(New York) Elon Musk, le patron du constructeur automobile Tesla, va bien devoir se défendre d’accusations de diffamation devant un jury pour avoir qualifié un expert en spéléologie sous marine britannique de pédophile, a jugé un tribunal de Los Angeles.

Agence France-Presse

Selon cette décision judiciaire prononcée lundi, le procès doit débuter le 3 décembre à Los Angeles.

Elon Musk s’en était pris à Vernon Unsworth à l’été 2018. Celui-ci avait qualifié de « coup de pub » l’offre avortée du patron de Tesla d’envoyer un sous-marin miniature pour aider au sauvetage de 12 jeunes joueurs de soccer et leur entraîneur, pris au piège par la montée des eaux alors qu’ils exploraient une grotte thaïlandaise.  

PHOTO TOBIAS SCHWARZ, AFP

Elon Musk, PDG de Tesla, prend la pose sur le tapis rouge de la cérémonie des 43e prix Goldenes Lenkrad (Volants d'or) le 12 novembre 2019 à Berlin. Il a accepté un des trophées remis à des personnalités du monde automobile.

À la suite d’une prise de bec par médias interposés, Elon Musk avait employé sur Twitter le terme de « pédo » (« pedo guy ») pour désigner M. Unsworth, 64 ans, qui vit une partie de l’année en Thaïlande

M. Musk souhaitait éviter un procès, arguant que ses tweets contre le spéléologue étaient des insultes et non des affirmations.  

PHOTO SAKCHAI LALIT, AP

L'expert en spéléologie sous-marine Vernon Unsworth et son épouse Woranan Ratrawiphukkun le 6 septembre 2018 lors d'une soirée organisée à Bangkok en l'honneur des participants au sauvetage de 12 garçons et de leur entraîneur thaïlandais, pris durant trois semaines dans une caverne inondée au nord de la Thaïlande.

Mais le juge, Stephen Wilson, a estimé que les déclarations du patron de Tesla après sa publication controversée suggéraient qu’il pensait bien que ses accusations étaient fondées.

M. Wilson a par ailleurs estimé que le plaignant n’était pas un personnage public de son plein gré, ce qui simplifie sa démarche pour prouver qu’il a bien été victime de diffamation.

M. Unsworth devra en conséquence démontrer que M. Musk a fait preuve de négligence en publiant ses accusations mais n’aura pas à prouver que l’entrepreneur milliardaire avait l’intention manifeste de lui nuire.

« Nous attendons le procès avec impatience », a réagi l’avocat de M. Musk, Alex Spiro.