• Accueil > 
  • Auto > 
  • Salons > 
  • Groupe Volkswagen: la Porsche 911 adopte le sigle GTS

Groupe Volkswagen: la Porsche 911 adopte le sigle GTS

La Porsche 911 GTS... (Photo fournie par Porsche)

Agrandir

La Porsche 911 GTS

Photo fournie par Porsche

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

Éric LeFrançois

Collaboration spéciale

La Presse

La plus mythique des Porsche, la 911, se décline désormais en livrée GTS.

De l'aveu de son constructeur, il s'agit de la version la plus aboutie, la plus homogène de la gamme 911.

Cette GTS fait appel à un moteur atmosphérique de 3,8 L (430 chevaux) planté entre des ailes aussi larges que la Turbo.

Contrairement à cette dernière, cependant, la GTS est offerte en deux ou quatre roues motrices, en boîte manuelle à sept vitesses ou PDK double embrayage. Porsche ratisse large.

Sur le plan mécanique, le 3,8 L se voit greffer une admission à résonance qui améliore la qualité du mélange air-essence

 Par ailleurs, les arbres à cames et les ressorts sont nouveaux et les conduits d'admission redessinés et polis selon un nouveau procédé.

Le châssis a également été révisé avec l'adoption de série de l'amortissement actif PASM (Porsche Active Suspension Management). Ce dispositif agit électroniquement sur chaque amortisseur et abaisse l'assiette du véhicule de 10 mm.

Publicité

Il est possible de la rabaisser de 10 autres millimètres en optant pour la version Sport de ce système. Celui-ci s'accompagne d'un béquet avant plus proéminent et d'un aileron mobile arrière se déployant plus loin, pour une meilleure stabilité à très haute vitesse.

On retrouve également les jantes de la Turbo à fixation centrale, autre privilège accordé aux acheteurs de cette GTS qui prend la forme d'un coupé ou d'un cabriolet.

Un Cayenne électrifié et rechargeable

Porsche profite de la mise à jour du Cayenne pour y ajouter une version hybride à prise rechargeable. Il s'agit du troisième modèle de la marque, après la 918 et la Panamera, à embrasser cette nouvelle technologie. Commercialisé sous l'appellation e-Hybrid, cet utilitaire sport combine une mécanique thermique (un

V6 de 3 L suralimenté par compresseur) avec un moteur électrique relié à une batterie de taille suffisante pour réaliser des petits trajets - entre 18 et 36 km - en mode électrique.

Par rapport au Cayenne hybride de l'an dernier, ce nouveau modèle adopte une batterie lithium-ion dont la capacité a été multipliée par six et la puissance, par deux. Cette batterie de 133 kg refroidie par eau se trouve installée sous le plancher du coffre et n'en réduit que marginalement le volume de chargement. Enfin, particularité de cette version S e-Hybrid, un commutateur E-Power installé à côté du sélecteur de la boîte automatique permet de forcer la propulsion 100% électrique jusqu'à déchargement total de la batterie.

La Volkswagen Golf Sportwagen ... (Photo fournie par Volkswagen) - image 2.0

Agrandir

La Volkswagen Golf Sportwagen 

Photo fournie par Volkswagen

Le retour de la familiale chez Volkswagen

Au tour de la Golf Sportwagon d'embrasser la plus récente architecture (nom de code MQB) de Volkswagen. Résultat: cette familiale est désormais plus longue et plus large que le modèle qu'elle remplace. Et surtout plus logeable. En effet, le volume du coffre de la nouvelle Golf Sportwagon a progressé de 100 L par rapport à la génération antérieure.

L'accent a été mis sur la modularité et la fonctionnalité de l'espace de chargement. Le plancher se règle en hauteur en de multiples positions. Les dossiers se rabattent, selon la configuration traditionnelle 60/40, par l'entremise de petits leviers situés sur les parois de la voiture: pratique.

Sous le capot, on trouve une palette de motorisations essence et diesel. Selon Volkswagen, 85% des acheteurs de ce modèle favoriseront le moteur TDi (turbodiesel). On peut comprendre, puisque cette version garantit une meilleure valeur résiduelle à la revente.

La Audi A3 e-tron ... (Photo fournie par Audi) - image 3.0

Agrandir

La Audi A3 e-tron 

Photo fournie par Audi

Audi: les débuts de l'e-tron au Canada

La firme aux anneaux lance à Montréal son premier véhicule hybride à prise rechargeable (plug-in), l'A3 e-tron. Pour bien marquer la différence sur le plan visuel, cette version s'habille d'une carrosserie cinq portes qui n'est pas sans rappeler les premières A3 vendues au Canada.

Sous le capot, on retrouve un quatre-cylindres à essence de 1,4 litre suralimenté de 151 chevaux qui est jumelé à un moteur électrique qui en produit 102. L'autonomie annoncée en mode tout électrique est de 50 kilomètres sur une charge. Ce modèle est accompagné d'une boîte à double embrayage à six rapports, laquelle transmet la puissance aux seules roues avant.

L'embonpoint est le premier ennemi des hybrides. Le supplément de poids s'établit à 340 kg par rapport à une A3 à essence. À eux seuls, les accumulateurs pèsent 125 kg. Ils prennent la place de la roue et amputent la capacité du coffre d'une centaine de litres. Mais les batteries ainsi placées abaissent un peu le centre de gravité du véhicule, ce qui favorise son agilité en courbe.

Cette technologie e-tron sera par la suite déclinée sur d'autres véhicules. Le futur Q7 sera, dit-on, le prochain sur la liste, suivi de l'A4.

A6 et A7 se remaquillent

Il faut un oeil exercé pour détailler les transformations apportées aux Audi A6 et A7 cette année. Les changements sont mineurs et se concentrent autour de la calandre, des boucliers, des embouts d'échappement et des phares.

À l'intérieur, de nouveaux agencements sont offerts, mais c'est surtout la mise à niveau du système de gestion MMI et de la caméra infrarouge qui retient l'attention.

Les mécaniques offertes demeurent inchangées.

La Lamborghini Huracán... (Photo fournie par Lamborghini) - image 4.0

Agrandir

La Lamborghini Huracán

Photo fournie par Lamborghini

Lamborghini: semer la tempête

La Gallardo n'est plus, vive la Huracán. Et ce coupé à moteur central porte, comme le veut la tradition, le nom d'un taureau de combat.

Techniquement, la Huracán LP 610-4 repose sur un châssis mariant aluminium et fibre de carbone. Sous l'auvent derrière, on retrouve un moteur V10 de plus de 600 chevaux et une prodigieuse force de couple dès 1000 tours/minute. Cette mécanique bénéficie d'une double injection, directe et indirecte.

Cette motorisation s'accouple uniquement avec une boîte à double embrayage à sept rapports. Cette dernière transmet en priorité la puissance aux roues arrière. En cas de manque d'adhérence, 30% du couple est acheminé aux roues avant.

À bord, plusieurs clins d'oeil aux Lamborghini d'hier, surtout à la Marzal de 1967, comme en témoigne la forme hexagonale des buses de ventilation. Son volant intègre les commandes de clignotants, d'appel de phares et d'essuie-glaces. L'instrumentation est entièrement numérique et personnalisable. On peut par exemple y faire apparaître la navigation en grand format.

La Bentley Continental GT V8 S... (Photo fournie par Bentley) - image 5.0

Agrandir

La Bentley Continental GT V8 S

Photo fournie par Bentley

Bentley présente sa famille

La marque britannique poursuit le raffinement de ses modèles et ajoute de temps à autre des déclinaisons plus fastueuses ou plus sportives. À Montréal, Bentley donne un avant-goût de sa production. Le coupé et le cabriolet GT y sont, tout comme les élégantes berlines Flying Spur et Mulsanne.

Partager

Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2016

Jeep - Cherokee 2016

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer