(Washington) L’adoption de robots dans l’industrie manufacturière a plus que doublé en vingt ans dans les pays industrialisés, la France s’inscrivant en tête de liste devant les États-Unis et l’Allemagne en terme de robotisation de son industrie automobile, indique une étude publiée lundi.

Agence France-Presse

Selon l’étude de l’antenne régionale de Fed de Saint Louis, l’utilisation de robots industriels aux États-Unis a atteint la proportion de 1,79 robot pour 1000 employés en 2017 contre 0,49 pour 1000 salariés en 1995.

Le robot : destructeur d'emplois moyennement qualifiés

L’automatisation fait notamment disparaître les catégories d’emplois « intermédiaires » ou moyennement qualifiés, alors que les emplois très qualifiés ou au contraire très peu qualifiés sont plus nombreux.

PHOTO PSA

Un bras robotique UR-10 servant à visser des boulons sous une Peugeot en voie d'assemblage à l'usine PSA de Sochaux, en France.

C’est globalement dans l’industrie automobile que sont utilisés le plus grand nombre de robots.  

Dans ce secteur, la France est la plus automatisée. L’industrie automobile française emploie 148 robots pour 1000 employés contre 136 pour 1000 aux États-Unis et un peu plus de 120 pour 1000 en Italie et en Allemagne.

Dans les autres secteurs, la France a été rattrapée

Globalement, tous secteurs industriels confondus, l’étude note que « proportionnellement à l’emploi, l’Allemagne et l’Italie sont devant les États-Unis en terme d’adoption des technologies robotiques sur les lignes de production », affirme la Fed.

« La France, l’Espagne, la Grande-Bretagne et la Suède se tenaient devant les États-Unis à la fin de 1990 et début 2000 mais elles ont été devancées au cours de la dernière décennie », ajoute l’étude.