article:4470834:article

La conduite hivernale

Dès que l'on soupçonne que la chaussée présente un risque, que ce soit à  cause de la neige ou de la glace, la règle d'or est d'y aller doucement  avec l'accélérateur.

Agrandir

Dès que l'on soupçonne que la chaussée présente un risque, que ce soit à cause de la neige ou de la glace, la règle d'or est d'y aller doucement avec l'accélérateur.

Photo: Rémi Lemée, Archives La Presse

Publicité

Publicité

| La Presse

Publié le 23 novembre 2011 | Mise à jour le 25 novembre 2011 à 11h41

Voici revenu le temps de l'année où les conditions routières sont plus variées et plus changeantes. Même les conducteurs expérimentés doivent retrouver leurs habitudes de conduite hivernale. Quant aux néophytes et à ceux qui ne comptent que quelques hivers derrière le volant, il est temps pour eux de développer ou de peaufiner certains réflexes utiles quand les routes se couvrent de neige ou de glace.

Les yeux, les vrais conducteurs

Au volant d'un véhicule, il y a un principe important que le conducteur doit garder en mémoire: le véhicule se dirigera dans la direction où les yeux du conducteur regardent. Tout conducteur qui se donne la peine de regarder loin et dans la direction où il veut diriger sa voiture, surtout avant et dans une courbe, sera agréablement surpris de constater l'aisance et la stabilité avec lesquelles sa voiture demeure sur la trajectoire choisie.

De plus, pour toujours être alerte au volant, il faut être reposé et ne pas s'imposer plus de deux heures de conduite consécutives.

Miser sur la prévention

Éviter les manoeuvres brusques et adapter sa vitesse ainsi que sa distance par rapport au véhicule devant le sien et en tenant compte des conditions climatiques sont des règles de base. Mais il faut également se méfier de conditions particulières.

Une chaussée peut paraître sèche alors qu'elle est couverte de glace noire. Ce type de glace, invisible sur la chaussée, se forme habituellement quand la température se maintient près de 0 °C. Les ponts ainsi que le dessus et le dessous des viaducs constituent des endroits où l'automobiliste inattentif risque de faire face à ces sournoises plaques de glace.

Publicité

Lorsqu'on quitte la ville pour la campagne, l'état de la route peut passer subitement d'une chaussée sèche à une chaussée enneigée ou glacée. Le conducteur prudent diminuera donc la vitesse afin d'éviter les surprises causées par un changement radical de l'adhérence des pneus.

Pied léger et douceur

Dès que l'on soupçonne que la chaussée présente un risque, que ce soit à cause de la neige ou de la glace, la règle d'or est d'y aller doucement avec l'accélérateur. Respecter cette consigne permet aux pneus de mieux adhérer à la chaussée. De même, c'est en douceur qu'il faut manier le volant pour conserver le contrôle du véhicule.

Vitres dégagées

Pour obtenir une bonne visibilité dans toutes les directions, il faut que toutes les vitres et les miroirs extérieurs soient dégagées de neige, de glace ou de saleté. De plus, rappelons que la neige n'a pas sa place sur le toit ainsi que sur le coffre du véhicule.

S'entraîner

Enfin, si vous manquez d'assurance, peut-être devriez-vous vous exercer, par exemple sur un vaste stationnement désert. Quelques virages, freinages ou dérapages, effectués sans crainte de conséquences désagréables, ça ne peut pas nuire.

Propulsé par FordComparer des véhicules »

1 Ford - Escape 2012: Rideau

Ford - Escape 2012: Rideau

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer