article:4598890:article

Chevrolet Spark (2013-2014): avec ou sans fil

La Chevrolet Spark (2013-2014)

Agrandir

La Chevrolet Spark (2013-2014)

Photo fournie par GM

Publicité

Publicité

Éric Lefrançois | La Presse

Publié le 29 novembre 2012 | Mise à jour le 29 novembre 2012 à 08h38

San Francisco, Californie - Une citadine délibérément basique comme la Spark de Chevrolet n'a rien de particulièrement original. Et si l'on obstruait sa calandre pour asphyxier son moteur à essence et qu'on y installait à la place un groupe propulseur entièrement électrique? L'idée a du bon. GM l'a fait et la Spark ne s'en porte que mieux.

Nouvellement introduite au sein de la gamme Chevrolet, la Spark s'inscrit dans un créneau - les citadines - encore embryonnaire, même au Québec. En effet, au cours des six premiers mois de l'année, à peine 2000 voitures de cette catégorie ont été vendues dans la province. C'est peu. À titre d'exemple, sachez que la Civic (Honda) a trouvé 11 055 preneurs durant la même période.

Plusieurs facteurs expliquent le peu d'intérêt des consommateurs québécois à l'égard des microvoitures. Le plus déterminant est sans doute le prix demandé. On a en effet peine à concevoir que de si petites autos puissent coûter aussi cher que les «grosses». Quel bénéfice en retirons-nous? Aucun réellement, si ce n'est la facilité de les garer à peu près n'importe où. Aux yeux d'un certain nombre d'automobilistes, cela suffit.

Chaque passager à sa porte

Face aux Scion iQ, Smart ForTwo et Fiat 500, la Spark offre certains avantages, principalement son prix. Pour un peu moins de 12 000$, cette Chevrolet est plus accessible que ses rivales. Moins coquette qu'une Fiat 500, elle est assurément plus attrayante qu'une Smart ou une Scion.

Autre point qui milite en faveur de la Chevrolet: sa polyvalence. Contrairement à ses concurrentes toujours, la Spark compte quatre portes pour faciliter l'accès aux places arrière et un coffre dont le volume surclasse parfois largement celui offert par la concurrence. Cette dernière pourra toujours argumenter en rappelant que la Spark occupe plus d'espace que leur création respective. De fait, la Spark est plus longue que les autres de sa catégorie et repose sur un empattement qui l'est tout autant.

Conçue et réalisée par la filiale sud-coréenne de General Motors, la Spark joue la carte du minimalisme qui ne permet pas l'esbroufe. Visiblement inspiré de la Sonic (la sous-compacte de Chevrolet), le bloc d'instrumentation «style moto» égaye ici un habitacle placardé de plastiques durs et souvent sonores.

Publicité

À son catalogue, la Spark propose trois livrées (LS, 1 LT, 2 LT). L'équipement de série est relativement complet et comporte notamment des glaces et des rétroviseurs extérieurs à commande électrique, le système Onstar (avec abonnement gratuit pour six mois) et même un volant chauffant... En revanche, on ne retrouve ni lecteur de disques compacts (LS) ni lecteur MP3 ni climatiseur sur le modèle d'entrée de gamme. Attention, la facture peut grimper vite et vous vous demanderez sans doute pourquoi ne pas vous offrir à ce montant un modèle de catégorie supérieure.

Des conseils pour mieux économiser

Avec un diamètre de braquage aussi court, la Spark se gare aisément pour peu que l'on fasse abstraction de sa piètre visibilité arrière. Et pour ajouter à l'inconfort, la largeur des montants latéraux arrière ne concourt en rien à faciliter les changements de voies. Surtout considérant les faibles performances de cette auto. Les accélérations sont laborieuses et la Spark met tout près de 12 secondes pour atteindre les 100 km/h et les reprises sont à l'avenant.

Dotée d'une boîte automatique à quatre rapports (en option), la Spark crée pourtant l'illusion de rouler vite. Mais dès que le deuxième rapport s'enclenche, l'élan du moteur quatre cylindres de 1,2 litre est coupé. Dans les circonstances, la transmission manuelle apparaît comme un choix plus judicieux et pas seulement pour obtenir de meilleures performances. En effet, la boîte automatique exige non seulement un supplément de 1400$ à l'achat, mais aussi une dépense additionnelle d'une centaine de dollars par année en frais d'essence.

C'est ici que la version électrique promise par GM l'été prochain prend tout son sens. Dans cette version animée d'un moteur «propre» capable de développer l'équivalent de 138 chevaux et quelque 400 livres-pied de couple (oui, vous avez bien lu 400), la Spark produit, cette fois, des étincelles. Au moment de sa commercialisation, ce modèle trouvera sur sa route la Smart Electric, mais aussi la Mitsubishi i-Miev. Ces dernières seront incapables de suivre le rythme de la nouvelle venue. À titre de comparaison, la Mitsubishi met près de 15 secondes pour atteindre les 100 km/h comparativement à un peu moins de 8 secondes pour la Spark EV.

Plus lourde que le modèle à essence, la Spark EV apparaît néanmoins mieux équilibrée en raison d'une répartition idéale de ses masses (50: 50) et d'un centre de gravité moins élevé. L'électrification de cette plateforme rend cette citadine autrement plus amusante à conduire, sans pour autant la rendre plus confortable sur les revêtements en mauvais état. En revanche, elle se révèle plus stable sur voies rapides et dans les courbes.

Le courant passe, mais pour combien de temps?

Une annonce à Los Angeles

General Motors profitera de son passage cette semaine au salon automobile de Los Angeles pour annoncer l'autonomie de ce modèle et quelques autres détails, dont le temps de recharge sur une prise domestique (110 volts). Selon les informations recueillies dans le cadre de ce prélancement, les ingénieurs estiment la Spark EV sera en mesure de parcourir une distance équivalente à celle de la Nissan Leaf (160 km).

Le prix ne sera sans doute pas dévoilé ces prochains jours, mais GM promet qu'il sera concurrentiel. Rappelons que le coût d'une i-Miev est de 32 998$ et que la Smart ForTwo est offerte à 26 990$. À ces montants, il faut déduire la subvention accordée par le gouvernement du Québec qui peut atteindre 8000$.

ON AIME:

- Sa conduite en milieu urbain

- Ses performances (version électrique)

- Sa polyvalence par rapport aux autres citadines

ON AIME MOINS:

- Ses performances lymphatiques (version essence)

- Ses angles morts et sa visibilité arrière

- L'absence d'infrastructures pour la ravitailler (version électrique)

CE QU'IL FAUT RETENIR:

- Fourchette de prix : 11 845 $ à 26 000 $ (estimation)

- Frais de transport et préparation : 1650 $

- Versions essayées : essence et électrique

- Garantie de base : 3 ans/60 000 km

- Consommation obtenue lors de l'essai : 7,3 L/100 km

- Pour en savoir plus : www.chevrolet.ca

- Visible dans les concessions : maintenant (essence), été 2013 (élecrique)

- Moteur : L4 DACT 1,2 litre

- Puissance : 84 ch à 6400 tr/min

- Couple : 83 lb-pi à 4200 tr/min

- Poids : 1060 kg

- Rapport poids-puissance : 12,6 kg/ch

- Mode : traction

- Transmission de série : manuelle 5 rapports

- Transmission optionnelle : automatique 4 rapports

- Direction/Diamètre de braquage (m) : crémaillère/9,9

- Freins av-arr : disque/tambour

- Pneus (av-arr) : 185/55R15

- Capacité du réservoir essence recommandée : 35 litres/ordinaire

_______________

Les frais de transport et d'hébergement liés à ce reportage ont été partiellement assumés par General Motors.

Propulsé par FordComparer des véhicules »

1 Chevrolet - Impala 2014

Chevrolet - Impala 2014

1 Ford - Fusion 2012: L'apprentie sportive

Ford - Fusion 2012: L'apprentie sportive

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer