Nissan - Altima 2012: Une ode à la souplesse

  • Nissan - Altima 2012: Une ode à la souplesse - Coupé 2 portes I4, boîte manuelle 2,5 S - Plan latéral avant (Evox)

    Plein écran

    Nissan - Altima 2012: Une ode à la souplesse - Coupé 2 portes I4, boîte manuelle 2,5 S - Plan latéral avant

    Evox

  • 1 / 10
  • Nissan - Altima 2012: Une ode à la souplesse - Coupé 2 portes I4, boîte manuelle 2,5 S - Avant (Evox)

    Plein écran

    Nissan - Altima 2012: Une ode à la souplesse - Coupé 2 portes I4, boîte manuelle 2,5 S - Avant

    Evox

  • 2 / 10
  • Nissan - Altima 2012: Une ode à la souplesse - Coupé 2 portes I4, boîte manuelle 2,5 S - Arrière (Evox)

    Plein écran

    Nissan - Altima 2012: Une ode à la souplesse - Coupé 2 portes I4, boîte manuelle 2,5 S - Arrière

    Evox

  • 3 / 10
  • Nissan - Altima 2012: Une ode à la souplesse - Coupé 2 portes I4, boîte manuelle 2,5 S - Plan latéral arrière (Evox)

    Plein écran

    Nissan - Altima 2012: Une ode à la souplesse - Coupé 2 portes I4, boîte manuelle 2,5 S - Plan latéral arrière

    Evox

  • 4 / 10
  • Nissan - Altima 2012: Une ode à la souplesse - Coupé 2 portes I4, boîte manuelle 2,5 S - Siège du conducteur (Evox)

    Plein écran

    Nissan - Altima 2012: Une ode à la souplesse - Coupé 2 portes I4, boîte manuelle 2,5 S - Siège du conducteur

    Evox

  • 5 / 10
  • Nissan - Altima 2012: Une ode à la souplesse - Coupé 2 portes I4, boîte manuelle 2,5 S - Tableau de bord (Evox)

    Plein écran

    Nissan - Altima 2012: Une ode à la souplesse - Coupé 2 portes I4, boîte manuelle 2,5 S - Tableau de bord

    Evox

  • 6 / 10
  • Nissan - Altima 2012: Une ode à la souplesse - Coupé 2 portes I4, boîte manuelle 2,5 S - Siège du passenger (Evox)

    Plein écran

    Nissan - Altima 2012: Une ode à la souplesse - Coupé 2 portes I4, boîte manuelle 2,5 S - Siège du passenger

    Evox

  • 7 / 10
  • Nissan - Altima 2012: Une ode à la souplesse - Coupé 2 portes I4, boîte manuelle 2,5 S - Habitacle (Evox)

    Plein écran

    Nissan - Altima 2012: Une ode à la souplesse - Coupé 2 portes I4, boîte manuelle 2,5 S - Habitacle

    Evox

  • 8 / 10
  • Nissan - Altima 2012: Une ode à la souplesse - Coupé 2 portes I4, boîte manuelle 2,5 S - Coffre (Evox)

    Plein écran

    Nissan - Altima 2012: Une ode à la souplesse - Coupé 2 portes I4, boîte manuelle 2,5 S - Coffre

    Evox

  • 9 / 10
  • Nissan - Altima 2012: Une ode à la souplesse - Coupé 2 portes I4, boîte manuelle 2,5 S - Moteur (Evox)

    Plein écran

    Nissan - Altima 2012: Une ode à la souplesse - Coupé 2 portes I4, boîte manuelle 2,5 S - Moteur

    Evox

  • 10 / 10

Fiches techniques

Prix : de 23998 $ à 35298 $

Assurances : n.d $

Coût d'entretien : n.d $

Points forts

  • Rouage moteur de base très efficace
  • Suspension souple et confortable
  • Bonne capacité de chargement

Points faibles

  • Avare de sensations mécaniques
  • Visibilité arrière réduite
  • Modèle de fin de carrière

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

Louis-Alain Richard

Grande berline spacieuse ou coupé stylisé, l'Altima entame sa sixième année sous cette forme sans grande nouveauté. Néanmoins, elle connaît une bonne diffusion grâce à sa conduite toute en souplesse et sa mécanique d'une grande douceur. A-t-elle encore tout ce qu'il faut pour titiller les nouvelles offres dans le segment?

Après une période difficile au milieu des années 1990, la berline intermédiaire de Nissan renaissait sous une forme davantage en adéquation avec le marché nord-américain en 2002. Elle a subi depuis une mise à jour en 2007. Désormais plus grande et plus spacieuse, mais moins sportive que la Maxima, elle cannibalisait les ventes de sa grande soeur (qui était la voiture phare de la marque à cette époque) en offrant plus d'espace pour moins cher. Celle-ci ne s'en est jamais remise, puisque son rôle est désormais beaucoup plus effacé au sein de la gamme Nissan. 

C'est que l'Altima offre de costauds moteurs (L4 de 2,5 litres ou V6 de 3,5 litres), une suspension très confortable, un intérieur tout en douceur et une finition correcte. De plus, la boite à variation continue de Nissan multiplie le couple comme pas une, ce qui rend la conduite urbaine très relaxante. Ce n'est pas pour rien qu'on en voit des centaines parmi les voitures taxi de Montréal. Par contre, ce rouage moteur est avare de sensations, sauf pour le moteur V6 qui déborde d'énergie au point de malmener le train avant lors des accélérations. Les performances sont là, c'est certain, mais l'effet «motoneige» de la boite CVT est très perceptible, car le moteur conserve un régime constant alors que la boite augmente la démultiplication au fil des accélérations. C'est assez déconcertant au début. Le pendant de ce comportement fort peu sportif est une consommation de carburant étonnamment basse, au point où la boite CVT fait mieux que la manuelle. Quant à la version à motorisation hybride, très peu diffusée, elle n'est plus au catalogue.

En souplesse

Avec son habitacle de grande dimension et sa malle arrière d'une profondeur caverneuse, il est tentant de charger la voiture à ras bord. Ce faisant, celle-ci se montre trop mollement suspendue, au point où il est facile de faire talonner la suspension arrière sur les bosses de nos artères urbaines. La conduite en général est du même ordre; il ne faut pas trop pousser, car la voiture déteste être malmenée. Il est préférable d'enrouler gentiment, en profitant du couple abondant, et d'aborder les virages avec modestie. La version SR à moteur V6 et suspension sport sera certainement moins capricieuse, mais elle ne semble pas retenir la faveur de beaucoup d'acheteurs. Sur la route, on note que la pédale de freinage est trop sensible, que la direction est précise avec juste assez d'assistance et que l'amortissement de la suspension est bien calibré en détente, un gage de rebonds minimes. C'est simplement que les ressorts arrière devraient être un peu plus longs, quitte à ce que le derrière soit encore un peu plus haut, ou que l'amortissement en compression soit un peu plus ferme, mais alors le confort en serait affecté.

À bord, l'intérieur est dans le coup avec sa radio à grand écran, ses surfaces souples et sa finition dans la bonne moyenne. On peut de plus retenir les services d'une caméra de recul pour aider les manoeuvres de stationnement, ce qui est bienvenu dans une voiture avec une malle aussi haute.

L'ergonomie est bonne, toutes les commandes sont aux endroits habituels, la visibilité est excellente (sauf vers l'arrière, car la position de conduite est assez basse) et le niveau d'équipement est somme toute satisfaisant. Finalement, le coffre offre un important volume de chargement, gracieuseté d'une ligne qui, si elle gêne la visibilité vers l'arrière, permet de créer un volume important.

Un mot sur le modèle coupé. Si les performances sont là, surtout en version V6, et qu'une boite manuelle est toujours au catalogue (la berline l'a perdue il y a quelques années), ce coupé est tout sauf sportif. Pensez plutôt à une Monte Carlo ou une Solara, et vous aurez une bonne idée de son style de conduite.

Un brin moins aseptisée que ses rivales américano-asiatiques (Camry et Accord), l'Altima offre un habitacle accueillant, de bonnes reprises et un confort de bon aloi. Elle représente toujours une excellente valeur dans la catégorie, mais la concurrence se fait menaçante. Les dernières offres de la part de Hyundai et Kia, avec leur moteur turbo, sont toutefois plus affûtées sur le plan des sensations. 


Propulsé par FordComparer des véhicules »

1

Nissan - Murano 2014

1 Ford - Escape 2012: Rideau

Ford - Escape 2012: Rideau

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer