(São Paulo) La puissante industrie automobile brésilienne a subi une chute de 99 % de sa production en avril, frappée par la crise économique due à la pandémie de coronavirus, a annoncé vendredi l’Association des constructeurs du secteur.  

Agence France-Presse

En avril, seulement 1847 véhicules (voitures, véhicules utilitaires légers, camions et bus) ont été produits dans les 65 usines du pays, contre 189 958 en mars (-99 %), et 267 561 en avril 2019, a indiqué l’organisation dans un communiqué.

C’est le plus petit nombre de véhicules produits en un mois depuis 1957, a précisé l’Association des constructeurs.  

Avril a été le premier mois complet à subir l’impact des mesures de confinement mises en œuvre pour tenter de contenir la pandémie, qui a dépassé les 135 000 cas, avec plus de 9100 décès au Brésil.

Mais déjà pendant les mois précédents, la production automobile avait baissé, alors que la pandémie commençait à paralyser l’économie mondiale et que le Brésil prenait les premières mesures de protection.

De janvier à avril, 587 739 véhicules ont quitté les usines des 26 constructeurs présents au Brésil, contre 965 408 sur la même période l’an dernier (-39 %).

« La forte chute de la production s’est accompagnée d’un recul tout aussi dramatique des ventes sur le marché intérieur et des exportations », a déploré l’Association.  

55 700 véhicules neufs ont été immatriculés en avril, soit 76 % de moins que pour le même mois de 2019, constituant « le pire résultat depuis 20 ans ».

Les exportations ont baissé de 79,3 % sur un an en avril, avec seulement 7212 véhicules ayant quitté le pays.

Sur les 65 usines automobiles du Brésil, 28 se trouvent à São Paulo, l’État le plus riche et le plus durement touché par la pandémie.

Le Brésil pourrait être confronté dans un mois à un « effondrement de (son) économie », avec des pénuries alimentaires, et à une « désintégration » sociale, avait averti jeudi le ministre de l’Économie Paulo Guedes.