Les coussins gonflables pour les genoux ont un effet négligeable, au mieux, sur la sécurité des passagers en cas de collision frontale et les constructeurs devraient reconsidérer leur usage. En fait, ils augmentent même légèrement le risque de blessures, affirme l’Insurance Institute for Highway Safety (IIHS).

LA PRESSE

L’IIHS est arrivé à cette conclusion en étudiant les données de 414 tests d’impact réalisés à son centre d’étude sur l’automobile. L'institut a aussi épluché les rapports de police sur un grand nombre de collisions frontales survenues dans 14 États américains.

PHOTO INSURANCE INSTITUTE FOR HIGHWAY SAFETY

Les coussins gonflables pour les genoux ne protègent pas vraiment, dit l'IIHS.

Ces airbags sont situés sous la colonne de direction à gauche et sous la boîte à gants à droite. De plus en plus de modèles en sont équipés. Ils se déploient sous le tableau de bord et sont censés répartir la force de l’impact pour atténuer le risque de blessures aux jambes. Ils doivent aussi aider à prévenir les blessures au ventre et à la poitrine en contrôlant les mouvements du bas du corps.

L’étude des tests d’impact a révélé que les coussins gonflables pour genoux ne réduisent pas de façon significative le risque de blessure, ni lors des collisions frontales avec petit chevauchement, ni lors des collisions frontales avec chevauchement moyen.

PHOTO INSURANCE INSTITUTE FOR HIGHWAY SAFETY

Collision frontale avec chevauchement moyen.

En fait, lors des tests de collision frontale avec petit chevauchement, on a observé un risque de blessure accru aux deux tibias et au fémur droit, mais le risque de blessure à la tête a baissé.

PHOTO INSURANCE INSTITUTE FOR HIGHWAY SAFETY

Collision frontale avec petit chevauchement.

Avec les rapports d’accidents rédigés par la police, les chercheurs de l’IIHS ont pu comparer les véhicules équipés de coussins gonflables pour les genoux et des véhicules qui n’en avaient pas. Ces rapports indiquent un risque de blessures (toutes blessures confondues) réduit d’un demi-point de pourcentage (de 7,9 % à 7,4 %) dans les voitures équipées de coussins pour les genoux. Mais l’IIHS dit que cet écart n’était statistiquement probant une fois pris en compte le poids et l’année-modèle des véhicules, ainsi que les caractéristiques des conducteurs.

L’IIHS recommande aux constructeurs d’évaluer d’autres options que les coussins pour genoux pour réduire le risque de blessure aux jambes et aux pieds.

Les constructeurs installent ce type de coussin, notamment, parce qu’ils aident à passer un test d’impact frontal avec des mannequins non sanglés, note l’IIHS. «Il est possible que les coussins pour genoux aident les occupants ne portant pas la ceinture dans la vraie vie», reconnaît l’IIHS, qui met toujours la ceinture de sécurité aux mannequins lors de ses tests d’impact.