Chaud sur glace

  • Les courses de voitures quatre-cylindres avec pneus cloutés sont bien souvent chaudement disputées et particulièrement spectaculaires. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Plein écran

    Les courses de voitures quatre-cylindres avec pneus cloutés sont bien souvent chaudement disputées et particulièrement spectaculaires.

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

  • 1 / 11
  • Les clous installés sur les pneus de voitures proviennent de chenilles de motoneiges et mesurent près de 4 cm. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Plein écran

    Les clous installés sur les pneus de voitures proviennent de chenilles de motoneiges et mesurent près de 4 cm.

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

  • 2 / 11
  • La catégorie huit-cylindres avec roues cloutées est certes très spectaculaire, mais c'est la moins nombreuse en raison des coûts plus prohibitifs. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Plein écran

    La catégorie huit-cylindres avec roues cloutées est certes très spectaculaire, mais c'est la moins nombreuse en raison des coûts plus prohibitifs.

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

  • 3 / 11
  • Les voitures peuvent «gruger» la surface glacée de près de 20 centimètres au terme d'une journée de course. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Plein écran

    Les voitures peuvent «gruger» la surface glacée de près de 20 centimètres au terme d'une journée de course.

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

  • 4 / 11
  • La conjointe de Patrice Dumouchel, Myriam Lachance, a remporté l'an dernier la course pour femmes organisée en fin de saison. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Plein écran

    La conjointe de Patrice Dumouchel, Myriam Lachance, a remporté l'an dernier la course pour femmes organisée en fin de saison.

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

  • 5 / 11
  • À Beauharnois, le circuit est aménagé directement sur le lac Saint-Louis. Participants et spectateurs se rendent en voiture jusqu'aux abords du circuit. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Plein écran

    À Beauharnois, le circuit est aménagé directement sur le lac Saint-Louis. Participants et spectateurs se rendent en voiture jusqu'aux abords du circuit.

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

  • 6 / 11
  • C'est sur la vaste étendue glacée du lac Saint-Louis que se déroulent les courses à Beauharnois. Plusieurs pilotes en profitent aussi pour aménager des cabanes à pêche non loin du circuit. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Plein écran

    C'est sur la vaste étendue glacée du lac Saint-Louis que se déroulent les courses à Beauharnois. Plusieurs pilotes en profitent aussi pour aménager des cabanes à pêche non loin du circuit.

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

  • 7 / 11
  • Certains pilotes préfèrent se concentrer sur la conduite et font ainsi appel à un copilote qui communique ce qui se déroule en piste. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Plein écran

    Certains pilotes préfèrent se concentrer sur la conduite et font ainsi appel à un copilote qui communique ce qui se déroule en piste.

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

  • 8 / 11
  • Une saison de course peut coûter à peine 2000 $. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Plein écran

    Une saison de course peut coûter à peine 2000 $.

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

  • 9 / 11
  • Les programmes de courses deviennent de plus en plus multidisciplinaires, regroupant dorénavant autos, motos et VTT. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Plein écran

    Les programmes de courses deviennent de plus en plus multidisciplinaires, regroupant dorénavant autos, motos et VTT.

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

  • 10 / 11
  • Les programmes de courses deviennent de plus en plus multidisciplinaires, regroupant dorénavant autos, motos et VTT. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Plein écran

    Les programmes de courses deviennent de plus en plus multidisciplinaires, regroupant dorénavant autos, motos et VTT.

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

  • 11 / 11

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

Qui a dit que l'hiver était la saison morte en sport automobile? Il y a au Québec des dizaines d'endroits où l'on organise des épreuves au coeur de la saison froide. Et c'est probablement la plus accessible des formes de course automobile qui soit. Tout ce que ça prend, c'est un bazou et une surface bien gelée.

À Beauharnois, la première course sur glace a eu lieu il y a 50 ans déjà. On s'apprête d'ailleurs à souligner l'événement samedi avec une présentation toute spéciale du Grand Prix Yves Surprenant, avec notamment des courses en soirée - une première - de même qu'une épreuve mettant aux prises des camions 10 roues - oui, oui, vous avez bien lu, une course de poids lourds sur anneau de glace! Et pour clore la soirée, un DJ sous chapiteau chauffé et, qui sait, un feu d'artifice si les conditions le permettent.

Pour les gens de la région, les courses sur glace font partie du quotidien hivernal. «Il y a toujours eu des courses de bazous, à Kahnawake, Châteauguay, Beauharnois ou Saint-Louis-de-Gonzague, explique Sylvain Allard, président du club Kilowatts, qui organise les courses à Beauharnois. Les pères ont couru dans les années 60 et 70, aujourd'hui ce sont les fils.»

Ici, rien de trop compliqué. On descend en voiture, en motoneige ou à pied (pour les moins frileux) et on s'installe aux abords du circuit ovale tracé non loin de cabanes à pêche sur glace, dont plusieurs ont d'ailleurs été installées par des concurrents. «C'est un peu devenu un rituel, soutient M. Allard. Près de 75% des gens qui nous suivent reviennent à chaque événement.»

Quant aux courses, elles mettent en scène des bazous déglingués, classés selon leurs moteurs - à quatre ou huit cylindres - et leurs pneus - avec ou sans crampons. Au groupe se joignent aussi parfois des motos et des VTT.

«Les pilotes viennent de la région, mais il y a une petite gang de Saint-Eustache qui se joint à nous, de même qu'à l'occasion un gars de Victoriaville et un autre de Mascouche, explique Sylvain Allard. Mais ça demeure assez local, les gars fréquentent surtout la piste de leur région.»

Triple couronne

Publicité

Jimmy Bérard essaie quant à lui de changer cela. Il a mis sur pied cette année la série de courses sur glace Eskape, qui regroupe pour l'instant les épreuves de Lavaltrie, Roxton Pond et Berthierville, la «triple couronne». Ici, les courses se disputent sur circuit routier. Pour les autos, ça ressemble à du rallycross, alors que les épreuves de motos et de VTT s'apparentent à des courses de type supermotard. Et on encourage le mélange des genres. «Plusieurs séries de courses sur glace ont échoué parce qu'elles ne regroupaient qu'un seul type de véhicules, explique le jeune entrepreneur de 30 ans. J'ai l'impression que les gars sont contents de voir quelque chose d'organisé, avec un nombre assuré de compétiteurs. Parfois, dans certains événements locaux, tu peux te retrouver avec seulement deux ou trois véhicules dans une classe. On cherche donc à assurer une qualité et une quantité de coureurs.»

Jimmy Bérard aimerait bien voir la série passer à quatre ou cinq épreuves, mais il s'agit probablement du maximum envisageable. «Sur un lac, tu dois avoir au moins de 20 à 22 pouces de glace, explique M. Bérard. La saison doit se dérouler de la fin de janvier au début de mars.»

Jimmy Bérard veut aussi s'assurer du sérieux des promoteurs partenaires. Une course à Beauharnois? Sylvain Allard en doute, d'abord pour des raisons logistiques; son organisme est à but non lucratif et le site aménagé sur le lac Saint-Louis est public, difficile donc de demander aux amateurs de payer le gros prix pour une compétition de plus grande envergure.

Qu'à cela ne tienne, les deux formules peuvent certainement cohabiter, ce sont autant d'occasions d'aller découvrir un sport hivernal accessible, méconnu et spectaculaire à souhait.

Les courses à venir:

> Grand Prix Yves Surprenant, Beauharnois, samedi 21 février

> Grand Prix des Îles, Berthierville, samedi 28 février

2000 $
C'est ce qu'il en coûte pour une saison complète avec une voiture quatre cylindres chaussée de pneus non cloutés.
20 000 $
C'est la somme parfois dépensée pour un bolide à moteur V8 de course équipé de quatre pneus cloutés.

Patrice Dumouchel et son fils Antoine.... (Photo Bruno Dorais, magazine pole-position) - image 3.0

Agrandir

Patrice Dumouchel et son fils Antoine.

Photo Bruno Dorais, magazine pole-position

Une affaire de famille

Dans le secteur de Beauharnois, qui dit Dumouchel dit course sur glace. «J'avais 5 ou 6 ans et je voyais mes oncles travailler sur leurs autos dans le garage de la ferme familiale de Saint-Étienne, nous a expliqué Patrice Dumouchel, qui frôle aujourd'hui la quarantaine. De fil en aiguille, ils m'ont transmis la passion.»

Dès que Patrice a obtenu son permis de conduire, à 16 ans, il s'est acheté une voiture de course. Aujourd'hui, il transmet son art à son fils Antoine, 9 ans, qui s'apprête à faire ses premiers pas en course junior sur l'anneau de glace voisin de Kahnawake.

Si Patrice Dumouchel a roulé quelques saisons sur l'ovale asphalté de Saint-Eustache et qu'il course depuis trois ans sur terre battue, il revient toujours à la glace pour se mesurer à son oncle Sylvain, 51 ans, et son cousin Alex, 22 ans. Tout ça après avoir fait une pause de la compétition quand ses trois enfants étaient en bas âge.

«Tu peux sortir le gars du char, mais tu peux pas sortir le char du gars!» Ça semble encore plus vrai pour un Dumouchel.

Partager

Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2016

Jeep - Cherokee 2016

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
  • Chaud sur glace
    Les courses de voitures quatre-cylindres avec pneus cloutés sont bien souvent chaudement disputées et particulièrement spectaculaires. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

    Les courses de voitures quatre-cylindres avec pneus cloutés sont bien souvent chaudement disputées et particulièrement spectaculaires.

    Les plus récentes dans Auto
  • Chaud sur glace
    Les clous installés sur les pneus de voitures proviennent de chenilles de motoneiges et mesurent près de 4 cm. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

    Les clous installés sur les pneus de voitures proviennent de chenilles de motoneiges et mesurent près de 4 cm.

    Les plus récentes dans Auto
  • Chaud sur glace
    La catégorie huit-cylindres avec roues cloutées est certes très spectaculaire, mais c'est la moins nombreuse en raison des coûts plus prohibitifs. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

    La catégorie huit-cylindres avec roues cloutées est certes très spectaculaire, mais c'est la moins nombreuse en raison des coûts plus prohibitifs.

    Les plus récentes dans Auto
  • Chaud sur glace
    Les voitures peuvent «gruger» la surface glacée de près de 20 centimètres au terme d'une journée de course. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

    Les voitures peuvent «gruger» la surface glacée de près de 20 centimètres au terme d'une journée de course.

    Les plus récentes dans Auto
  • Chaud sur glace
    La conjointe de Patrice Dumouchel, Myriam Lachance, a remporté l'an dernier la course pour femmes organisée en fin de saison. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

    La conjointe de Patrice Dumouchel, Myriam Lachance, a remporté l'an dernier la course pour femmes organisée en fin de saison.

    Les plus récentes dans Auto
  • Chaud sur glace
    À Beauharnois, le circuit est aménagé directement sur le lac Saint-Louis. Participants et spectateurs se rendent en voiture jusqu'aux abords du circuit. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

    À Beauharnois, le circuit est aménagé directement sur le lac Saint-Louis. Participants et spectateurs se rendent en voiture jusqu'aux abords du circuit.

    Les plus récentes dans Auto
  • Chaud sur glace
    C'est sur la vaste étendue glacée du lac Saint-Louis que se déroulent les courses à Beauharnois. Plusieurs pilotes en profitent aussi pour aménager des cabanes à pêche non loin du circuit. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

    C'est sur la vaste étendue glacée du lac Saint-Louis que se déroulent les courses à Beauharnois. Plusieurs pilotes en profitent aussi pour aménager des cabanes à pêche non loin du circuit.

    Les plus récentes dans Auto
  • Chaud sur glace
    Certains pilotes préfèrent se concentrer sur la conduite et font ainsi appel à un copilote qui communique ce qui se déroule en piste. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

    Certains pilotes préfèrent se concentrer sur la conduite et font ainsi appel à un copilote qui communique ce qui se déroule en piste.

    Les plus récentes dans Auto
  • Chaud sur glace
    Une saison de course peut coûter à peine 2000 $. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

    Une saison de course peut coûter à peine 2000 $.

    Les plus récentes dans Auto
  • Chaud sur glace
    Les programmes de courses deviennent de plus en plus multidisciplinaires, regroupant dorénavant autos, motos et VTT. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

    Les programmes de courses deviennent de plus en plus multidisciplinaires, regroupant dorénavant autos, motos et VTT.

    Les plus récentes dans Auto
  • Chaud sur glace
    Les programmes de courses deviennent de plus en plus multidisciplinaires, regroupant dorénavant autos, motos et VTT. (Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position)

    Photo Bruno Dorais, magazine Pole-Position

    Les programmes de courses deviennent de plus en plus multidisciplinaires, regroupant dorénavant autos, motos et VTT.

    Les plus récentes dans Auto
image title
Fermer