• Accueil > 
  • Auto > 
  • Salons > 
  • Les italiennes de FCA: la magie du turbo opère sur la Ferrari California

Les italiennes de FCA: la magie du turbo opère sur la Ferrari California

La Ferrari California T... (Photo fournie par Ferrari)

Agrandir

La Ferrari California T

Photo fournie par Ferrari

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

Éric LeFrançois

Collaboration spéciale

La Presse

La célèbre firme de Maranello débarque à Montréal avec la plus récente évolution de la California, son modèle le plus populaire.

Pour 2015, ce cabriolet à toit rigide adopte une mécanique suralimentée par turbocompresseur. En clair, cela signifie que le V8 de 4,3 litres quitte son antichambre au profit d'un V8 3,8 litres gavé par 2 turbos. Pour s'assurer que les amateurs n'y voient que du feu, les motoristes de la marque sont parvenus, à l'aide de

l'électronique, à recréer le même agrément que procure une motorisation atmosphérique (sans turbo) en ce qui a trait à la réaction aux oscillations de la pédale d'accélérateur et de la progressivité.

Capable de tourner à 7500 tours/minute, le V8 de 3,8 litres bénéficie d'un vilebrequin spécialement étudié pour autoriser des régimes de rotation aussi élevés. De plus, pour veiller à que ce moteur chante haut et fort, Ferrari a eu recours à des collecteurs en acier forgé dotés des tubulures de longueur égale. Les sorties d'échappement, redessinées à l'horizontale, s'enchâssent dans un diffuseur vaguement inspiré de la défunte 599 GTO. À l'avant, on note des feux DEL verticaux et une calandre qui sourit plus largement à la route.

Outre le moteur, le châssis a lui aussi droit à certaines révisions. Ainsi, la mécanique est implantée plus bas dans la caisse, ce qui a pour incidence d'abaisser le centre de gravité de 10 mm. La direction gagne en rapidité, tandis que les ressorts de la suspension ont été durcis.

À l'intérieur, on note instantanément l'adoption du volant multifonctions, similaire à celui de la 458, et d'une jauge numérique sur l'état de fonctionnement du turbo.

La Maserati Ghibli ... (Photo fournie par Maserati) - image 2.0

Agrandir

La Maserati Ghibli 

Photo fournie par Maserati

Maserati: garder le cap

Maserati a de grandes ambitions. La marque au Trident s'est en effet fixé pour objectif de faire grimper sa production à 50 000 unités par année. Ce pari qui, hier encore, paraissait complètement insensé semble pourtant en voie d'être relevé, si l'on en juge les nouveautés attendues au cours des mois qui viennent. Outre le renouvellement de sa gamme Gran Turismo (coupé et cabriolet) prévu pour l'an prochain, Maserati complète la mise au point du Levante, son premier multisegment. D'ici là, l'arrivée des renforts, les Quattroporte et Ghibli, contribue à l'essor de la marque. Cela est d'autant plus vrai depuis que ces deux berlines proposent un rouage à quatre roues motrices, une aide à la conduite précieuse, surtout dans les régions enneigées comme la nôtre.

L'Alfa Romeo 4C... (Photo fournie par Alfa Romeo) - image 3.0

Agrandir

L'Alfa Romeo 4C

Photo fournie par Alfa Romeo

Alfa Romeo: Bella macchina

Il y a des lunes que le logo du constructeur au biscone - ce serpent qui s'enroule sur l'écusson frappé des armes de la ville de Milan - n'avait pas été vu au Salon de l'auto de Montréal. Le revoilà enfin! Et pour marquer son retour sur la scène canadienne, Alfa Romeo dépêche le plus délirant de tous ses modèles: le 4C. Ce biplace a le coeur à la bonne place, c'est-à-dire au centre.

Cette configuration lui assure non seulement une belle agilité dans les virages sinueux, mais également une répartition équilibrée de ses masses. À ce sujet, le 4C fait appel à de nombreux matériaux composites. Grâce à sa coque en carbone et à ses suspensions taillées dans l'aluminium, le 4C pèse à peine plus de 1000 kilogrammes.

Naturellement, pour être aussi léger, le 4C fait l'impasse sur certains accessoires. Ainsi, la direction ne bénéficie d'aucune assistance, et la présentation intérieure est, somme toute, assez minimaliste. Mais la conception radicale de cette Alfa vise à satisfaire un passionné, et non un épicurien.

Ce poids plume est entraîné par un moteur quatre cylindres suralimenté par turbocompresseur. La cylindrée est certes modeste (1,7 litre), mais son rendement ne l'est pas. Avec 240 chevaux, le rapport poids/puissance de cette italienne est équivalent, sur papier, à bien des sportives plus puissantes. Une boîte à double embrayage - la seule disponible - veille à faire claquer comme un fouet ses six vitesses pour entraîner les roues arrière motrices.

Un peu extrémiste peut-être, le 4C ouvre aussi la voie à une nouvelle génération de modèles qui bientôt viendront gonfler l'offre de ce constructeur.

Partager

Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2018

Jeep - Cherokee 2018

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer