article:4503725:article

Passionnée de voitures

Véronique Blain fait chaque année son pèlerinage au salon de l'auto.

Agrandir

Véronique Blain fait chaque année son pèlerinage au salon de l'auto.

Photo Robert Skinner, La Presse

Publicité

Publicité

Isabelle Ducas | La Presse

Publié le 8 mars 2012 | Mise à jour le 22 mars 2012 à 16h31

Véronique Blain a eu 13 voitures depuis qu'elle possède son permis de conduire. Des petites, des grosses, des voitures sport, des VUS, des berlines, des familiales, et de toutes les marques: Honda, Chevrolet, Mazda, Volvo, Jeep, Acura... Et comme elle n'est qu'au début de la quarantaine, cette notaire de Mont-Saint-Hilaire a encore le temps d'en essayer plusieurs d'ici à la fin de sa carrière de conductrice. Et elle ne s'en privera certainement pas. «À l'adolescence, mon frère François-Pierre m'a transmis sa passion pour les voitures et je suis accro depuis ce temps», dit celle qui a un guide de l'auto comme livre de chevet.

Cette fanatique du volant parle avec le même enthousiasme de sa première voiture, une Honda Civic 1982 donnée par son frère et dont elle faisait elle-même les changements d'huile, et de ses véhicules actuels, un VUS Touareg TDI de Volkswagen et un cabriolet BMW 128i. Même si elle s'informe longuement sur un modèle avant un achat, Véronique Blain reconnaît que ses décisions ne sont pas toujours rationnelles. La plupart de ses autos étaient des coups de coeur.

Que recherche-t-elle dans une voiture? Du style, de la puissance et du confort. Et, depuis peu, une faible consommation d'essence, ce qu'elle a trouvé avec le moteur turbodiesel de son VUS, qu'elle a aussi doté de tous les équipements qu'elle juge «incontournables»: DVD avec écran intégré dans les appuie-tête, toit ouvrant vitré panoramique, GPS intégré et chaîne audio haut de gamme. Son seul regret: ne pas avoir une troisième rangée de sièges.

Comme elle est une spécialiste dans le domaine, Véronique Blain n'a jamais été intimidée de magasiner elle-même ses véhicules. «C'est toujours drôle de voir les vendeurs changer d'attitude quand ils se rendent compte que je connais ça et qu'on peut parler des vraies affaires», raconte-t-elle. Elle conseille souvent des amies qui magasinent une voiture, mais elle trouve les femmes timides lorsque vient le temps de négocier.

Publicité

Passionnée de voitures sport dans sa jeunesse, elle s'est un peu assagie depuis la naissance de ses deux enfants. «Mais la seule sorte de voiture que je n'aurai jamais, c'est une fourgonnette!», lance-t-elle.

Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2016

Jeep - Cherokee 2016

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Commentaires (3)
  • «Mais la seule sorte de voiture que je n'aurai jamais, c'est une fourgonnette!»
    n
    nEh oui, j'ai dit ça souvent... Mais une fois assis dans un Dodge Grand Caravan récent, on est forcé d'avouer qu'on ne se sent pas comme dans un Éconoline 1982 :)
    n
    nDonc une voiture pratique la semaine pour le travail, et une voiture un peu plus sportive les jolis week-ends d'été (Inutile de vous dire laquelle!).
  • Moi aussi je suis passionné de voiture, mais j'ai trouvé l'amour il y a 11 ans et je suis toujours avec elle, 2000 Toyota Celica GT-S. 11 ans et 246000 km et toujours en amour avec cette extraordinaire voiture et je compte la garder jusqu'à sa belle mort.
  • Eh qu'on s'entendrait bien! On a toutes les deux un Touareg et on tient les fourgonnettes en horreur! Est-ce que j'ai mentionné avoir déjà habité St-Hilaire? Sans blague!

Recherche

la boite:1602537:box

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer