| Commenter Commentaires (14)

Ram 1500: l'évolution se cache sous les tôles

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

Même si trois usines se chargent aujourd'hui de l'assembler, la camionnette Ram ne sera jamais en mesure de rivaliser en nombre avec ses concurrents de GM (Silverado/Sierra) et de Ford (F-150). À défaut de les vaincre au compte, il leur a donné jusqu'ici des leçons de créativité en matière de style et de fonctionnalité. Ses concepteurs en rajoutent une couche cette année avec des innovations technologiques qui insufflent une bouffée d'air frais à ce segment connu pour sa rusticité.

Il y a de nombreuses raisons d'apprécier cette camionnette: la benne (communément appelée «la boîte») accueillera sans problème les feuilles de gypse destinées à l'aménagement du sous-sol, ou le vaisselier de grand-mère. Sans oublier les amateurs de sport, de chasse et de voyage qui tirent aussi profit de sa polyvalence et de sa robustesse.

Les motifs pour la détester sont tout aussi multiples. À commencer par le processus d'achat. Vous pourriez aisément consacrer un hiver complet à éplucher la brochure publicitaire de ce véhicule.

Comme si ce n'était pas assez de devoir choisir la couleur et les garnitures intérieures, vous devrez également établir le type de cabine, la longueur de benne désirée, la capacité de remorquage, le rouage d'entraînement, et j'en passe. Donc, à moins de compter sur l'expertise d'un bon conseiller, l'achat d'un Ram se révèle, comme pour toutes les autres camionnettes, une expérience pour le moins étourdissante.

Bref, de deux choses l'une: ou bien vous prenez l'un des Ram que le concessionnaire a en stock ou vous vous accordez tout l'hiver pour réfléchir.

On s'en doute, le Ram, comme ses semblables, a horreur des labyrinthes urbains et a la réputation d'assécher son réservoir d'essence en un rien de temps. C'est sur ce dernier point que ses concepteurs ont consacré le plus de temps. La structure et certains panneaux de la carrosserie ont été allégés de plusieurs dizaines de kilos, tandis que la mécanique - elle aussi plus légère - porte maintenant le sceau de la nouveauté. Sans surprise, on retrouve dorénavant de série le V6 3,6 L (nom de code Pentastar) sous le capot auquel s'arrime une boîte semi-automatique à huit rapports. Conçue en collaboration avec l'équipementier ZF, cette transmission n'est pas la seule - avec le moteur, bien sûr - innovation qui se cache sous les tôles de cette camionnette.

On découvre également une calandre à volets automatiques qui permet - aussi bien sur le plan aérodynamique que thermique - d'améliorer la consommation de carburant. À ces astuces s'ajoutent des pneus à faible résistance de roulement ainsi qu'une assistance électrique plutôt qu'hydraulique de la direction.

Publicité

Ses concepteurs proposent aussi, en option toutefois, un dispositif de coupure à l'arrêt et un couvercle de benne pour ménager l'essence. Et ça marche plutôt bien. Et pour peu que l'on conduise le Ram gentiment, sa consommation n'est guère plus élevée qu'une berline intermédiaire grand format. À noter que cette camionnette sera à compter de 2014 offerte avec une mécanique turbodiesel d'une cylindrée de 3 L.

Cette camionnette se destine à ceux qui pratiquent activement des loisirs encombrants, voire envahissants. Sa benne accueille sans rouspéter vélos, planches à neige, matériel de pêche ou de chasse. On entasse joyeusement tout cela pour partir en expédition vers des lieux que l'on atteindra sans trop de mal pour peu que vous ayez pris soin de cocher l'option 4X4 au catalogue.

Le Ram va au-delà des standards de confort des engins strictement utilitaires, notamment dans le domaine de l'insonorisation. La suspension à large débattement, assez ferme en bout de course, s'avère assez douillette pour les trajets sur autoroute, pour peu que celle-ci soit bien pavée. Dans le cas contraire, ça secoue un peu, mais on s'en remet.

La bête, du reste, n'a pas besoin d'être bousculée. Son moteur est du genre pépère, mais il tracte sans trop de peine et se laisse gentiment mener avec sa très douce direction assistée et sa boîte de vitesses bien étagée, avec laquelle on conduit en souplesse.

Du volume

Inutile de sortir le ruban à mesurer, le Ram ne manque pas de dégagement intérieur. Beaucoup d'espace pour la tête (le port d'un Stetson est autorisé) et les jambes. On ne se sent pas à l'étroit, certes, mais baquets et banquette offrent un faible maintien.

Cela dit, l'histoire retient que le Ram a été la première camionnette à ouvrir toutes grandes ses portes à l'ergonomie. Cette science qui naguère effrayait certains acheteurs de ces camionnettes qui voyaient en elle une machination susceptible d'émasculer l'apparente robustesse de leur véhicule.

Le Ram nouveau poursuit dans la même veine et compte notamment un sélecteur rotatif pour engager les rapports de la boîte de vitesses. C'est bien joli - Jaguar, Land Rover -, mais sa manipulation agace sur le plan tactile. Cette commande aurait sans doute été plus séduisante si ses concepteurs avaient intégré une forme de cran d'arrêt ou de résistance plus forte si vous préférez entre chacun des rapports. Tout aussi discutable - et inefficace - est le montage de deux boutons au volant - celui-ci offre une sélection manuelle. Par chance, les autres commandes sont plus agréables et parfaitement accessibles.

La présentation d'ensemble ne manque pas de fraîcheur et de luminosité. La colonne de direction est réglable en hauteur pour vous permettre de trouver une position de conduite confortable. Ajoutons enfin l'accoudoir central à usages multiples, planté entre les sièges avant, aussi brillant qu'encombrant.

Extérieurement impressionnante, cette camionnette est beaucoup moins pataude en ville qu'on pourrait le redouter. Il faut toutefois se méfier du manque de visibilité arrière lorsqu'on effectue une manoeuvre, et prendre soin, en configuration deux roues motrices (propulsion), de manier ce Ram avec doigté sur une chaussée mouillée. Perché au-dessus du flot de la circulation, on se sent néanmoins en parfaite sécurité. Et l'on constate, un peu gêné, l'empressement avec lequel les autres automobilistes nous accordent la priorité...

Voilà un avantage supplémentaire à se la procurer, pour peu que vous ayez l'espace pour l'héberger. En d'autres mots, citadins, prière de vous abstenir.

Ce qu'il faut retenir

> Fourchette de prix : 19 995 $ à 42 595 $

> Coût de transport et préparation : 1595 $

> Prix du modèle à l'essai : 49 230 $

> Garantie de base : 3 ans/60 000 km

> Consommation obtenue lors de l'essai : 11,5 L/100 km

> Pour en savoir plus : www.ramtrucks.ca

> Principales concurrentes : Chevrolet Silverado, Ford F-150, Toyota Tundra

> Moteur : V6 DACT 3,6 litres

> Puissance : 305 ch à 6400 tr/min

> Couple : 269 lb-pi à 4175 tr/min

> Poids : 2407 kg

> Rapport poids-puissance : 7,89 kg/ch

> Mode : 4x4 (prise temporaire)

> Transmission (série) : Semi-automatique 8 rapports

> Transmission (optionnelle) : Aucune

> Direction/braquage : Crémaillère/13,8 mètres

> Freins (av-arr) : Disque/disque

> Pneus : 265/70R17

> Capacité/Carburant recommandé : 98 litres/Ordinaire

On aime

> La sophistication de ses composantes

> Le confort de roulement en général

> Les astuces et rangements

On aime moins

> Le sélecteur du levier de vitesses (voir texte)

> Les ruades sur mauvais revêtements

> La complexité du choix

Partager

Comparer des véhicules »

1

Ram - ProMaster City 2015

1 Jeep - Cherokee 2017

Jeep - Cherokee 2017

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer