Infiniti Q70: la carte cachée?

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

Charles René
La Presse

Crevons l'abcès d'entrée de jeu : il s'est vendu en 2014 à peine 128 Infiniti Q70 sur le marché canadien. À titre comparatif, Audi a écoulé 114 exemplaires de sa R8, une supervoiture à moteur central qui exige une facture de départ de 134 800 $. Problème de visibilité, d'image ? La cause des ventes faméliques n'est pas si claire et s'explique par différents facteurs. Le constructeur croit toutefois toujours en son produit, comme en fait foi le rafraîchissement de cette année.

Son design

Pour l'année-modèle 2015, Infiniti a choisi de resculpter divers panneaux qui façonnent sa silhouette, un coup de plumeau nécessaire sur un design qui date tout de même de 2011 (le modèle était alors nommé M). À l'instar de la plupart de ses dernières créations, le constructeur a pondu l'un des plus beaux dessins du segment. L'influence du courant « streamline », appliqué au design industriel dans les années 30, est palpable, surtout sur les ailes avant, très lisses et en forme de goutte d'eau. Chose certaine, ce design vieillira bien.

À bord

Dans le segment des intermédiaires de luxe, la marge de manoeuvre est très faible. Il n'est donc pas étonnant d'ouvrir la porte sur un habitacle assemblé avec rigueur, avec des matériaux de qualité. Les appliqués de bois, du frêne japonais dont le grain est mis en valeur, ajoutent à l'impression de luxe. Les sièges sont confortables, mais manquent de réglages et possèdent une assise trop courte. Le volume intérieur est aussi un peu décevant pour une voiture d'un tel gabarit.

Sous le capot

En attendant le virage annoncé par Infiniti vers des moteurs plus petits et suralimentés, la Q70 se contente du V6 de 3,7 L utilisé depuis de nombreuses années par la marque. Il faut dorénavant regarder du côté de la nouvelle version allongée, la Q70L, pour avoir le V8. Avec ses 330 ch, ce six-cylindres est nerveux en haut des 4000 tr/min, au prix d'un son assez intrusif. À bas régime, son couple est en outre moins abondant que chez certaines concurrentes. La boîte automatique à sept rapports fait du bon boulot.

Derrière le volant

La Q70 constitue une belle surprise sur la route. On découvre rapidement une voiture au caractère aiguisé. Sa direction précise et directe communique mieux au conducteur les changements de revêtements que celle de sa petite soeur, la Q50. Cette dernière est évidemment plus agile en raison de son poids plus faible, mais la Q70 n'est pas pour autant dépourvue de qualités dynamiques. Le freinage est bien dosé, mais se raidit énormément lorsque l'antiblocage intervient. La monte pneumatique de 20 pouces n'est par ailleurs pas très bien adaptée aux conditions hivernales.

Les technologies embarquées

Si l'offre technologique dans son ensemble se compare avantageusement à la concurrence du point de vue de la sécurité (assistance au freinage, régulateur adaptatif, répartition du freinage électronique), c'est surtout le système d'infodivertissement qui est son talon d'Achille. Un peu confus et handicapé par des commandes pas très ergonomiques, il est en retrait comparativement au système qui équipe la Q50, pourtant moins chère. Comme Bose fournit le son en option, il est difficile de le prendre au dépourvu sur cet aspect.

Le verdict

La Q70 n'est probablement pas une première de classe, mais elle étale de nombreux arguments pertinents. Très fiable, comme le souligne l'enquête de Consumer Reports, la berline possède un excellent rouage intégral de série et est amusante. Qui plus est, elle se positionne dans les meilleures de sa catégorie du point de vue de la sécurité, selon l'IIHS. Bon, vous devrez faire une croix sur les amortisseurs adaptatifs et sur un moteur dernier cri, mais cette Q70 pourrait bien être une carte cachée à laquelle peu de personnes ont recours, bien malgré elle.

Observations

> Le design très fluide de cette Q70 lui permet d'avoir un coefficient de pénétration dans l'air (Cx) très bas (0,27), donc elle offre très peu de résistance à l'air.

> Pour favoriser le comportement sportif, la transmission de la Q70 synchronise le régime du moteur en rétrogradant, une dispositif qui évite les à-coups désagréables.

> Pour concurrencer Audi avec son système Quattro offert de série, Infiniti a choisi d'offrir sa Q70 uniquement avec une transmission intégrale au Canada.

> En option, Infiniti offre un système pouvant détecter l'arrivée d'une voiture venant d'en arrière de côté lors de la marche arrière. Il peut appliquer les freins s'il le faut, mais n'est pas très fonctionnel l'hiver en raison de la neige.

> Pour favoriser le comportement routier, Infiniti a placé le V6 de la Q70 derrière l'essieu avant (position centrale avant).

Fiche technique

Version à l'essaiQ70 3,7 L
Prix (avec options)62 400$
MoteurV6 DACT 3,7 L
Puissance330 ch à 7000 tr/min
Couple270 lb-pi à 5200 tr/min 
TransmissionAutomatique à 7 rapports avec mode manuel
Architecture motriceMoteur longitudinal avant, transmission intégrale
Consommation11,3 L/100 km (ÉnerGuide) 
Concurrentes Audi A6, Cadillac CTS, BMW Série 5, Jaguar XF, Lexus GS, Mercedes Classe E
Du nouveau en 2015?
Redessinée, transmission intégrale de série, moteur V8 disponible uniquement dans la nouvelle version allongée (Q70L). 
Pour en savoir pluswww.infiniti.ca 
Partager

Comparer des véhicules »

1 Infiniti - QX50 2015

Infiniti - QX50 2015

1 Jeep - Cherokee 2016

Jeep - Cherokee 2016

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer