Dernier salon automobile d’envergure de la saison, New York soulève timidement le voile sur le véhicule de demain. Par chance, il y avait quelques belles surprises et des anniversaires à célébrer.

Éric LeFrançois Éric LeFrançois
Collaboration spéciale

CADILLAC CT5

Avec la berline CT5, la direction de Cadillac estime avoir atteint l’objectif de créer une BMW américaine.

PHOTO SHANNON STAPLETON, REUTERS

Cadillac CT5

Ne tenait-elle pas le même discours déjà lors du lancement initial des CTS et ATS ?

On n’imagine pas que cette CT5 va perturber le sommeil de l’état-major des constructeurs allemands la nuit prochaine.

En revanche, elle pourrait très bien amener le public à reconsidérer une fois pour toutes son point de vue sur les créations de cette marque américaine.

GENESIS MINT

Une fois n’est pas coutume, le véhicule électrique occupait très (trop) peu de place à New York.

PHOTO SHANNON STAPLETON, REUTERS

Genesis Mint

Outre la présence rafraîchissante de Rivian (l’enthousiasme de ses représentants était beau à voir), retenons la Mint de Genesis.

Pour l’heure, il s’agit d’une étude conceptuelle qui, souhaitons-le, se matérialisera. Présentée sous la forme d’un coupé biplace, cette Mint présente toutes les caractéristiques susceptibles d’en faire un modèle urbain écologique, facile à garer et aux formes rafraîchissantes.

HYUNDAI VENUE

« Une Mini Countryman sud-coréenne. » Voilà la première impression que vous aurez sans doute en découvrant la Venue.

PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS

Hyundai Venue

Hormis la hideuse calandre « coupe-frites » qu’elle arbore, cette Hyundai a plusieurs arguments (présentation joyeuse, boîte manuelle offerte) pour détourner le regard et les dollars des consommateurs de la Nissan Kicks, sa concurrente désignée.

Tout comme la Nissan, cette sud-coréenne n’en beurre pas épais sur le plan technique et ne compte pas sur un rouage intégral. Seules les roues avant sont motrices.

LINCOLN CORSAIR

Contrairement au MKC qu’il remplace, le Corsair ne sera jamais perçu comme un Ford Escape endimanché.

PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS

Lincoln Corsair

Vrai, les similarités sur le plan technique subsistent, mais le Corsair dégage une aura très différente, surtout une fois confortablement assis à l’intérieur.

On note la qualité des matériaux, l’originalité de la présentation et les nombreuses caractéristiques innovantes, comme le fait de remplacer la télécommande par une application sur votre téléphone portable ou ce siège du conducteur réglable en 24 positions.

Dommage que les détails de la version hybride rechargeable promise ne figuraient pas dans le cadre de sa présentation.

NISSAN GT-R

Faute de présenter une réelle nouveauté, la direction de Nissan a profité de son passage à New York pour célébrer l’anniversaire de naissance de la GT-R et de la Z.

PHOTO MARK LENNIHAN, ASSOCIATED PRESS

Nissan GT-R

Pour l’occasion, ces deux modèles emblématiques de la marque japonaise se sont vu offrir une injection de puissance (GT-R) et des éditions spéciales plus colorées ou bigarrées, c’est selon.

Pas un mot sur le renouvellement et l’avenir de ces deux modèles au sein de la gamme, pas plus que sur leur possible électrification afin d’établir un lien avec la participation de Nissan au championnat de Formule E.

PORSCHE SPEEDSTER

Sortez votre chéquier. À compter du 7 mai, les dépositaires Porsche noirciront le carnet de commandes de la Speedster.

PHOTO MARK LENNIHAN, ASSOCIATED PRESS

Porsche Speedster

Seulement 1948 unités seront produites. Mue par un six-cylindres à plat atmosphérique capable de tourner à 9000 tours/minute, cette Speedster produit 502 ch et 346 lb-pi de couple par l’entremise d’une boîte manuelle à six rapports.

Dans sa lutte aux kilos superflus, Porsche omet d’inclure le climatiseur, mais précise que l’acheteur peut néanmoins l’obtenir sans frais supplémentaires.

SUBARU OUTBACK

Prisonnière de son image, sans doute, l’Outback révèle ses « nouveaux atours », lesquels seront visibles dans les salles d’exposition à l’automne.

PHOTO RICHARD DREW, ASSOCIATED PRESS

Subaru Outback

Sans surprise aucune, ce modèle reprend la nouvelle architecture modulaire développée par Subaru et soulève cette fois – sur les déclinaisons les plus coûteuses – son capot à une mécanique suralimentée issue de l’Ascent.

Le moteur atmosphérique de 2,5 L demeure en poste sur les versions d’entrée. Aucune surprise alors ? Si, l’immense tablette numérique de 11,6 po scotchée au centre du tableau de bord visiblement inspiré par Tesla et Volvo.

TOYOTA HIGHLANDER

Méthodiquement, Toyota rafraîchit sa gamme. Au tour du Highlander, attendu à la fin de l’année.

PHOTO RICHARD DREW, ASSOCIATED PRESS

Toyota Highlander

Plusieurs ne manqueront pas de relever plusieurs similarités esthétiques avec le CX-9 de Mazda dans la partie avant, mais bon.

Cette nouvelle génération retient surtout l’attention pour sa version hybride qui combine désormais la puissance électrique à un moteur quatre cylindres (et non un V6), ce qui, selon Toyota, permettra de réduire non seulement le prix, mais aussi la consommation.