Subaru confirme des mauvaises pratiques de certifications de ses voitures neuves 

Le PDG de Subaru, Yasuyuki Yoshinaga, et un... (photo : REUTERS)

Agrandir

Le PDG de Subaru, Yasuyuki Yoshinaga, et un adjoint non identifié expriment à la manière japonaise la contrition de l'entreprise en s'inclinant lors d'une conférene de presse au siège social du constructeur automobile.

photo : REUTERS

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

Agence France-Presse
TOKYO

Le constructeur automobile japonais Subaru a confirmé vendredi qu'il n'était pas en règle avec des procédures de certifications de ses voitures neuves destinées au marché national, comme son compatriote Nissan avant lui, et envisage un rappel de quelque 250 000 unités.

Ces pratiques, consistant à faire contrôler les véhicules neufs par des inspecteurs non autorisés à le faire pour le marché japonais, durent depuis plus de 30 ans chez Subaru, a déclaré le PDG du groupe, Yasuyuki Yoshinaga, lors d'une conférence de presse à Tokyo, où il s'est excusé envers les clients de la marque.

Rappel de 250 000 véhicules

Le groupe a dit envisager un rappel de plus de 250 000 véhicules déjà commercialisés, ce qui représenterait un coût pour l'entreprise de 5 milliards de yens (43 millions de dollars canadiens au cours actuel).

Le PDG de Subaru, Yasuyuki Yoshinaga, au moment... - image 3.0

Agrandir

Le PDG de Subaru, Yasuyuki Yoshinaga, au moment de ses excuses publiques auprès des clients de Subaru. Photo: Reuters

Plusieurs médias avaient rapporté l'affaire dès vendredi matin, entraînant l'action Subaru dans le rouge à la Bourse de Tokyo. Le titre a finalement lâché 2,6% à 3969 yens à la clôture du marché.

Le groupe a toutefois estimé que même s'ils n'avaient pas les certifications requises pour inspecter ses voitures destinées au marché japonais, les contrôleurs étaient techniquement compétents, sous-entendant par là que la qualité des véhicules n'était pas remise en question.

Sur son précédent exercice fiscal 2016/17, clos au 31 mars, le constructeur a vendu près de 159 000 voitures au Japon, et quelque 900 000 à l'étranger.

Comme Nissan

Subaru (anciennement Fuji Heavy Industries) est le deuxième constructeur japonais à être rattrapé par ce genre de mauvaises pratiques de certifications, après Nissan, le numéro deux japonais de l'automobile, qui a lancé en septembre un rappel de plus d'un million de ses véhicules vendus dans le pays depuis 2014.

Nissan a même décidé ce mois-ci de suspendre la production de véhicules destinées au marché japonais dans ses usines du pays, après s'être rendu compte que ces mauvaises pratiques avaient toujours cours, par force de l'habitude chez ses inspecteurs, bien qu'elles avaient été dénoncées dans un rapport interne et que de premières «mesures correctives» avaient été prises.




Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2017

Jeep - Cherokee 2017

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer