(Paris) L’agence Moody’s a abaissé mercredi la notation du groupe allemand BMW et placé celle de huit autres constructeurs automobiles sous surveillance en raison du choc du coronavirus sur leur activité et leurs finances.

Agence France-Presse

« Le secteur automobile est l’un des plus significativement touchés par le choc (de la pandémie de COVID-19) en raison de sa sensibilité à la demande des consommateurs et à leur moral », a souligné Moody’s dans un communiqué.

BMW, qui était noté A1, passe en catégorie A2, et cette note est elle-même sous surveillance en vue d’un éventuel nouvel abaissement. « Avant même les perturbations actuelles du marché, BMW souffrait déjà d’indicateurs financiers inférieurs à nos attentes pour une notation A1 », constate Moody’s qui épingle notamment la dégradation de la marge d’exploitation et des flux de trésorerie l’an dernier.

PHOTO CHARLES MOSTOLLER, REUTERS

Des VUS sur la chaîne de montage de l’usine BMW de Greer, en Caroline du Sud le 4 novembre 2019.

L’agence américaine a également placé sous surveillance négative sept autres constructeurs européens : Daimler (Mercedes), Jaguar Land Rover, PSA (Peugeot, Citroën, Opel), Renault, Volkswagen, Volvo et McLaren.

Cette décision « reflète la profondeur et la sévérité du choc et la profonde détérioration qu’il a provoquée dans la qualité du crédit » de ces entreprises, explique Moody’s.

L’agence a par ailleurs placé le groupe Fiat Chrysler (FCA) sous surveillance, mais « avec une direction incertaine », donc sans favoriser l’hypothèse d’un abaissement à venir. Moody’s estime en effet que « la fusion proposée avec PSA créera un groupe plus grand et plus diversifié qui pourrait aboutir à une meilleure notation de l’entité combinée comparée à celle du groupe FCA pris individuellement ».

La crise du coronavirus a mis à terre durant deux mois le marché automobile chinois, le premier mondial. Ce dernier commence à peine à se relever avec une remontée en cadence progressive des usines.

Les groupes automobiles ont annoncé ces derniers jours les uns après les autres l’arrêt de l’essentiel de leurs activités de production pour une durée indéterminée dans les autres grandes régions du monde, notamment l’Europe, les États-Unis et l’Amérique du Sud, en raison des mesures de confinement prises pour protéger les populations.