Pendant que l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) poursuit sa refonte de la tarification des transports en commun dans le Grand Montréal, certaines de ses homologues ailleurs sur le continent tentent de décongestionner leurs propres réseaux de transport routier en mettant en place des programmes de récompenses inspirés du secteur aérien. Une idée qui a séduit Porsche, et qui ne déplaît pas à l’ARTM, d’ailleurs.

Alain McKenna Alain McKenna
Collaboration spéciale

De nos jours, la mobilité urbaine est un concept qui englobe plus d’un moyen de transport. Même à Montréal, on parle de plus en plus de transport multimodal, afin de mieux comprendre quand il est préférable d’emprunter une voiture, un vélo ou le métro. Pour attirer les automobilistes vers d’autres moyens de transport moins encombrants que la voiture, l’adoption d’un programme de récompenses est une mesure déjà envisagée ailleurs. À l’instar des programmes de fidélisation de l’industrie aérienne, ces systèmes donnent des remises en argent ou autres aux clients qui évitent l’heure de pointe, par exemple.

Le constructeur automobile allemand Porsche est bien conscient de l’émergence de ce phénomène, et veut même l’encourager. À la fin de l’été dernier, par l’entremise de sa division d’investissement technologique Porsche Digital, le groupe de Stuttgart a confirmé un investissement dans une jeune pousse californienne appelée Miles, qui décrit son service comme un « programme de voyageur assidu pour le transport routier ».

Miles est une application pour téléphone mobile qui suit les déplacements de ses utilisateurs et accorde des points selon le mode choisi.

Marcher multiplie les « milles » accumulés par 10, pédaler les multiplie par 5 Prendre l’autobus les multiplie par trois, etc. Quand l’utilisateur a accumulé assez de milles, il peut les échanger chez des commerçants participants contre un café, une location d’auto et ainsi de suite.

Avec ce modèle inspiré de programmes comme Aéroplan, Miles pense pouvoir encourager l’adoption de modes de transport plus « sains ».

Cette théorie est à l’essai dans une localité du nord de la Californie. On saura à la fin de l’été si elle tient la route, mais son utilité dans un contexte automobile ne fait aucun doute dans l’esprit du PDG de Porsche Digital, Thilo Koslowski. « C’est un moyen efficace de s’assurer que nos clients demeurent engagés avec notre marque tout en nous adaptant à leurs habitudes de déplacement tout au long de la chaîne de mobilité », dit-il.

L’ARTM et la tarification dynamique

Créée en 2017, l’ARTM est toujours en train de faire le ménage parmi les 17 grilles tarifaires et 750 titres de transport différents utilisés à l’époque par les divers modes de transport reliant Saint-Jérôme à Mont-Saint-Hilaire en passant par Montréal. Son objectif est donc d’harmoniser tout ça, puis de voir comment cette tarification peut être utilisée comme levier pour encourager les déplacements à l’extérieur des heures de pointe, afin de soulager à la fois le réseau routier, les autobus, le métro et les trains de banlieue.

Ajouter un programme de récompenses n’est pas exclu par la suite. L’automne prochain, l’organisme tiendra une consultation publique afin de recueillir les avis et opinions des usagers du réseau métropolitain, « un terrain fertile pour explorer de nouvelles idées en tarification », précise Fanie St-Pierre, porte-parole de l’ARTM.

« Nous envisageons la reconduction de produits tarifaires existants et, ensuite, nous pourrons considérer de nouvelles avenues comme la tarification dynamique, des tarifs qui varient en fonction du moment d’utilisation dans la journée, qui visent une meilleure répartition de l’achalandage entre les périodes de pointe et les périodes hors pointe », ajoute-t-elle.

Les modes actifs, comme l’emprunt d’un vélo en libre-service, sont des compléments naturels aux transports collectifs qui seront considérés dans l’exercice de refonte tarifaire du réseau. Utiliser la même carte de paiement pour prendre l’autobus ou emprunter un BIXI est une avenue dont ont déjà parlé des partenaires de l’ARTM, ces derniers mois. « Il est toutefois trop tôt pour que nous puissions confirmer quelles avenues seront intégrées dans la nouvelle structure tarifaire », nuance l’ARTM.