Le constructeur Charge Cars va faire une démonstration de sa Mustang vintage tout électrique lors du Festival of Speed de Goodwood, en Angleterre. C’est un bon endroit où montrer son prototype : le Festival of Speed attire chaque année une nuée de multimillionnaires qui déferlent sur la petit ville côtière au volant de voitures de collection et d’exotiques super sport. En plein le genre de personne à qui on peut proposer une pony car à un demi-million de dollars canadiens (300 000 livres) sans faire rire de soi. 

LA PRESSE

PHOTO CHARGE CARS

Charge Cars fait ses voitures dans des châssis de Mustang des années 60 construits sous licence.

Charge Cars, une start-up britannique, exposera sa Mustang à batteries au «Michelin Supercar Paddock», un stand extérieur où sont présentées «les voitures les plus avancées au monde», dit humblement Charge Cars dans son communiqué.

Brûler du caoutchouc et des dollars sans brûler d’essence

Michelin y trouve son compte en s’associant à Charge Cars : les quatre moteurs-roues de la Mustang électrique ont une puissance totale de 536 ch (400 kW) et un couple de 885 livres-pied, «un couple phénoménal, mais qui est gaspillé s’il n’est pas transmis adéquatement à la route», dit Michelin, qui peut ainsi promouvoir ses pneus de compétition Pilot Sport Cup 2. (Ils coûtent 540 $ par pneu, c'est un pensez-y-bien avant de se laisser tenter par un burn-out.)

Charge Cars fait ses voitures dans des châssis de Mustang des années 60 construits sous licence. Ses Mustang électriques seront construites à 499 exemplaires. Elles sont censées faire le 0-100 km/h en environ 4 secondes et atteindre la vitesse maximale de 240 km/h. Le pack-batteries a une capacité de 64 kWh, mais Charge Cars, pour l’instant, ne donne pas l’autonomie de la voiture.