• Accueil > 
  • Auto > 
  • Auto écolo > 
  • Le « dieselgate » s'éternise, mais le diesel n'a pas dit son dernier mot

Le « dieselgate » s'éternise, mais le diesel n'a pas dit son dernier mot

Des moteurs diesels truqués ont permis à Volkswagen... (PHOTO PATRICK PLEUL, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Des moteurs diesels truqués ont permis à Volkswagen de déjouer les tests d'émissions polluantes du gouvernement américain, jusqu'à ce que le scandale éclate, en septembre 2015.

PHOTO PATRICK PLEUL, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

Alain McKenna
La Presse

Deux ans plus tard, on entend encore parler du « dieselgate », l'affaire des moteurs truqués qui a forcé Volkswagen à se retirer de ce marché. Flairant la bonne affaire, d'autres constructeurs ont décidé de lancer leurs propres véhicules à moteur diesel. Un pari risqué à l'heure où cette technologie n'a jamais eu aussi mauvaise réputation, malgré des progrès colossaux pour la rendre plus efficace. Qui va en sortir gagnant ?

Pas en voie de disparition... pour le moment.... - image 1.0

Agrandir

Pas en voie de disparition... pour le moment. Photo: Reuters

Sur les talons du scandale des moteurs diesels truqués ayant permis à Volkswagen de déjouer les tests d'émissions polluantes du gouvernement américain, en 2015, l'Environmental Protection Agency (EPA) a resserré ses mesures. Et encore aujourd'hui, même si la demande semble à peu près inchangée, les marques vendant des véhicules diesels sont touchées, n'ayant pu ajouter un seul modèle diesel à leur catalogue en ce début 2017.

Demande inchangée malgré le scandale

Les constructeurs canadiens ne publient pas les chiffres de ventes exacts en fonction de la motorisation.

Le X5 xDrive35d, toujours offert en version diesel.... - image 3.0

Agrandir

Le X5 xDrive35d, toujours offert en version diesel. Ça ne date pas d'hier : le X5 diesel ci-haut est un 2009. Photo: BMW

Mais comme aux États-Unis, on peut imaginer que c'est l'hécatombe : alors qu'il s'était vendu 4500 véhicules à moteur diesel chez l'Oncle Sam en janvier 2016, un an plus tard, ce total a chuté à... 222.

Dans un marché de 7 millions de véhicules vendus par an, c'est une valeur absolument négligeable.

Qu'est-ce qui motive tous ces constructeurs, hormis le groupe Volkswagen, à se relancer dans l'aventure, alors ? La réponse est étonnante :

«La demande (de véhicules diesel) est demeurée à peu près inchangée.»

Marc Belcourt
Directeur des communications chez BMW Canada

Au début de 2017, la marque bavaroise a été la première à se sortir indemne des tests de l'EPA. Sa berline de Série 3 ainsi que le gros VUS X5 sont donc à nouveau offerts en version à moteur diesel.

Et les ventes ont repris le rythme d'avant le scandale Volkswagen, dit M. Belcourt. Il ajoute que certains acheteurs, déçus de ne pas pouvoir se procurer un des fameux modèles TDI d'Audi, ou même un diesel BlueTec signé Mercedes-Benz, migrent chez BMW. 

Ce mouvement de la clientèle pourrait faire une différence, à plus long terme : de 2009 à 2015, il s'est vendu tout près 20 000 véhicules TDI par an, au Canada. Environ le quart des Golf et des Jetta vendues par Volkswagen Canada étaient d'ailleurs à moteur diesel.

Un choix pro-pétrole étonnant mais logique

Outre BMW, Chevrolet et Mazda comptent aussi combler le vide laissé par Volkswagen.

Chevrolet Cruze diesel 2017. Photo: GM... - image 7.0

Agrandir

Chevrolet Cruze diesel 2017. Photo: GM

La marque américaine mettra en marché avant la fin de l'été une berline compacte, la Cruze Diesel, dont la consommation sur l'autoroute sera particulièrement faible.

Son rival japonais opte plutôt pour une version diesel du CX-5, un petit VUS fort apprécié des automobilistes québécois.

À l'ère de l'électrification des voitures, ces nouveautés étonnent les observateurs.

«Le diesel est un choix pro-pétrole. Ça étonne, surtout chez Chevrolet, où la Bolt tout électrique a été nommée Voiture de l'année, et où la Volt [hybride branchable] fait aussi très bien.»

Luc Arbour
Vice-président service-conseil chez Bleublancrouge

L'expert en marketing automobile ajoute : « C'est probablement une question de coût. La technologie diesel n'exige pas la même prime que la technologie électrique, par rapport à un véhicule à essence. »

Le nouveau moteur diesel 2,2 litres du Mazda... - image 10.0

Agrandir

Le nouveau moteur diesel 2,2 litres du Mazda CX-5. (Photo : Mazda)

Ça permet de vendre un modèle moins énergivore (les moteurs diesels consomment entre 20 et 30 % moins de carburant qu'un moteur à essence comparable), à un prix de détail moins élevé que celui d'une hybride.

Quant à Mazda, ça fait des années que ses ingénieurs vantent les mérites de leur technologie Skyactiv-D. Le CX-5 est la finalité d'un long processus de développement qui n'aurait pas pu être interrompu si près du but. « J'ai de la misère à imaginer leur stratégie à long terme », conclut M. Arbour, qui croit que Mazda devra tôt ou tard lorgner du côté de la technologie électrique d'un concurrent afin d'équiper ses véhicules.

Entre-temps, et comme c'est le cas depuis une vingtaine d'années, le diesel continue de se tailler une place entre les véhicules à essence et les hybrides...




Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2016

Jeep - Cherokee 2016

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer