Durant près d’un quart de siècle, le dictateur communiste Nicolae Ceausescu a tenu la Roumanie dans un étau. Hier, le ministère du Revenu roumain espérait que la notoriété du despote sanguinaire aiderait à vendre aux enchères le gros 4X4 dans lequel il se déplaçait durant son règne de terreur.

LA PRESSE

PHOTO INQUAM PHOTOS, REUTERS

Les autorités fiscales roumaines avaient fixé un prix de départ de 137 500 lei (44 200 dollars canadiens) pour l’Aro 304. S'il vous intéresse, tout n'est pas perdu, le fisc roumain dit avoir l'intention de le remettre en vente plus tard en 2020.

Mais malgré un gadget digne de James Bond ou d’un communiste paranoïaque --une trappe à ouverture électrique dans la plancher-- personne n’a fait d'offre pour le ARO 304 à quatre roues motrices.

Il faut dire qu’à part cette trappe et ses sièges en cuir, le véhicule de Ceausescu n’était pas une pièce unique. Il faisait partie d’une flotte de six véhicules semblables, dédiés au transport du despote et de ses invités. De plus, les autorités fiscales roumaines n’ont pas fait beaucoup de promotion pour le véhicule en 1977 par le constructeur roumain ARO, disparu en 2003.

PHOTO PHILIPPE BOUCHON, AFP

Nicolae Ceausescu, durant son dernier discours, le 21 décembre 1989 à Bucarest. Quatre jours plus tard, il était exécuté.

Les autorités l’avaient mis au enchères avec l’intention de s’en défaire avec le 30e anniversaire de la mort violente de Ceausescu, survenue le jour de Noël 1989, durant la révolution contre le pouvoir communiste. Ce jour-là, Ceausescu et sa femme Elena, elle-même une dirigeante du parti communiste roumain, avaient été capturés durant leur fuite. Au terme d'un procès expéditif, ils ont été exécutés.

PHOTO INQUAM PHOTOS, REUTERS

Nicolae Ceausescu s'est assis dans cette banquette, lors de ses parties de chasse et ses sorties officielles.

Ceausescu a pris le pouvoir en 1965 et s'y est maintenu grâce à un des états les plus répressifs parmi les régimes communistes d'Europe de l'Est. On estime à 2 millions de personnes le nombre de Roumains tués, emprisonnés, déportés ou déplacés entre 1945 et 1989. On estime que 100 000 personnes --enseignants, médecins, politiciens, prêtres, etc-- le nombre de prisonniers qui sont morts derrière les barreaux.

Le véhicule s’est retrouvé entre les mains d’un ancien apparatchik communiste roumain, devenu homme d’affaires dans les années troubles qui ont suivi la fin du régime. L’homme est actuellement en prison pour corruption et l’impôt roumain a saisi le véhicule, qui n'a pas servi depuis un moment. Il a est entreposé dans un hangar délabré en banlieue de Bucarest, la capitale roumaine, où les acheteurs potentiels pouvaient aller l’inspecter sur rendez-vous seulement.

PHOTO INQUAM PHOTOS, REUTERS

Les autorités fiscales roumaines avaient fixé un prix de départ de 137 500 lei (44 200 dollars canadiens) pour l’Aro 304, que Ceausescu utilisait pour des parties de chasse et des sorties officielles.

S'il vous intéresse, tout n'est pas perdu, le fisc roumain dit avoir l'intention de le remettre en vente plus tard en 2020.

ARO (l’abréviation d’Auto Roumanie) était un constructeur de véhicules tout-terrain, dont l’usine a tourné entre 1957 et 2003. ARO a produit des 4X4 en versions militaires et civiles, de même que des blindés légers sur roues.