• Accueil > 
  • Auto > 
  • Auto écolo > 
  • L'électrification des transports: pas une priorité, dit le sénateur Paul J. Massicotte

L'électrification des transports: pas une priorité, dit le sénateur Paul J. Massicotte

Comme moyen de réduire de beaucoup les émissions... (Photo : CCN Matthews/Attractions Hippiques Québec inc)

Agrandir

Comme moyen de réduire de beaucoup les émissions de CO2 du Canada, la voiture électrique n'impressionne pas le sénateur Paul J. Massicotte.

Photo : CCN Matthews/Attractions Hippiques Québec inc

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

La lutte contre les changements climatiques ne passe pas par l'électrification des transports, du moins à court terme. C'est ce qu'a laissé entendre le sénateur äul. J. Massicotte, vice-président du Comité sénatorial permanent de l'énergie, de l'environnement et des ressources naturelles. Ce comité vient d'amorcer une étude sur la transition du Canada vers une économie à plus faibles émissions de carbone.

Solution à long terme

Le sénateur Massicotte soutient qu'il y a une psychologie derrière l'achat d'un véhicule, souvent reliée à une question d'égo et de prestige.

«Pas un choix intéressant» pour atteindre les objectifs... - image 3.0

Agrandir

«Pas un choix intéressant» pour atteindre les objectifs de réduction de gaz à effet de serre de 2030. Photo: AP

« Si on observe à grande échelle un impact similaire à celui qu'a actuellement Tesla, ça pourrait aller plus rapidement, affirme-t-il. Mais je ne crois pas que la voiture électrique soit un choix intéressant pour atteindre les objectifs de réduction de gaz à effet de serre fixés pour 2030 [30 % sous les niveaux de 1990, NDLR]. Je crois plutôt que les efforts actuels vont contribuer à atteindre les objectifs de 2050. En ce sens, la tendance actuelle est très favorable. »

Moteurs efficaces

« Si les véhicules électriques arrivent à atteindre un taux de pénétration de 5 %, ce qui est considérable, l'impact environnemental serait néanmoins minime», soutient le sénateur Massicotte.

Imposer la taxe sur le carbone à tout... - image 5.0

Agrandir

Imposer la taxe sur le carbone à tout le pays? Photo: AFP

«Ce qui est important, c'est la quantité de gaz carbonique qui sort du tuyau d'échappement. Il faut motiver ou forcer les constructeurs automobiles à être plus efficaces, on atteindra plus rapidement les objectifs de réduction d'émissions polluantes. »

Paul J. Massicotte est aussi d'avis qu'il faudrait imposer la taxe sur le carbone à l'ensemble du pays.

La filière de l'hydrogène

Toyota a récemment mandaté une équipe de lobbyistes pour sensibiliser le gouvernement québécois aux bienfaits de l'hydrogène comme source d'énergie verte.

Des lobbyistes de Toyota s'activent à Québec. Photo:... - image 7.0

Agrandir

Des lobbyistes de Toyota s'activent à Québec. Photo: AP

Le constructeur japonais a, semble-t-il, déjà convaincu Paul J. Massicotte, qui, soit dit en passant, est coprésident de l'Association interparlementaire Canada-Japon.

« On peut produire de l'hydrogène avec de l'énergie verte et on est en mesure de l'entreposer, contrairement à l'électricité, soutient le sénateur libéral. Selon Toyota, les véhicules les plus légers pourraient ainsi fonctionner à l'électricité, mais les poids lourds, camionnettes et VUS auraient avantage à être propulsés par l'hydrogène. »

Gaz naturel

Produire de l'hydrogène par électrolyse est propre, mais ce serait trois fois plus coûteux qu'en fractionnant du gaz naturel.

Produire de l'hydrogène par électrolyse serait trois fois... - image 9.0

Agrandir

Produire de l'hydrogène par électrolyse serait trois fois plus coûteux qu'en fractionnant du gaz naturel. Photo: PC

Une solution que ne rejette pas le sénateur Massicotte : « Le gaz naturel est un tiers moins polluant que le diesel, fait-il remarquer. Ce pourrait être une solution à moyen terme, une avenue temporaire pour quelques décennies seulement.

Aussi, des poids lourds fonctionnent déjà au gaz naturel, il pourrait y en avoir plus.

Ce serait bien de trouver une formule où l'on ferait appel à l'hydrogène et au gaz naturel. Il faudrait déterminer où leur utilisation est la plus pertinente. »

Coup de pouce d'Ottawa

Le sénateur Massicotte est d'avis que le gouvernement fédéral pourrait investir davantage pour faciliter l'utilisation de l'hydrogène comme carburant.

Ottawa pourrait investir pour aider la filière hydrogène,... - image 11.0

Agrandir

Ottawa pourrait investir pour aider la filière hydrogène, comme c'est le cas ailleurs. Photo: AFP

« Le défi majeur, c'est le manque d'infrastructures, a-t-il indiqué.

C'est, selon moi, un rôle naturel pour le gouvernement d'investir dans les infrastructures du pays. Je pense que le fédéral doit s'impliquer dans le développement des énergies vertes, et je ne suis pas convaincu que le montant actuel est adéquat. »

Rapport

Le rapport du Comité sénatorial permanent de l'énergie, de l'environnement et des ressources naturelles doit être remis en septembre 2017.

Le Sénat s'intéresse aux gaz. Photo: PC... - image 13.0

Agrandir

Le Sénat s'intéresse aux gaz. Photo: PC

Le comité aura entre-temps cherché à déterminer comment les différents secteurs industriels peuvent contribuer à la transition vers une économie à faibles émissions de carbone.

« Le ministre doit étudier notre rapport, a soutenu Paul J. Massicotte. Il ne suit pas toujours nos recommandations, mais bien souvent il peut s'en inspirer. »

Partager

Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2016

Jeep - Cherokee 2016

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer