L'automobile aux États-Unis dépend lourdement de l'aluminium canadien

L'habitacle en aluminium du F-150 2017 de Ford.... (Photo Ford)

Agrandir

L'habitacle en aluminium du F-150 2017 de Ford.

Photo Ford

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Publicité

Alain McKenna

Collaboration spéciale

La Presse

La menace d'une taxe sur l'acier et l'aluminium importés aux États-Unis a donné des sueurs froides à l'industrie automobile américaine ces dernières semaines.

Alors que les aciéries locales souhaitent se défaire ainsi de la concurrence étrangère, les alumineries américaines, elles, ne peuvent fonctionner sans s'approvisionner lourdement à l'étranger, surtout au Canada.

Cela explique probablement la volte-face du président Trump, il y a une dizaine de jours, qui a exclu le pays de cette éventuelle taxe. Selon des données du Bureau américain de la statistique, des 9,6 milliards US d'aluminium importés aux États-Unis en 2016, plus de la moitié (5,6 milliards US) provenaient du Canada. 

Et ça n'ira qu'en s'accentuant : la teneur moyenne en aluminium anticipée pour chacun des véhicules assemblés en Amérique du Nord passera de 180 kg en 2015 à 256 kg en 2028, selon la firme spécialisée Ducker Worldwide.

KITIMAT_BC Un lingot d'aluminium coulé par Rio Tinto Alcan Inc., exposé dans un des bureaux de la compagnie. Photo Bloomberg



Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2018

Jeep - Cherokee 2018

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

image title
Fermer
image title
Fermer