article:4597409:article

Un tremplin pour l'auto à hydrogène

L'Agence spatiale européenne collabore avec l'équipementier  canado-autrichien MagnaSteyr pour améliorer un réservoir à hydrogène  fabriqué en 2006 pour une centaine de prototypes de BMW Hydrogen 7 à  l'hydrogène liquide.

Agrandir

L'Agence spatiale européenne collabore avec l'équipementier canado-autrichien MagnaSteyr pour améliorer un réservoir à hydrogène fabriqué en 2006 pour une centaine de prototypes de BMW Hydrogen 7 à l'hydrogène liquide.

Photo : AP

Publicité

Publicité

Denis Arcand | La Presse

Publié le 25 novembre 2012 | Mise à jour le 25 novembre 2012 à 08h26

Voici une bonne et une mauvaise nouvelle. D'abord, la bonne: les ingénieurs spatiaux qui ont conçu le réservoir à hydrogène de la fusée européenne Ariane pensent avoir trouvé comment utiliser ce combustible capricieux pour faire rouler une voiture. La mauvaise: la technologie est aussi complexe que celle d'envoyer une fusée dans l'espace.

L'Agence spatiale européenne collabore avec l'équipementier canado-autrichien MagnaSteyr pour améliorer un réservoir à hydrogène fabriqué en 2006 pour une centaine de prototypes de BMW Hydrogen 7 à l'hydrogène liquide.

Les voitures ont roulé des millions de kilomètres, prouvant la viabilité de ce type de voiture, mais montrant aussi certaines lacunes.

Par exemple, l'hydrogène est une molécule vraiment petite et même les meilleurs joints d'étanchéité industriels laissent fuir ce gaz à une vitesse assez constante.

De plus, la canalisation menant du réservoir au moteur doit être exempte de coudes ou d'angles trop aigus, où l'hydrogène sous pression a tendance à chauffer dangereusement.

Maintenant, un programme de transfert technologique de l'Agence spatiale européenne va permettre aux meilleurs ingénieurs - ceux qui ont conçu le réservoir d'hydrogène de la fusée Ariane - de collaborer à l'amélioration des réservoirs automobiles pour ce gaz prometteur, mais décidément capricieux.

Pour plus d'information : http://www.esa.int/esaCP/SEMM8T52Q8H_Protecting_0.html

Publicité

***

Le chiffre du jour: 45 %

C'est la part de marché (voitures et VUS) atteinte par les constructeurs automobiles en Chine au mois d'octobre, dans la foulée de l'incident diplomatique qui a vu des milliers de Chinois manifester leur hostilité à la majorité des compagnies japonaises actives en Chine. En juillet, avant la flambée patriotique chinoise, la part de marché des constructeurs japonais était de 19,8 % et celle des Chinois, de 36,7 %. À la fin d'octobre, la part des constructeurs japonais avait chuté à 7,6 % et celle des Chinois avait grimpé à 45,1 %. Sur la même période, les parts de marché des constructeurs allemands, américains, coréens et français ont aussi augmenté, mais rien de comparable au boom chinois. Ces chiffres proviennent de l'Association des constructeurs automobiles de Chine et ils ne sont ni plus ni moins fiables que toutes les autres statistiques contrôlées par le gouvernement chinois.

Parts du marché automobile chinois (incluant les VUS)

juillet          août         septembre       octobre

Japon                       19,8 %        18,6 %       12,2 %            7,6 %

Chine                        36,7 %        36,4 %       42,7 %           45,1 %

Allemagne                20,4 %        20,8 %       19,3 %           21,6 %

États-Unis                11,8 %        12,3 %        12,8 %          12,5 %

Corée du Sud           8,7 %          9,1 %          9,7 %            9,7 %

France                      2,6 %          2,7 %          3,3 %            3,3 %

***

Une poussette BMW

Les bourgeois bohèmes roulent en «Béhème», c'est bien connu, et voici une occasion de leur faire prendre le pli quand ils sont encore en langes.

Une poussette BMW sera mise en vente l'an prochain par le fabricant de poussettes haut de gamme d'origine britannique Maclaren.

Ce Maclaren n'a rien à voir avec les voitures de course McLaren, mais il a quand même doté la poussette d'amortisseurs aux quatre roues.

Cette poussette pour bébés bobos mettra peut-être un peu d'accélération dans les ventes de Maclaren, qui a connu une faillite en Angleterre durant les années 90, un rachat par un investisseur iranien qui a transféré toute la production en Chine, puis une autre inscription au tribunal de la faillite américaine récemment.

C'est une drôle d'association pour BMW: Maclaren avait une réputation de haut de gamme, mais son image a perdu du lustre quand une série de poursuites en dommages ont été déposées aux États-Unis par les parents d'enfants qui s'étaient fait sectionner des doigts par une malfonction des charnières des poussettes pliantes.

Par ailleurs, il est instructif de comprendre comment le logo de BMW s'est retrouvé sur les enjoliveurs de roues et la boucle de ceinture d'une poussette de bébé.

C'est un agent en licence de Los Angeles, Global Icons, qui a imaginé ce mariage où la principale interaction entre BMW et Maclaren est la permission de reproduire le logo BMW en échange d'une somme ou d'un pourcentage des ventes non divulgués.

Le prix de la poussette BMW n'a pas été annoncé, mais sur le site internet de Maclaren, on en trouve d'aussi chères que 680 $.

Propulsé par FordComparer des véhicules »

1 Toyota Prius c 2012: Le Troisième élément

Toyota Prius c 2012: Le Troisième élément

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer