Convertir un VTT en autoquad

Le petit bolide est une espèce de croisement entre une autoquad traditionnelle... (PHOTO FOURNIE PAR FRANÇOIS LECLAIR)

Agrandir

PHOTO FOURNIE PAR FRANÇOIS LECLAIR

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

Le petit bolide est une espèce de croisement entre une autoquad traditionnelle et buggy de type Baja, avec des roues bien dégagées du cadre en treillis apparent. La machine d'un bleu électrique éclatant pique la curiosité dès le premier coup d'oeil, mais c'est d'autant plus intéressant quand on sait qu'elle a été conçue par une équipe de cégépiens, qu'elle est construite à partir d'un VTT... et qu'elle pourrait bientôt être en vente!

Les principaux membres de l'équipe ayant travaillé à... (Photo fournie par François Leclair) - image 1.0

Agrandir

Les principaux membres de l'équipe ayant travaillé à la conception d'un véhicule. De gauche à droite: Jérôme Darrigrand, Olivier Archambault, Philippe Tremblay-Roy, François Leclair (enseignant) et Robert Bisson.

Photo fournie par François Leclair

«L'idée est venue après qu'un étudiant nous ait envoyé par hasard la photo d'un «rock crawler», nous a raconté au téléphone François Leclair, enseignant en technique de génie mécanique au cégep de Saint-Jean-sur-Richelieu. Comme on sait que tout ce qui a un moteur est très populaire auprès de nos étudiants, on a décidé de fabriquer un côte-à-côte à partir d'un VTT.»

M. Leclair, un ingénieur de formation spécialisé dans la conception de machines automatisées, a commencé à fouiller pour des pièces, sans se soucier de leur provenance. Il s'est finalement rabattu sur son propre VTT, un Can-Am Outlander. «C'est plus facile de prendre les pièces sur un VTT existant, a admis François Leclair. On dispose d'un véhicule 4x4 avec une mécanique simple, que les concessionnaires BRP peuvent réparer sans problème.»

Surtout si on a l'idée d'offrir la conversion de VTT au grand public. «J'ai pensé dès le départ que ce pourrait être un projet commercialisable, et c'est pour ça qu'on a travaillé à partir de mon vieux Outlander, a avoué l'enseignant. Le design a été réalisé pour qu'on puisse en faire la production.»

Le projet parascolaire a toutefois été mis sur pied par M. Leclair et son équipe pour des raisons pédagogiques. Les élèves ont bien sûr pu bénéficier des techniques apprises, qui ne sont abordées dans le cadre académique qu'en troisième année du DEC.

Travailler avec des élèves qui n'ont que très peu de notions en génie mécanique était un défi en soi. «Heureusement, on a pu compter parmi nos étudiants sur un machiniste et un mécanicien d'expérience, a reconnu François Leclair. Les autres participants n'avaient aucune connaissance en mécanique, on devait d'abord valider la faisabilité du projet avant d'aller de l'avant.»

Un bolide bien né

Publicité

Jusqu'à 10 personnes ont travaillé à un moment ou à un autre sur le développement et la construction du véhicule, qui ont pris environ un an. Après quoi on a ajouté six mois de plus pour faire homologuer le tout-terrain auprès de la SAAQ en tant que véhicule hors route artisanal.

«Nous tenons à faire des tests préalables sur le terrain, mais comme le véhicule n'était pas légal en sentiers, nous ne pouvions pas aller bien loin, a reconnu François Leclair. Maintenant, je vais le mettre à l'essai en situation hivernale. Jusqu'à maintenant, le comportement est très stable, la manoeuvrabilité dans les sentiers est très bonne. Tout ça grâce à la rigidité du châssis, un aspect dont on est très fiers, d'ailleurs.»

Les dessins de production du véhicule devraient être complétés dans les prochaines semaines, après quoi il faudra préparer la suite des choses. «Je vois qu'il y a un marché, mais nous n'avons pas d'objectifs de vente encore, a admis M. Leclair. On serait sans doute capable d'en faire une vingtaine par année. Peu importe le modèle Outlander ou Renegade, la conversion est facile. Mais il faudra pour ça que je m'y consacre à plein temps! Mais c'est le genre de saut que je serais prêt à faire.»

Il peut compter aussi sur l'aide des élèves qui ont participé au projet. «Plusieurs souhaitent poursuivre l'aventure, a-t-il indiqué. Par exemple, un gars de l'équipe qui est maintenant à l'université propose d'analyser la résistance des matériaux utilisés dans la construction du véhicule.»

On pense aussi offrir la personnalisation des conversions, notamment en aménageant portières, support à bagages, système de chauffage ou panneaux latéraux en polymère assortis à la couleur du châssis.

Ah, un détail: il faudra aussi baptiser le véhicule. «On en avait trouvé un, mais ce n'était pas très sérieux», a admis en riant François Leclair. Les suggestions sont donc bienvenues!

Partager

Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2017

Jeep - Cherokee 2017

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer