Le Woodward Dream Cruise

Le plus spectaculaire embouteillage du monde

  • Les superbes «custom» des années cinquante et soixante effectuaient un retour au «Dream Cruise». (Photo Éric Descarries, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Les superbes «custom» des années cinquante et soixante effectuaient un retour au «Dream Cruise».

    Photo Éric Descarries, collaboration spéciale

  • 1 / 10
  • Ce coupé Ford 1932 semble tout droit sorti du film American Graffiti. (Photo Éric Descarries, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Ce coupé Ford 1932 semble tout droit sorti du film American Graffiti.

    Photo Éric Descarries, collaboration spéciale

  • 2 / 10
  • Les amateurs de hot-rods reconnaîtront la classique Ford 1937. (Photo Éric Descarries, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Les amateurs de hot-rods reconnaîtront la classique Ford 1937.

    Photo Éric Descarries, collaboration spéciale

  • 3 / 10
  • Une Plymouth 1935 toute originale! (Photo Éric Descarries, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Une Plymouth 1935 toute originale!

    Photo Éric Descarries, collaboration spéciale

  • 4 / 10
  • Chérie, jai rétréci la Chevrolet 1955! (Photo Éric Descarries, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Chérie, jai rétréci la Chevrolet 1955!

    Photo Éric Descarries, collaboration spéciale

  • 5 / 10
  • Même les nouvelles Corvette 2014 étaient de la partie. (Photo Éric Descarries, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Même les nouvelles Corvette 2014 étaient de la partie.

    Photo Éric Descarries, collaboration spéciale

  • 6 / 10
  • Une «Street Formula», une auto de type formule avec moteur arrière, feux, phares et tout pour la rendre «légale»... mais l'est-elle vraiment? (Photo Éric Descarries, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Une «Street Formula», une auto de type formule avec moteur arrière, feux, phares et tout pour la rendre «légale»... mais l'est-elle vraiment?

    Photo Éric Descarries, collaboration spéciale

  • 7 / 10
  • On voit de tout au Dream Cruise, même une rare Messerschmitt des années cinquante. (Photo Éric Descarries, collaboration spéciale)

    Plein écran

    On voit de tout au Dream Cruise, même une rare Messerschmitt des années cinquante.

    Photo Éric Descarries, collaboration spéciale

  • 8 / 10
  •  ()

    Plein écran

  • 9 / 10
  •  (Photo Éric Descarries, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Photo Éric Descarries, collaboration spéciale

  • 10 / 10

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

Éric Descarries
La Presse

(Detroit) Que diriez-vous d'un embouteillage d'une quinzaine de kilomètres auquel vous seriez heureux de prendre part un samedi matin ? Fou, n'est-ce pas ? Pourtant, c'est ce qui arrive chaque année le troisième samedi du mois d'août sur l'avenue Woodward dans la banlieue de Detroit. L'évènement s'appelle le Woodward Dream Cruise et il attire, bon an mal an, plus de 30 000 véhicules sur route ou garés et, selon ses organisateurs, plus de 1,3 million de spectateurs, des gens assis sur leur chaise de jardin, appareil-photo ou vidéo à la main et la boîte à pique-nique tout près. Ils regarderont défiler des dizaines de milliers de voitures modifiées, hot-rod, custom, street machine, muscle cars, des voitures anciennes ou classiques, des voitures exotiques, voire des prototypes et des nouveautés des grands constructeurs qui ont pignon sur rue dans la région, ces derniers apportant leur effort à l'évènement.

Durant les années soixante, l'avenue Woodward, un large boulevard à quatre voies par côté avec d'immenses terre-pleins qui relie le centre de la ville de Detroit à celui de Pontiac, était devenue une route de prédilection pour les propriétaires de muscle cars de l'époque, qui y voyaient une piste d'accélération idéale. Malgré les efforts répétés de la police, les courses (illégales, bien entendu) s'y répétaient et les amateurs de voitures modifiées s'y rassemblaient en grand nombre afin de ne rien manquer de l'action.

Comme on le sait, de nombreux évènements tragiques sont venus modifier la vie de Detroit et les balades du vendredi soir, les " cruise ", sont disparues même si plusieurs ateliers de course (speed shop) s'étaient installés sur la portion nord de ce boulevard. En 1994, Nelson House, un plombier de Ferndale, une de ces banlieues traversées par l'avenue Woodward, eut l'idée de raviver cette époque afin d'amasser des fonds pour l'équipe de soccer des jeunes du coin. Il croyait attirer une trentaine de milliers d'amateurs qui rêvaient de revivre de tels moments (comme ils avaient pu les voir dans le film American Graffiti). Il y en a eu plus de 250 000. Aujourd'hui, le Woodward Dream Cruise exige des semaines de planification et des centaines de milliers de spectateurs s'installent dès le vendredi soir pour y voir un début de parade. La police coopère avec les organisateurs et tolère certains véhicules qui, autrement, n'auraient pas le droit d'être sur la route ou dont les échappements ont été " libérés ". Tout se déroule dans l'ordre et le calme (sans course, naturellement), le " Cruise " étant devenu un évènement familial par excellence, fort possiblement le plus grand rassemblement de spectateurs au monde, et ce, toutes catégories confondues ! Décidément, l'automobile règne toujours en maître à Detroit !

Partager

Propulsé par FordComparer des véhicules »

1 Toyota Prius c 2012: Le Troisième élément

Toyota Prius c 2012: Le Troisième élément

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer