GP d'Australie: Rosberg démarre en beauté, Alonso survit à un violent accident

Nico Rosberg (au centre) a remporté le Grand... (PHOTO THEO KARANIKOS, ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Nico Rosberg (au centre) a remporté le Grand Prix d'Australie devant Lewis Hamilton (à gauche) et Sebastian Vettel (à droite).

PHOTO THEO KARANIKOS, ASSOCIATED PRESS

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

Chris Lines
Associated Press
Melbourne

Nico Rosberg a devancé son coéquipier chez Mercedes Lewis Hamilton en lever de rideau de la saison de Formule 1 au Grand Prix d'Australie, dimanche, après avoir adopté une meilleure stratégie quant à l'utilisation des pneus afin de surprendre le pilote Ferrari Sebastian Vettel.

Fernando Alonso regarde sa McLaren détruite après un... (Photo Theo Karanikos, Associated Press) - image 1.0

Agrandir

Fernando Alonso regarde sa McLaren détruite après un accrochage avec Esteban Gutiérrez.

Photo Theo Karanikos, Associated Press

Hamilton s'est dit satisfait de sa deuxième place après avoir rapidement dégringolé en septième position en raison d'un mauvais départ. Il s'est glissé sagement derrière Rosberg à l'entrée du premier virage, après que Vettel se soit littéralement faufilé entre les bolides Mercedes en connaissant un départ-canon.

« J'ai fait de mon mieux après un mauvais départ - j'ai vraiment limité les dégâts », a dit le double champion du monde en titre.

La course a été marquée par un spectaculaire accident qui a entraîné l'interruption de la course. Les drapeaux rouges ont été agités après un accrochage à très haute vitesse entre la McLaren de Fernando Alonso et la Haas d'Esteban Gutierrez, au tiers de l'épreuve.

« Je volais, donc j'ai vu le ciel, puis le sol, puis le ciel encore, et de nouveau le sol », a expliqué Alonso.

« Tu veux que ça arrête, mais c'est impossible. Ça continue, et ça continue, et ça continue encore. C'était assez épeurant, mais au dernier instant la voiture s'est arrêtée et j'ai eu assez d'espace pour m'extirper du cockpit. Je me suis dit: ''Je dois sortir rapidement parce que ma mère regarde la course à la maison.'' » Après que le tout soit rentré dans l'ordre, les voitures Mercedes ont pu rallier l'arrivée sur des pneus durs, alors que Vettel a été contraint de rentrer aux puits afin de procéder à un changement de gommes.

« C'est le départ rêvé, a dit Rosberg. La stratégie a été essentielle aujourd'hui. Tout s'est joué sur le choix de pneus après le drapeau rouge. J'étais très heureux de constater que Ferrari avait adopté les [gommes] super-tendres, alors que je pouvais continuer sur les intermédiaires. »

Publicité

Pour sa part, Vettel a tranché et pris la décision d'adopter les pneus tendres à la relance.

« En y repensant, nous aurions peut-être pu prendre une autre décision, mais je ne veux blâmer personne », a résumé l'Allemand.

Le favori local, Daniel Ricciardo, sur Red Bull, a abouti au pied du podium. Il a ainsi échoué dans sa tentative de devenir le premier Australien à grimper sur le podium de l'épreuve présentée chez lui.

Felipe Massa, sur Williams, a suivi en cinquième place, tandis que Romain Grosjean a offert les premiers points de l'histoire de l'écurie américaine Haas en terminant sixième. Grosjean, visiblement ému, a lancé sur les ondes de la radio d'équipe que « c'est une victoire, c'est incroyable ».

L'accident entre Alonso et Gutierrez s'est produit après que la McLaren de l'Espagnol ait heurté de plein fouet l'arrière du bolide du Mexicain, qui a freiné subitement à l'entrée du virage no 3. La McLaren a frappé le muret de ciment avant d'effectuer deux tonneaux dans le bac à sable.

La voiture s'est complètement désintégrée, mais Alonso est parvenu à s'extirper du cockpit par lui-même, et même s'il paraissait passablement ébranlé, il a serré la main à Gutierrez. Le Mexicain venait de quitter son bolide à toute vitesse afin de s'assurer qu'Alonso allait bien. La course a repris 22 minutes plus tard.

Nico Hulkenberg (Force India) a terminé septième, devant Valtteri Bottas (Williams). Les pilotes Toro Rosso, Carlos Sainz fils et Max Verstappen, ont complété dans l'ordre le top 10.

«« Tu veux que ça arrête, mais c'est impossible. Ça continue, et ça continue, et ça continue encore. C'était assez épeurant, mais au dernier instant la voiture s'est arrêtée et j'ai eu assez d'espace pour m'extirper du cockpit. Je me suis dit: ''Je dois sortir rapidement parce que ma mère regarde la course à la maison.'' » Après que le tout soit rentré dans l'ordre, les voitures Mercedes ont pu rallier l'arrivée sur des pneus durs, alors que Vettel a été contraint de rentrer aux puits afin de procéder à un changement de gommes.

« C'est le départ rêvé, a dit Rosberg. La stratégie a été essentielle aujourd'hui. Tout s'est joué sur le choix de pneus après le drapeau rouge. J'étais très heureux de constater que Ferrari avait adopté les [gommes] super-tendres, alors que je pouvais continuer sur les intermédiaires. »

Pour sa part, Vettel a tranché et pris la décision d'adopter les pneus tendres à la relance.

« En y repensant, nous aurions peut-être pu prendre une autre décision, mais je ne veux blâmer personne », a résumé l'Allemand.

Le favori local, Daniel Ricciardo, sur Red Bull, a abouti au pied du podium. Il a ainsi échoué dans sa tentative de devenir le premier Australien à grimper sur le podium de l'épreuve présentée chez lui.

Felipe Massa, sur Williams, a suivi en cinquième place, tandis que Romain Grosjean a offert les premiers points de l'histoire de l'écurie américaine Haas en terminant sixième. Grosjean, visiblement ému, a lancé sur les ondes de la radio d'équipe que « c'est une victoire, c'est incroyable ».

L'accident entre Alonso et Gutierrez s'est produit après que la McLaren de l'Espagnol ait heurté de plein fouet l'arrière du bolide du Mexicain, qui a freiné subitement à l'entrée du virage no 3. La McLaren a frappé le muret de ciment avant d'effectuer deux tonneaux dans le bac à sable.

La voiture s'est complètement désintégrée, mais Alonso est parvenu à s'extirper du cockpit par lui-même, et même s'il paraissait passablement ébranlé, il a serré la main à Gutierrez. Le Mexicain venait de quitter son bolide à toute vitesse afin de s'assurer qu'Alonso allait bien. La course a repris 22 minutes plus tard.

Nico Hulkenberg (Force India) a terminé septième, devant Valtteri Bottas (Williams). Les pilotes Toro Rosso, Carlos Sainz fils et Max Verstappen, ont complété dans l'ordre le top 10.»

Sebastian Vettel
après avoir raté un dépassement et dérapé dans l'herbe

Désolé, les gars...

Classement

Reparti des stands en pneus super-tendres, plus performants, après la suspension due à l'accrochage d'Alonso, il a dû y repasser encore une fois avant l'arrivée, alors que Rosberg a continué et terminé sa course avec les mêmes pneus médiums, s'arrêtant donc une fois de moins que Vettel au total.

Vettel combattif... mais le podium habituel

«J'ai essayé. Le départ a été excellent, j'étais super content. Ça m'a rappelé la Hongrie l'an dernier [victoire de Vettel, NDLR] où je les ai dépassés au premier virage», a réagi Vettel. «C'est bien plus facile quand on est à l'avant, on peut contrôler le rythme. On peut dire que le drapeau rouge ne nous a pas aidés, mais nous avons eu notre chance. Ils ont décidé de finir la course avec les pneus médiums, nous avons adopté une stratégie plus agressive. Cela n'a pas fonctionné, tant pis.»

La 4e place, au pied du podium, a été prise par la Red Bull à moteur Renault, mais désormais siglé TAG Heuer, de l'Australien Daniel Ricciardo, le héros local, devant le Brésilien Felipe Massa (Williams). Un Ricciardo auteur d'une belle remontée depuis la 8e place sur la grille de départ.

Les deux jeunes loups se mordent

La course a aussi été animée par les deux jeunes pilotes de Toro Rosso, Carlos Sainz Jr et Max Verstappen, 18 ans.

Parti 5e sur la grille, ce dernier visait le podium quand il s'est arrêté au stand sans prévenir son équipe, ce qui l'a fait plonger au classement. Très énervé sur sa radio de bord, il a craqué en fin de course et même accroché son coéquipier, terminant malgré tout au 10e rang avec un point de consolation.

Les deux Renault (ex-Lotus) de Jolyon Palmer et Kevin Magnussen ont terminé aux portes des points, respectivement 11e et 12e de cette course fantastique, pleine de rebondissements et de manoeuvres osées, qui a ouvert en beauté la saison 2016 de F1.

Par ailleurs, au lendemain du fiasco du nouveau format de qualifications, les patrons d'écuries ont décidé à l'unanimité de revenir à l'ancienne formule -sans élimination directe toutes les 90 secondes- dès le prochain GP à Bahrein, le samedi 2 avril. Cette décision doit encore être validée formellement par le Groupe stratégique de la F1 et la Fédération internationale de l'automobile (FIA), ce qui ne fait aucun doute.

Partager

Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2016

Jeep - Cherokee 2016

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer