article:4685263:article

Prince, mais pas roi

Au cours de son bref passage à la tête de Renault, Carlos Tavares a insufflé une bouffée de fraîcheur à la firme française.

Agrandir

Au cours de son bref passage à la tête de Renault, Carlos Tavares a insufflé une bouffée de fraîcheur à la firme française.

Photo Benoit Tessier, Reuters

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

Éric LeFrançois |

Publié le 2 septembre 2013 | Mise à jour le 2 septembre 2013 à 08h02

S'il y avait encore une chance, une toute petite chance, de revoir des Renault neuves sur les routes canadiennes et américaines, eh bien, elle s'est envolée jeudi dernier avec le licenciement de Carlos Tavares. Avec lui, tout semblait possible.

Au cours de son bref passage - tout juste deux ans - à la tête de Renault, ce gestionnaire de 55 ans a insufflé une bouffée de fraîcheur à la firme française qui, jusqu'ici, donnait l'impression de vivre aux crochets de son partenaire Nissan.

Carlos Tavares voulait une Renault forte, plus autonome. Ses pions, il les avait déjà placés sur l'échiquier. D'abord, il ressuscite Alpine - marque de voitures sport - pour mieux bénéficier des retombées de l'engagement de Renault en sport automobile (Formule 1 et plus récemment en Endurance). Et pour ne pas plomber les finances du constructeur français - et obtenir l'aval du conseil d'administration - , Tavares a l'idée de monter son dossier en une coentreprise avec Caterham, spécialiste anglais. « Caterham possède les mêmes valeurs qu'Alpine. Nous partageons en effet une approche similaire du plaisir de conduire », dit-il, enthousiaste, lors de la présentation d'une première maquette.

La vision de Tavares ne s'arrête pas à la création d'un pôle sportif. Il donne également naissance à un nouveau label de luxe appelé Initiale Paris. Cet ajout à la gamme allait permettre à l'ex-Régie de refaire surface dans le secteur haut de gamme après l'échec de la (très) controversée Vel Satis. Encore une fois, Tavares puise à même les ressources de Renault et non d'Infiniti (satellite de Nissan) pour créer cette entité. Il choisit plutôt de décliner quatre modèles Renault en finition Initiale Paris, stratégie déjà adoptée par Citroën avec sa filiale DS. Confiant dans le succès de cette filiale, Tavares assure qu'Initiale Paris proposera progressivement ses propres véhicules.

Avec ces deux marques nouvellement fondées, Tavares compte enfin sur les acquis. À Renault d'occuper le marché généraliste et à Dacia de répondre aux demandes des pays émergents.

Tavares parti, sa vision lui survivra-t-elle ? Tout laisse croire que oui. Les ententes avec Caterham sont signées et le premier modèle fera son entrée dans les salles d'exposition à compter de l'année 2016. Le label Initiale aussi demeure sur les rails (commercialisation dès 2014), mais le projet de concevoir des véhicules spécifiques risque, quant à lui, de dérailler.

Carlos Tavares ne manquait ni d'idées ni d'ambitions. Seulement d'un statut de numéro 1, lequel est occupé par l'autre Carlos (Ghosn). Ce dernier n'a visiblement pas apprécié les propos tenus par son numéro 2 dans une récente interview accordée le mois dernier à l'agence Bloomberg, dans laquelle il a rappelé : «  Nous avons un grand patron, et il n'est pas près d'abdiquer. » Et d'ajouter, pour bien se faire comprendre : «  Quiconque se passionne pour l'industrie automobile parvient à la conclusion qu'à un moment donné, vous avez l'énergie et l'appétit pour devenir numéro un. » Des propos qui ne sont pas sans rappeler la déclaration d'un certain Ferdinand Piëch qui, au début de sa carrière, ne manquait jamais de souligner qu'il n'aimait pas « être le second ».

Publicité

Propulsé par FordComparer des véhicules »

1 Ford - Fusion 2012: L'apprentie sportive

Ford - Fusion 2012: L'apprentie sportive

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Commentaires (6)
  • Dommage. J'aurait bien aimer voir des Zoé sur nos routes.
  • Mr Lefrancois, j'ai bien aimé votre article sur la Cruze diesel, je voudrais vous apporté un petit correctif au sujet du couple . vous mentionné dans votre article un couple de 151 lb-pi a 4000 tr-min alors qu'en fait le couple est 264 lb -pi a 2600 tr-min.
    je crois que la fiche technique est erroné
    Bonne journée
  • Vous affirmez dans le compte rendu de votre essai de 2 autos à moteur diesel que celles-ci émettent moins de CO2 que des véhicules équivalent à essence. C'est faux!
    Sur le site du gouvernement américain www. fueleconomy.gov , on obtient les informations suivantes: La Jetta diesel émet 297g de CO2 par mile; la Cruze diesel 307g par mile et la Mazda 3 à moteur à essence de 2000cc: 262g de CO2 par mile. ( les 3 véhicules avec transmission automatique) La Toyota Prius n'émet que 179g (hybride à essence) et la Jetta hybride 200g par mile.
    Le «Annual Petroleum Consumption» est de 6,6 barils pour la Prius, 7,3 barils pour la Jetta hybride, 9,7 barils de pétrole pour la Mazda 3 2014 et 11,2 barils de pétrole pour la Jetta diesel.
  • On avait aussi montré la porte à un type qui s'appelait Steve Jobs. Il est revenu quelques années plus tard, encore plus fort.
  • C'est dommage ca. Bien que je n'ai rien vu dans l'article quant au désir de M. Tavares de faire rentrer Renault en Amérique du Nord, ça serait triste si c'est désormais chose du passé. Les petits moteurs efficaces des marques européennes (surtout diesels) pourraient faire un effet fou ici, si notre gentil gouvernement cesserait son protectionnisme via les coûts exhorbitants de homologation. Et j'aimerais bien mieux voir des Renault au Canada que des Nissan, dont la majorité des modèles ont des lignes on ne peut plus ennuyantes.
  • Même si je n'ai pas cru au retour de Renault en amériques, c'est dommage que maintenant tout les chances sont maintenant réduites à zéro. Les designs de Renault sont beaucoup plus intéressant que ceux de Nissan. Ici, on aurait pu en faire une marque de luxe abordable pour concurrencer Buick, Lincoln et Acura.
    J'espère, pour ceux qui en profiterons sur leur marché, que la Alpine sera une véritable voiture et non pas seulement un jouet de piste inconduisable sur la route.

Recherche

Publicité

Publicité

Nouvelles les plus populaires

 

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer