Le pare-soleil n’a pas beaucoup changé depuis son invention. Les matériaux ont changé mais c’est toujours un petit panneau qui se rabat pour protéger les occupants avant --surtout le conducteur-- de l’éblouissement.

LA PRESSE

L’équipementier allemand Bosch veut révolutionner cet équipement qui évite des accidents tous les jours mais qui est perfectible.

Au CES, Bosch propose le cas de figure que la plupart des conducteurs ont vécu : tôt le matin ou tard le soir, quand le soleil est bas, vous roulez en ville et le soleil vous arrive dans les yeux. Il faut abaisser le pare-soleil, mais pour protéger vos yeux, il masque une bonne partie de votre champ de vision, vous mettant à risque (et les piétons aussi) d’accident.

Bosch propose le Pare-soleil virtuel, fait d’un plastique transparent qui positionne un afficheur à cristaux liquides masquant uniquement le soleil, en fonction de l’endroit où les yeux sont tournés. Le pare-soleil virtuel comprend une caméra qui observe et analyse les yeux du conducteur et qui place au bon endroit la zone mobile d’ombre.

Bosch dit avoir commencé à négocier avec des constructeurs, qui pourraient proposer d’ici quelques années ce dispositif.