Plus sensibles à l'autonomie

La Chevrolet Bolt 2017 aura une autonomie de... (Photo : GM)

Agrandir

La Chevrolet Bolt 2017 aura une autonomie de 383 km. C'est assez pour faire Montréal-Québec sans recharge.Photo: GM

Photo : GM

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

Si le coût reste le principal frein à l'achat d'une voiture électrique pour encore une majorité de Québécois, l'autonomie est une contrainte prise en compte par un plus grand nombre de personnes aujourd'hui (48 %) qu'il y a cinq ans (37 %). Il y a deux explications possibles à cette attitude.

Les Québécois seraient-ils mieux informés qu'avant sur l'autonomie de ces voitures ? À la lecture des résultats du sondage, on est tenté de répondre oui. Et parce qu'ils sont mieux informés, ils ont plus conscience du frein que représente l'autonomie. « La voiture électrique reste intéressante dans l'absolu pour beaucoup. Mais si on pense un peu plus à cette voiture, on se heurte au problème de l'autonomie. [...] On est peut-être un peu plus réaliste par rapport à ce frein de l'autonomie », croit Céline Berre.

Culture de liberté versus temps de recharge

À cette explication soutenue par la vice-présidente de CROP, le spécialiste en politique énergétique Pierre-Olivier Pineau oppose le manque de liberté incarné par ces véhicules : « On est dans une culture de liberté, et la contrainte de la recharge et du manque d'autonomie est directement contraire à ce que les gens pensent acheter quand ils achètent un véhicule, à savoir la liberté. Là, le véhicule électrique est contraire à cette idée de liberté. Même si l'autonomie s'améliore, elle est de plus en plus perçue comme un frein. On a ce désir d'être autonome, libre et de pouvoir aller partout. »

Les pourcentages sur la fiabilité et la performance montrent que les Québécois perçoivent mal, encore aujourd'hui, les réelles capacités de ces voitures. « Il n'y a pas d'arguments à dire que les voitures électriques sont intrinsèquement non fiables. Je ne comprends pas cette perception », s'étonne avec justesse Yan Cimon, de l'Université Laval.

Résultats du sondage

4-Quels sont, selon vous, les principaux freins pour acheter une voiture électrique ?*

 

                                  2011  2016

LE COÛT                     61%   60%

L'AUTONOMIE           37%   48%

LA FIABILITÉ             19%   19%

LA PERFORMANCE    15%   17%

 

*Plusieurs réponses ont été données. Le temps de recharge et la disponibilité des bornes n'avaient pas été proposés ou mentionnés comme frein à l'achat en 2011, donc en 2016 non plus.

Partager

Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2017

Jeep - Cherokee 2017

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer