article:4477014:article

BILLETVegas et ses secrets

L'Acura NSX de 1995.

Agrandir

L'Acura NSX de 1995.

Photo archives Acura

Publicité

Publicité

Éric Lefrançois | La Presse

Publié le 12 décembre 2011 | Mise à jour le 14 décembre 2011 à 09h33

«What happens in Vegas stays in Vegas.» Ah bon! Pour toujours? C'est la règle, mais celle-ci n'en est pas une sans exception, alors la voici: Acura a officiellement signifié le retour de la NSX dans cette ville du Nevada il y a quelques jours.

Voilà qui va mettre un terme aux mensonges cousus de fil blanc de ses dirigeants qui, au Salon de Tokyo, refusaient encore de confirmer la nouvelle de sa remise en service. L'annonce va aussi mettre fin aux spéculations entourant cette sportive biplace que tout le monde croit avoir vue sur l'internet avec l'acteur Robert Downey Jr. (alias Tony Stark) dans le cadre du tournage du film The Avengers qui prendra l'affiche en 2012.

Au risque de vous décevoir, la NSX que vous découvrirez le mois prochain au Salon automobile de Detroit a très peu en commun avec les photos qui circulent actuellement sur la toile. Même celles croquées par nos confrères allemands qui montrent un prototype vêtu d'un épais camouflage. Je le sais, parce que je l'ai vue sans fard, dans une salle - placée sous très haute surveillance - de l'hôtel Aria de Las Vegas.

Sur une petite scène de fortune, la NSX attend son heure. Et à voir ses lignes, elle ne manquera pas sa sortie. Elle est sublime. Les proportions sont demeurées sensiblement les mêmes, le moteur trône toujours en position centrale, mais les formes sont plus exacerbées. Plus biseautées aussi surtout dans sa partie arrière.

Publicité

Au premier coup d'oeil, impossible de ne pas voir en elle le métissage entre une Audi R8, une McLaren MP4-12C avec un zeste de Lamborghini Reventon. Ne s'agit-il que d'une étude, mais «très près de la version définitive» qui sera commercialisée? On n'en sait rien. Toujours aussi cachotière, cette marque affiliée à Honda se refuse à tout commentaire. Pas un mot non plus sur la cylindrée du moteur, des trains roulants ou de la boîte de vitesses. Cependant, le tatouage apposé sur la fesse droite de ce prototype en devenir donne quelques indications: SH-AWD. Le sigle est familier, mais sa couleur ne l'est pas: il est bleu. Donc, la future NSX sera dotée d'un rouage à quatre roues motrices par entraînement électrique plutôt que mécanique.

La tentation est grande d'écrire que la NSX sera motorisée par un groupe propulseur hybride. Cela apparaît plausible et conséquent avec la politique environnementale de Honda. Ce dernier a développé un tout nouveau moteur V6 3,5 litres à injection directe de quelque 300 chevaux. Selon les motoristes, ce moteur de type modulaire permet de faire varier la cylindrée de 3 à 4 litres, mais la puissance demeurerait cependant inférieure à celles des autres sportives d'exception actuellement sur le marché, d'où l'idée de la suralimenter à l'aide de l'énergie électrique. Nous en saurons davantage dans quelques semaines.

Pour quoi faire?

On peut logiquement se demander pourquoi Acura se lance de nouveau dans la production d'une exotique de ce genre. Tout simplement pour refaire son image, mais aussi pour marquer le coup d'envoi d'une vaste offensive produit. Dans la foulée de la NSX, Acura renouvellera ses actuelles RDX (elle abandonne son 4 cylindres turbo au profit d'un V6) et RL en plus d'inscrire un nouveau modèle d'entrée de gamme à son catalogue: la ILX. Cette dernière prendra le relais de la CSX, partie cette année sans laisser d'adresse. Cette ILX fera sa première sortie en territoire canadien à l'occasion du Salon de l'auto de Montréal en janvier et sera visible dans les salles d'exposition à partir du printemps. Trois déclinaisons de ce modèle seront alors proposées dont une à motorisation hybride. Quant au retour de l'Integra? Rappelez-vous: «What happens in Vegas stays in Vegas».

 

Les minounes

Ça y est: Québec s'en prend aux minounes. Doit-on en conclure que cette mesure touche également les propriétaires - dont j'en suis - de véhicules classiques (plus de 25 ans)? Si tel est le cas, le ministre de l'Environnement du Québec, Pierre Arcand, a trouvé là le meilleur moyen de dilapider le patrimoine automobile québécois. On en reparle dans notre prochain billet.

Propulsé par FordComparer des véhicules »

1 Ford - Fusion 2012: L'apprentie sportive

Ford - Fusion 2012: L'apprentie sportive

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Commentaires (5)
  • @blueprint
    Moi aussi je les remarques, ces fumées noires lorsque je vais dans les grands centre urbains. On nous empoisonne à petit feu avec les diesels de ce mode de transport que l'on dit "écologique" alors que que nous pourrions rouler en électrique depuis cent ans.
    Prenez Montréal, par exemple. Le premier tramway y a roulé en 1892. Ensuite, pendant six décennies, les tramways, bientôt électrifiés, sécuritaires, de plus en plus nombreux et appréciés, sillonnent la ville. Puis, en 1959, c?est fini et on arrache tout. Pourquoi ?

    Voici la réponse, en un mot : l?automobile. Pour la voiture individuelle, dont il fallait faire la promotion et à laquelle il fallait ouvrir les villes.

    Choix délirant, direz-vous. En effet. Et c?est pourquoi, dès les années 1920, General Motors, Firestone et la Standard Oil de Californie se sont attelés à la tâche de convaincre l?opinion publique d?opter pour une solution polluante, inefficace et extrêmement coûteuse. Comment faire ? Facile.

    D?abord, mise sur pied d?une entreprise-écran (National City Lines) qui, progressivement, achète et contrôle les compagnies qui possèdent les tramways dans des dizaines de villes (New York, Los Angeles, Philadelphie, St-Louis, etc.) ; puis, démantèlement progressif de ces compagnies au profit d?autobus achetés par un fournisseur appartenant au trio GM, Firestone et Standard Oil ; puis, en 1939, GM présente son documentaire propagandiste ?Futurama? dans le cadre de l?exposition universelle de New York. Dans ce film, GM présente SA vision de la société, axé bien sûr sur l?automobile et un réseau de route à travers l?Amériques: les autoroutes. Enfin, et en parallèle, action politique par le National Higway Users Conference (lobby pétrolier) pour promouvoir, avec succès, la construction d?autoroutes pour le bénéfice de l?industrie automobile et pétrolière.

    Installer un tramway électrique aujourd?hui ne règle qu?une partie du problème puisque aujourd?hui nos insfrastructure sont construite en fonction du transport individuel, gracieusité de notre dépendance au cartel pétro-automobile. La meilleur solution me semble d?exiger une véritable révolution dans la conception des voitures afin qu?elles intègrent une motorisation 100% électrique et efficace. GM produisait une voiture électrique capable de franchir 200 km sur une charge en 1996 (la EV-1). Pourquoi a-t-elle séquestré la technologie embarquée dans cette voiture et nous présenter, 15 ans plus tard, une voiture qui fait à peine 60 km sur le tout-électrique avec la Chevrolet Volt?

    Pendant ce temps, Tesla, une petite compagnie américaine avec peu de moyen s?apprêtre à nous offrir une voiture avec une autonomie de 480 km et une autre compagnie chinoise, BYD, s?apprête à commercialiser la e6 qui nous en offrira 500? Peut-on exiger de nos gouvernement de légiférer afin d?obliger les Grands de l?automobile de présenter au moins un modèle électrique efficace et économique?
  • Hier, je suivais en ville une Civic CX hatchback 1992-95 en parfait était, silcencieux neuf bien visible, pas de fumée, pas de modifs. Cette dame va se faire embêter par le gouvernement, tandis que l'entrepreur qui roule en F350 Super Duty à roues doubles à plusde 20l/100km de diesel lui, ne sera pas embêté, mais si le camion ne sert qu'à son postérieur la semaine et à tirer une grosse roulotte la fin de semaine.

    Faut attaquer les plaques "F....": tous les poids lourds et les véhicules profesionnels. 20% du trafic pour 40% de la pollution. Et les bus...vous avez vu la fumée noire qui s'en dégage?
  • Pourquoi s'inquiéter de la nouvelle loi sur les *minounes*. Pour les voitures de collection, elles ont des droits acquis, tel que la non obligation d'y installer des ceintures. Pour moi, cette loi aura une valeur relativement au risque de voir des automobiles circuler avec des problèmes structuraux, tels que: rouille du chassis, freins et pneus défectueux, etc. L'aspect anti-pollution est de la foutaise en tenant compte du nombre restreint de ces véhicules et même en les comparant avec la pollution dégagée par des VUS.
  • Concernant votre billet "Sur la route" au sujet du règlement à venir concernant l'inspection obligatoire des "minounes" je vous vois venir avec l'exemption pour les autos "antiques". Pensez d'abord aux citoyens ordinaires qui n'ont pas les moyens de payer ces nouvelles taxes déguisées. Aussi je ne comprends pas en quoi des autos qui ont des consommations plus élevées dues simplement aux caractéristiques d'origine, (le principla progrès technologique diminuant la pollution fut l'introduction généralisée de la carburation électronique (l'alimentation par injecteurs) puis des échappements avec catalyseurs ( et tous les troubles de CHECK ENGINE, exploitation éhontée des fabricants car ce diagnostic est non spécifique et requière de multiples visites chez les concessionnaires; résultat le consommateur s'écoeure et laisse le témoin allumé!) . Répétons que ces inspections seront donc inutiles, car en Ontario on aurait démontré qu'une telle inspection était requise pour seulement 5% des véhicules! Il ne faut pas ignorer que beaucoup de ces véhicules, pour toutes sortes de raisons, sont surtout peu ou très peu utilisés, donc même s'ils sont plus polluants ils produisent relativement peu de gaz à effet de serre par rapport à l'ensemble du parc automobile. Personnellement je possède un véhicule récréatif (VR) Dodge 1978 qui a seulement 130 000 kM au compteur et un camion Chevrolet 92 (Pickup) à 110 000 kM, deux véhicules achetés usagés et bien entretenus. Ayant une autre voiture récente et économique, je paye donc le coût de 3 plaques d'immatriculation, 3 assurances , les TPS et TVQ etc ...C'est assez...Je me considère bien nanti et je plains énormément ceux qui n'ont pas d'autres choix que de rouler dans des véhicules moins récents faussement appelés "minounes". Enfin je me pose la question suivante: je croise souvent sur la route des autos qui ont des phares brûlés, d'autres qui roulent avec des tuyaux d'échappement percés ou dont il s'échappe une fumée noire.La police a les deux yeux fermés?
  • Hate de voir cette nouvelle NSX... et pour Pierre Arcand, il ne fait pas exception à la règle comme quoi le parti Libéral ne voit rien d'autre que l'économie dans leur soupe.

    Ce programme (comme Cash for Clunkers) aura pour effet d'envoyer un nombre immenses de véhicules agés dans nos cours à scrappe. Si vous avez une pièces de 1000$ à remplacer pour vous conformer aux normes, plusieurs véhicules prendront le bord pour faire place à une armada de véhicules neufs

    Par contre, ces fameux véhicules neufs, sont-ils propre pour l'environnement? Si tu es simple d'esprit et que tu mesure la pollution seulement qu'au bout de l'exhaust, OUI, ce véhicule sera propre. Par contre, si tu pousses l'analyste un peu (ce qu'aucun gouvernement ne fait), tu comprends que exploité les minéraux au Congo le pétrole lui y est exploité partout sur la planète pour faire fonctionner chaque usine de transformation, et bien, ton char neuf, aura fait 5-10 fois le tour de la planète avant d'arrivé chez vous. Il y aura consommer 140 000 litres d'eau et aura pollue pour 20% de sa vie utile.

    Il se retrouvera à la scrappe rapidement (déjà les 2005 se font rare...et même que 1995-2005 il ne reste plus grand chose). Il aura polluer plus que la vieille bagnole totalement adéquate pour 90% du monde mais avec un calcul oeillèrient, on en arrive à nous faire avalé que c'est du bon nanane.

    Regarder les multiples videos de Cash for Clunkers aux USA. On a sacrifier des Supra, Masérati, Mercedes très rares et plusieurs véhicule plus normaux et le seul critère était de faire 2 MPG de moins... Maintenant, très difficile de trouver des pièces usagés à moindre coût, ce qui force la population a acheter du neuf et de se soumettre aux géants du pétrole (et des banques) alors qu'on aurait du (et on doit) focuser sur le transport en commun pour contrer le mode de transport individuel qui nous appauvrit tous collectivement.

Recherche

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer