière de lire le mode d'emploi

Au volant, la Cayman vous fait avaler le paysage en apnée, écrase vos «poignées d'amour» contre le flanc de ses sièges. Tout se passe très vite. Trop vite peut être pour certains qui auront la fausse impression de maîtriser parfaitement leur sujet. Cette Porsche vous met rapidement en confiance, mais elle peut aisément vous la retirer si vous n'apprivoisez pas son comportement, une fois les aides à la conduite débranchées. Si vous roulez au-dessus de la limite, c'est l'arrière qui décroche. Trop lentement, c'est le train avant qui résiste. Le défi: trouver le bon rythme. Il faut aussi savoir doser et réprimer ce cri lorsque la ceinture vous mord en simultanée l'épaule et le bas ventre lors des freinages violents.

Une fois le mode d'emploi assimilé, le plaisir commence. Les propriétaires de l'ancienne génération du modèle ne manqueront de relever un ressenti moins précis de la direction, maintenant que celle-ci bénéficie d'une assistance électrique plutôt qu'hydraulique. Les autres n'y verront que du feu. Quant aux éléments suspenseurs, ils se révèlent plutôt étonnants dans leur configuration de base.

Publicité

Parfaitement équilibrée avec son moteur monté en position centrale et plus stable grâce à ses voies plus larges, la Cayman ne se «désintègre» pas aux passages des trous et des bosses comme certaines sportives de la même catégorie. Elle est ferme, mais pas au point d'être inconfortable sur une longue distance. On ne peut en dire autant du confort auditif. C'est ici qu'entre en jeu le système audio élaboré par la firme Burmester vendue 8330$... Sans commentaire.

Des options, encore des options

C'est bien connu, Porsche monnaye chèrement ses options. La prise d'inventaire des caractéristiques de série de la Cayman n'est peut-être pas aussi longue que celle de votre liste d'épicerie, mais l'essentiel y est. Enfin presque. Il faut tout de même débourser pour la peinture métallique (810$) ou retenir les services d'un capteur de stationnement en marche arrière (610$). À noter que les fumeurs pourront obtenir un cendrier sans frais supplémentaires.

Sans mettre la main dans vos poches, la Cayman offre toutefois un habitacle de bien meilleure qualité qu'auparavant et des accostages plus précis. La position de conduite est excellente et seulement les plus grands conducteurs trouveront à redire sur les limites de réglages du dossier qui plaque rapidement le mur pare-feu qui vous sépare du moteur.

Côté pratique, on note la présence de deux coffres à bagages. L'un à l'avant, l'autre à l'arrière, sous le hayon. En additionnant le volume de deux, on obtient 425 litres soit l'équivalent d'une berline intermédiaire.

Au final, cette Porsche est aujourd'hui celle qui, à mon sens, colle le mieux à la philosophie originelle de la marque. Plus encore que le mythique 911 qui ne cesse de s'embourgeoiser au fil des générations, la Cayman est une sportive pur jus et mérite d'être considérée comme la nouvelle référence de la maison. Voilà, c'est dit.

Les frais de transport et d'hébergement liés à ce reportage ont été défrayés par Porsche AG.

En ce temps-là

Il faut remonter dans les années 60 pour retrouver cette 904. Comme la Cayman, il s'agit d'un biplace à moteur central, qui dans sa version la plus extrême, développait 225 chevaux par l'entremise d'un huit-cylindres à plat. Cette mécanique entraînait une masse qui faisait alors à peine 550 kilos, ce qui explique notamment la vitesse de pointe (vérifiée) de 263 km/h. À peu de chose près la même que celle atteinte par la Cayman 50 ans plus tard.

L'essentiel

- Fourchette de prix: 59 900 $ à 72 900 $

- Garantie de base: 4 ans / 80 000 km

- Consommation réelle: 10,1 L/100 km (estimée)

- Visible dans les concessions: À compter du mois d'avril

- À considérer: Audi TT-RS, Chevrolet Corvette, Lotus Evora

- Pour en savoir plus: www.porsche.ca

TECHNIQUE

- Moteur (essence): H6 DACT 3,4 litres

- Puissance: 325 ch à 7 400 tr/min

- Couple: 272 lb-pi entre 4 600 et 5 000 tr/min

- Poids: 1350 kg

- Rapport poids-puissance: 4,15 kg/ch

- Mode: Propulsion

- Transmission de série: Manuelle 6 rapports

- Transmission optionnelle: Semiautomatique 7 rapports

- Direction / Diamètre de braquage (m): Crémaillère / 11,6

- Freins av-arr: Disque / Disque

- Pneus (av-arr): 235/40ZR19 - 265/40ZR19

- Capacité du réservoir / Essence recommandée: 64 litres / Super

NOUS AIMONS

- Plus sportive qu'une 911

- Finition améliorée

- Capacité accrue des coffres

NOUS AIMONS MOINS

- (Coûteuses) options nécessaires

- Niveau sonore dans l'habitacle

- Utilisation estivale à moins que

Propulsé par FordComparer des véhicules »

1 Ford - Fusion 2012: L'apprentie sportive

Ford - Fusion 2012: L'apprentie sportive

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer