article:4478184:article

Mini Coupé: la multiplication des pains

Un coupé au style discutable vient rejoindre cette année la gamme Mini.

Agrandir

Un coupé au style discutable vient rejoindre cette année la gamme Mini.

Photo: Jacques Duval, collaboration spéciale

Publicité

Publicité

<p>Jacques Duval</p>

Jacques Duval | Auto

Publié le 15 décembre 2011 | Mise à jour le 17 décembre 2011 à 11h31

Ressuscitée en 2001, la légendaire Mini a rouvert une page de l'histoire de l'automobile. Le modèle original, dévoilé pour sa part en 1959, fait partie de ces voitures qui ont profondément changé le cours des choses dans l'industrie automobile. Avec sa traction avant et son moteur transversal, le créateur de la Mini, le génial Alec Issigonis avait réussi à concevoir une 4 places d'un format étonnamment compact parfaitement adapté à la congestion européenne.

Celle-ci devint si populaire partout dans le monde que son appellation ne devait pas tarder à s'inscrire parmi les nouveaux mots du dictionnaire pour désigner un objet de faible dimension (ex.: minijupe, miniordinateur, minibar, minisérie, etc.). En recréant ce modèle en 2001, BMW (désormais aux commandes de la marque anglaise) a réussi un coup d'éclat. La Mini nouveau genre se limitait à un seul modèle, mais la famille allait vite s'agrandir avec les versions Cabriolet, Clubman (une minifamiliale), Countryman (petit multisegment) et pour 2012 un coupé et bientôt une Mini dont le moteur électrique lui permettra de se moquer des pétrolières. Et cette énumération ne tient pas compte des modèles S et John Cooper Works qui sont venus donner du tonus aux motorisations de base.

Le couvre-chef du nouveau coupé Mini ne ressemble-t-il pas à une casquette posée à l'envers?

Le couvre-chef du nouveau coupé Mini ne ressemble-t-il pas à une casquette posée à l'envers?

Photo: Jacques Duval, collaboration spéciale

Agrandir

Mauvais départ

Cette extension de la gamme Mini fut sans conteste une réussite commerciale et quand c'est lucratif, la soif de profits de la grande industrie fait que l'on continue à enfoncer le clou encore plus profondément. Cela nous donne donc cette année deux nouveaux arrivants sur la scène automobile, la Mini Coupé qui fait l'objet de cet essai et une version décoiffée ou cabriolet qui fera son apparition pour la prochaine saison estivale. Cette dernière est presque une nécessité tellement le coupé adopte un haut de forme qui ressemble à une casquette posée à l'envers. Cette astuce de style est certes originale, bien qu'elle contribue à aplatir la voiture et à lui donner une allure incongrue. Mais, passons pour nous en tenir à remarques plus méthodiques.

Le coupé Cooper S ne fait pas partie de ces voitures pour lesquelles on éprouve un coup de foudre immédiat. C'est même plutôt le contraire. Je n'avais pas parcouru cinq kilomètres que j'avais déjà envie de retourner l'auto à son prêteur. Aussi bien le dire tout de suite, la Mini est un cauchemar en matière d'ergonomie. Rien n'est à l'endroit où l'on s'attend de le trouver. De surcroît, les poignées de porte exigent une force inhabituelle, la ceinture de sécurité se dérobe à la main chercheuse, le coffre ne se ferme qu'en brusquant le geste, la clef de contact s'insère mal dans son logement et la visibilité en biais vers l'arrière est à peu près nulle. Ouf, ça commence bien mal.

Publicité

Les divers éléments du tableau de bord de la Mini semblent disproportionnés par rapport au format de la voiture.

Les divers éléments du tableau de bord de la Mini semblent disproportionnés par rapport au format de la voiture.

Photo: Jacques Duval, collaboration spéciale

Agrandir

C'est pas fini

Et, malheureusement, ce n'est pas tout. Avec le moteur suralimenté, la puissance plus élevée a un effet pernicieux sur le train avant et l'on y ressent un effet de couple qui nuit à la stabilité de la voiture en la faisant se déporter sur la droite. Pour en finir avec le bulletin de ce mauvais élève, précisons que les patrons de chez Mini auraient avantage à faire cadeau d'un tournevis à chacun des employés de ses chaînes d'assemblage afin de s'assurer que les boulons sont bien vissés et que les voitures sont dépourvues de cet assortiment de bruits de caisse que nos charmants nids de poules se font un plaisir de mettre en relief.

Aussi plaisante soit-elle à conduire, la Mini coupé n'échappe pas aux inconvénients de son empattement court. Avec des essieux aussi rapprochés, toutes les difformités du revêtement deviennent carrément insupportables.

En version S, le coupé Mini propose 181 chevaux, ce qui se ressent dans le volant sur des pavés dégradés.

En version S, le coupé Mini propose 181 chevaux, ce qui se ressent dans le volant sur des pavés dégradés.

Photo: Jacques Duval, collaboration spéciale

Agrandir

Le plaisir croît avec l'usage

Cela dit, le nouveau coupé Mini n'est pas entièrement démuni et l'endroit de la médaille est assaisonné des ingrédients qui lui confèrent un caractère résolument sportif. Ainsi, par sa tenue de route et ses performances, la voiture peut faire des pieds de nez à bien des sportives accomplies. Son agilité, héritée de son petit format,  n'a pas baissé d'un cran et permet de défier le trafic en se faufilant dans des espaces restreints. En virage, le cliché qui lui attribue la maniabilité d'un go-kart est toujours valable et le plaisir que l'on éprouve à conduire comme un défoncé contribue à une meilleure acceptation de la dureté des suspensions. Le plaisir est accru par un moteur qui ne manque ni de zeste, ni de puissance avec ses 181 chevaux issus d'un 4 cylindres turbo de 1,6 litre qui se marie parfaitement à la boîte de vitesses manuelle à 6 rapports. Avec son guidage précis, la transmission est un charme à manipuler. En exploitant pleinement chacun des premiers rapports, on inscrira une accélération de 7,2 secondes entre 0 et 100 km/h au tableau des caractéristiques de la Mini. Quelques dixièmes de plus suffiront à porter votre vitesse de 80 à 115 km/h.

C'est à l'arrière que la ligne du nouveau coupé Mini suscite le plus d'ambivalence.

C'est à l'arrière que la ligne du nouveau coupé Mini suscite le plus d'ambivalence.

Photo: Jacques Duval, collaboration spéciale

Agrandir

Puisqu'il est question de vitesse, on note qu'en raison de ses faibles dimensions, le coupé Mini donne toujours l'impression que l'on roule plus rapidement que la vitesse affichée. Celle-ci, en passant, vous est donnée deux fois plutôt qu'une, d'abord par l'immense cadran rond placé au centre du tableau de bord et ensuite dans la petite fenêtre située juste devant le conducteur, là où se situe également le compte-tours. Cela devrait aider à prévenir les contraventions qui ont tendance à s'accumuler avec une auto que l'on dirait faite pour rouler rapidement.

Que dire de plus sur le nouveau coupé Mini? Probablement que son appréciation est étroitement liée à l'âge du conducteur. C'est une voiture destinée à une clientèle jeune, sauf que les jeunes trouveront la facture de 36 000 $ assez salée. Les plus âgés, en quête d'une bouffée de jeunesse, y trouveront leur compte au même titre qu'au volant du petit roadster MX-5 de chez Mazda. Lequel choisir? Il vaudrait sans doute mieux attendre l'arrivée de la version découverte du coupé Mini avant de prendre sa décision.

Propulsé par FordComparer des véhicules »

1 Ford - Fusion 2012: L'apprentie sportive

Ford - Fusion 2012: L'apprentie sportive

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Commentaires (9)
  • $36,000. pour un laideron? Une Cooper S de base peut être, mais pour ce prix, c'est BMW qui doit rire à chaque unité vendue. Vite chez le représentant Mazda....la fiabilité en prime!
  • MINI est une nécessité dans le porte-feuille de marques de BMW : elle fait baisse la moyenne de consommation de la compagnie, ce qui est important pour éviter que les pénalités prévues au CAFE tuent les ventes des véhicules ''X'' (X3, X5, X6) et des séries 3, 5 6 et 6.
  • Dilution de la marque. Le spyder qui va suivre le coupé va faire (un peu) plus de sens. Ma MINI préférée reste la Classic de base, rouge, manuelle à 23k$.
  • C'est une affaire de gout, mais c,est vraiment laid!!!!! Bon, ça roule peut être bien, mais c'est absolument laid et encore plus!! La Clubman est franchement mieux réussie. La Joke de Nissan est presque superbe a coté, c'est tout dire.
  • désolé de vous contredire mais c'est ma 3ième Mini : une 2003 Classique, 2008 Cooper S et depuis 1 mois une S Coupé, pour moi c'est la meilleur des trois : plus économique, plus rigide que les 2 autres, pour l'ergonomie ça va, le look c'est toujours personnel mais pour moi c'est ce qui ma fait changer, un 2 places pour moi c'est parfait car je suis seul, et lhiver avec 4 pneus à neige et l'antipatinage pas une tempête m'empèche de prendre la route, je ne suis pas d'accord avec la premières partie de votre article mais que voulez le choix d'une auto est personnel à chacun, mais j'aimé vous lire quand même
  • J'ai toujours aimé la ligne de la Mini, ca nous change des orgies de courbes que l'on retrouve sur le coté des Asiatiques de nos jours.
  • Trop laide, trop chère et effet de couple excessif (et potentiellement dangereux), sans compter l'ergonomie douteuse (comme sur ma BMW 3): Alec Issigonis n'aurait pas approuvé.
  • 36 000$ pour une voiture aussi grosse qu'une boite à lunch? Non merci, à ce prix et même moins, je m'achète une Mustang convertible.
  • Le derrière rappelle la Joke de Nissan. Mais le devant est cent fois mieux réussi.

Recherche

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer