| Commenter Commentaires (3)

Hyundai Accent: la «grande» petite

  • La Hyundai Accent (Photo Émile LeFrançois, collaboration spéciale)

    Plein écran

    La Hyundai Accent

    Photo Émile LeFrançois, collaboration spéciale

  • 1 / 9
  •  (Photo fournie par Hyundai)

    Plein écran

    Photo fournie par Hyundai

  • 2 / 9
  •  (Photo Émile LeFrançois, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Photo Émile LeFrançois, collaboration spéciale

  • 3 / 9
  •  (Photo Émile LeFrançois, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Photo Émile LeFrançois, collaboration spéciale

  • 4 / 9
  •  (Photo Émile LeFrançois, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Photo Émile LeFrançois, collaboration spéciale

  • 5 / 9
  •  (Photo fournie par Hyundai)

    Plein écran

    Photo fournie par Hyundai

  • 6 / 9
  •  (Photo Émile LeFrançois, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Photo Émile LeFrançois, collaboration spéciale

  • 7 / 9
  •  (Photo fournie par Hyundai)

    Plein écran

    Photo fournie par Hyundai

  • 8 / 9
  •  (Photo Émile LeFrançois, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Photo Émile LeFrançois, collaboration spéciale

  • 9 / 9

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

Éric LeFrançois

collaboration spéciale

La Presse

Il faut se faire une raison, la Hyundai Accent n'est pas une petite voiture. En fait, il y a tout lieu de se demander si elle l'a déjà été. Ce modèle apparu pour la première fois en 1994 figure parmi les sous-compactes les plus spacieuses de la catégorie. Est-ce là l'unique raison de son succès?

Aujourd'hui, l'Accent doit se préparer à un autre défi: repousser les attaques d'une concurrence plus jeune alors qu'elle ne l'est plus tellement. Dans un premier temps, elle aura à affronter les Nissan Micra et Honda Fit. Ensuite, les futures Mazda 2 (dérivé du concept Hazumi) et Toyota Yaris.

Pour contrer ce tir (presque) groupé, de quelles munitions l'Accent dispose-t-elle? D'une garantie plus étendue, d'une fiabilité rassurante et de cotes extérieures et intérieures plus généreuses. Avec ces seuls critères, l'Accent se met se positionne pour répondre aux attentes du public qui demande davantage de volume habitable, moins pour l'utiliser que pour éprouver une sensation de bien-être.

Une grande compacte

Plus volumineuse qu'une sous-compacte traditionnelle (celle-ci fait par définition moins de quatre mètres de long), la carrosserie de cette Hyundai compte trois, quatre ou cinq portes. Sur le modèle à hayon, la troisième glace latérale allonge une silhouette que l'on connaît plus ramassée chez sa demi-soeur, la Kia Rio.

L'habillage intérieur se compose d'un large éventail de matériaux de qualité, agréables au toucher, quoique pas forcément très homogènes. Les lignes sont nettes et la disposition des commandes est d'une ergonomie presque sans faute. La visibilité est bonne vers l'avant, moins bien vers l'arrière en raison de l'étroitesse de la lunette et des appuie-tête qui surplombent la banquette.

Les sièges sont suffisamment moelleux pour entreprendre de longues balades et on retrouve suffisamment de rangement à bord, y compris pour les verres fumés. Son habitabilité est supérieure à bon nombre de rivales, notamment aux places arrière, auxquelles on accède sans devoir trop se contorsionner. La banquette, rabattable en deux sections (60/40) permet d'accroître la superficie du coffre, autrement bien généreux pour la catégorie.

La dotation de base (L) se contente du strict minimum. Impossible d'ajouter, même en option, un climatiseur, d'une colonne de direction télescopique, ou une télécommande à distance ou une boîte de vitesse automatique. Pour toutes ces raisons, auxquelles il faut ajouter une valeur résiduelle plus basse que les autres Accent, mieux vaut tourner le dos à cette version.

Des trois livrées au catalogue, la GL est celle qui en donne le plus pour son argent. Seul bémol, cette version - tout comme le modèle d'entrée, la L - chausse des pneumatiques de 14 po, dimension de plus en plus délaissée par l'industrie. Même si elle est campée sur des pneus de 16 po, qu'elle compte un rappel de ses clignotants dans la coque de ses rétroviseurs ou qu'elle permet de bénéficier d'un toit ouvrant, la GLS est trop chère.

Terrain de jeu élargi

Sous le capot, seul un moteur quatre cylindres de 1,6 L l'anime. Plutôt moderne et avant-gardiste dans un segment où la tendance est de couper au plus court. Cette motorisation compte en effet l'injection directe d'essence et un dispositif de calage variable des soupapes. Ce 1,6 L convient parfaitement à la conduite en ville. Une fois sur la route, il se traîne un peu et produit un vilain bruit de crécelle que l'étonnante insonorisation de l'Accent maîtrise parfaitement.

La faute incombe visiblement à la boîte automatique. En effet, au volant d'une Accent dotée d'une transmission manuelle, les temps d'accélération tombent littéralement. Selon nos mesures chronométrées, nous avons enregistré un écart de 1,43 seconde pour atteindre les 100 km/h à la suite d'un départ arrêté. Nous avons également une différence marginale, mais tout de même étonnante de la consommation (0,3 L/100 km), à l'avantage de la boîte manuelle toujours. Notre surprise s'explique. De nos jours, les transmissions automatiques sont généralement plus efficaces que celles à trois pédales. Voilà l'exception - elle n'est pas la seule - qui confirme la règle.

Sur route, les réactions sont saines, parfaitement neutres comme il se doit désormais, et le freinage suffisamment mordant pour rassurer son monde. La suspension plutôt souple réservera une bonne surprise, surtout aux automobilistes qui doivent braver l'exécrable réseau routier montréalais. Mais ce confort a un prix.

Sur le plan dynamique, cette souplesse des éléments suspenseurs entraîne de languissants mouvements de caisse. Gare à trop pousser, les béquilles électroniques sont chatouilleuses et se déclenchent rapidement - et bruyamment aussi - pour calmer le moindre soupçon de témérité. À cela, s'ajoute une direction inconsistante qui «flotte» un tantinet sur route, mais dont on appréciera la légèreté lorsqu'il s'agit d'effectuer une manoeuvre à basse vitesse. Cela dit, contrairement à un certain nombre de ses rivales, l'Accent ne rechigne pas les trajets autoroutiers et offre une stabilité rassurante, même par grands vents.

L'Accent n'a jamais voulu se laisser enfermer dans l'archétype réducteur de la petite voiture urbaine. Cette stratégie s'est jusqu'ici avérée très payante pour son constructeur qui, à l'aide de ce seul modèle, accapare 25% des ventes réalisées dans ce segment. Un pourcentage qui risque toutefois de s'étioler au cours de la prochaine année et demie face à la concurrence qui s'annonce.

_____________________________________________

Nous aimons

> Sa polyvalence

> Son volume utilitaire

> Son confort

Nous aimons moins

> Ses versions d'entrée de gamme. À éviter

> Son manque de dynamisme

> Ses aides à la conduite frileuse

_____________________________________________

Ce qu'il faut retenir

> Marque/Modèle : Hyundai Accent

> Fourchette de prix : 13 799 $ à 19 049 $

> Frais de transport et de préparation : 1550 $

> Garantie de base : 5 ans/100 000 km

> Consommation réelle : 7,2 L/100 km

> Visible dans les concessions : Maintenant

> Pour en savoir plus : www.hyundai.ca

> Moteur (essence) : L4 DACT 1,6 litre

> Puissance : 138 ch à 6300 tr/min

> Couple : 123 lb-pi à 4850 tr/min

> Poids : 1159 kg

> Rapport poids-puissance : 8,39 kg/ch

> Mode : Traction

> Transmission de série : Manuelle 6 rapports

> Transmission optionnelle : Semi-automatique 6 rapports

> Direction/Diamètre de braquage (m) : Crémaillère/10,3

> Freins av-arr : Disque/Disque

> Pneus (av-arr) : 195/50R16

> Capacité du réservoir/Essence recommandée : 48/Ordinaire

Partager

Comparer des véhicules »

1 Hyundai - Veloster 2015

Hyundai - Veloster 2015

1 Jeep - Cherokee 2016

Jeep - Cherokee 2016

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer